Bundesamt für Gesundheit

BAG: Acrylamid: Nouvelle étude de l’OFSP

      (ots) - Nouvelle étude de l’OFSP disponible sur Internet à l’adresse
http://www.bag.admin.ch/verbrau/aktuell/d/index.htm

    Une étude de l’OFSP montre que, à côté des pommes de terre et selon le comportement alimentaire, d’autres produits comme le café jouent un rôle dans l’apport d’acrylamide. Avec une valeur de 0.28 µg/ kg de poids corporel, l’apport journalier mesuré se situe dans le bas du domaine escompté au départ de l’étude. Les résultats des recherches confirment encore l’importance des recommandations nutritionnelles prônées jusqu’à présent: une alimentation équilibrée comportant beaucoup de fruits et de légumes. En même temps il est recommandable de dorer les röstis à la place de les brûler et d’éviter une consommation excessive de café. D’autres investigations sont nécessaires pour évaluer correctement la contamination par l’acrylamide et pour diminuer son apport par voie alimentaire. Avec les industries et les hautes écoles, l’OFSP étudiera d’autres aliments et comportements alimentaires.

    Résumé Une étude par « repas dupliqué » (duplicate diet study) a été réalisée afin d’obtenir une image plus précise de l’exposition à l’acrylamide par voie alimentaire en Suisse. 27 participants (13 femmes et 14 hommes, âgés de 16 à 57 ans) ont remis au laboratoire un double exact des aliments qu’ils avaient consommés durant 2 jours. La concentration en acrylamide a été analysée dans la nourriture solide; les boissons n’ont pas été échantillonnées mais consignées. La contribution des boissons a été estimée par calcul à partir des consommations enregistrées et de la teneur en acrylamide mesurée séparément dans les différentes boissons. L’apport journalier moyen a été mesuré à 0.28 µg/kg poids corporel, avec la contribution des différents repas et boissons suivante : petit- déjeuner 8%, dîner 21%, souper 22%, en-cas 13% et café 36%. Même si la consommation observée de pommes de terre sautées, frites, cuites au four et rôties est considérée comme plus basse que la consommation moyenne suisse, l’étude mène à la conclusion que le café est une source significative d’acrylamide dans un régime suisse typique.

    Cette étude montre aussi que, malgré une basse teneur en acrylamide, des aliments peuvent être une source importante d’acrylamide si leur consommation est suffisamment élevée. Il est probable que d’autres aliments similaires n’ont pas encore été identifiés dans le régime. Le problème de l’acrylamide reste complexe: aujourd’hui il ne doit pas être limité à une consommation de café ou/et de pommes frites. D’autres clarifications et investigations dans les domaines de la technologie et toxicologie alimentaire ainsi que dans celui de la nutrition sont réalisés par l’OFSP en collaboration avec l’industrie alimentaire et les hautes écoles.

Renseignements : Office fédéral de la santé publique Médias et communication, Tel 031 322 95 05



Plus de communiques: Bundesamt für Gesundheit

Ces informations peuvent également vous intéresser: