Lungenliga Schweiz / Ligue pulmonaire Suisse / Lega polmonare svizzera

Ligue pulmonaire: 21 novembre 2007 Journée mondiale de la BPCO - La toux du fumeur: un signal d'alarme

    Berne (ots) - A l'occasion de la Journée mondiale de la BPCO du 21 novembre 2007, la Ligue pulmonaire rendra notre population attentive aux dangers mortels de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 5 % de tous les décès dans le monde sont imputables à la BPCO. Cette maladie, appelée aussi communément toux du fumeur, que l'on banalise souvent est malheureusement incurable. Mais plus tôt elle est diagnostiquée, mieux on peut la traiter avec succès.

    La BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) rétrécit progressivement les voies respiratoires. Les symptômes, tels qu'expectorations, toux et dyspnée n'apparaissent souvent que lorsque les poumons sont déjà gravement endommagés. En Suisse, on évalue le nombre de patients souffrant de BPCO entre 350'000 et 450'000 personnes. Toutefois, seule une partie des BPCO est diagnostiquée. Si jadis, les hommes étaient surtout concernés par cette maladie, aujourd'hui, du fait que le nombre de fumeuses a augmenté, presque autant de femmes souffrent de BPCO. Le tabagisme constitue le facteur risque principal de la maladie dans 90 pour cent des cas. Mais on observe également une augmentation des cas de BPCO chez les personnes fréquemment exposées aux poussières dans leur travail, notamment les agriculteurs.

    Identifier correctement les symptômes

    L'identification de cette maladie des poumons grave et incurable relève du médecin et de la personne concernée. Or, plus tôt on peut diagnostiquer la BPCO, mieux on peut la traiter. Le diagnostic est aisé et peut être posé par le médecin à l'aide d'un test de fonction pulmonaire (spirométrie). Toutes les personnes de plus de quarante ans qui fument ou ont fumé autrefois ainsi que les personnes présentant l'un ou plusieurs des symptômes suivants devraient faire examiner leur fonction pulmonaire:

    - toux fréquente, même sans refroidissement     - toux matinale avec expectorations     - dyspnée à l'effort     - respiration sifflante

    Il vaut la peine d'arrêter de fumer

    Seul le renoncement définitif au tabagisme peut arrêter la destruction progressive des poumons. Sans arrêt du tabagisme et sans traitement médicamenteux (bronchodilatateurs), la maladie évolue progressivement et peut gravement diminuer la qualité de vie, engendrer un handicap et conduire au décès.

    La Ligue pulmonaire soutient

    Pour l'encadrement des patients, la Ligue pulmonaire collabore très étroitement avec le corps médical et grâce aux prestations qu'elle fournit - notamment un service-conseil professionnel, un accompagnement et un équipement technique - elle peut considérablement faciliter la vie des personnes concernées.

    La brochure "BPCO - Broncho-pneumopathie chronique obstructive. Symptômes, diagnostic, traitement." peut être obtenue gratuitement en français, allemand et italien en cliquant sur www.liguepulmonaire.ch , par e-mail auprès de info@lung.ch ou encore par téléphone au numéro 031-378 20 50.

    "Mon petit ballon d'oxygène est devenu mon ami"

  Le portrait d'une patiente BPCO avec images est mis à disposition des médias sous www.medias.liguepulmonaire.ch

ots Originaltext: Ligue pulmonaire Suisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Regula Jauner, Cheffe de la communication (ad intérim)
LIGUE PULMONAIRE SUISSE
Südbahnhofstrasse 14 c, 3000 Berne 14
Tél.:    +41/31/378'20'72
E-Mail: r.jauner@lung.ch



Plus de communiques: Lungenliga Schweiz / Ligue pulmonaire Suisse / Lega polmonare svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: