Lungenliga Schweiz / Ligue pulmonaire Suisse / Lega polmonare svizzera

Conseil et accompagnement psychosociaux des ligues pulmonaires cantonales

Une maladie pulmonaire vient rarement seule

    Berne (ots) - Les maladies chroniques des voies respiratoires ou des poumons n'affectent pas que sur le plan physique. Souvent, elles font peur et entraînent mauvaise humeur, dépression, voire isolement. Par leur offre de conseil et d'accompagnement psychosociaux, les ligues pulmonaires cantonales aident les personnes touchées à gérer leurs affections psychiques et à mieux s'en sortir dans la vie quotidienne.

    Les maladies chroniques peuvent mener les personnes concernées dans une situation psychique et psychosociale difficile en raison de leur durée, de leur évolution ou des douleurs et des restrictions permanentes. Les maladies des poumons et des voies respiratoires graves sont particulièrement insidieuses à cet égard: les troubles respiratoires permanents, le sentiment oppressant de ne pas avoir assez d'air et de perdre ses forces déclenchent souvent chez les patients des crises d'angoisse, de panique et parfois de dépression. Les personnes atteintes de bronchite chronique, d'un grave asthme allergique, d'emphysème pulmonaire, de fibrose kystique ou de tuberculose se retrouvent ainsi souvent dans un cercle vicieux dont elles ne peuvent sortir seules: que faire lorsque la maladie ponctionne sa dose d'air et de force à chaque moment d'agitation? Que faire quand on ne peut plus travailler pour cette raison? Quand, en plus, on perd ses amis? Comment peut-on venir à bout de cette situation avec ses incertitudes et ses angoisses? Comment réagit-on face aux demandes parfois mesquines des assurances et des autorités? Comment lutte-t-on pour sa qualité de vie, pour ses droits garantis par écrit lorsque la force et le courage de lutter manquent tout simplement?

    Se résigner ou lutter?

    Le cercle vicieux au sein duquel les malades pulmonaires et les insuffisants respiratoires se trouvent souvent n'est pas simple à briser: plus leur comportement est passif, moins la respiration est douloureuse. Plus ils sont actifs et décidés à lutter contre les conséquences de la maladie, comme l'invalidité partielle ou totale, la perte de gain, l'isolement social, etc., plus l'essoufflement, les douleurs ou le manque de force sont perceptibles. La raison à cela: dans les situations de stress, la respiration s'accélère et la sous-alimentation en oxygène et les conséquences de l'insuffisance respiratoire se renforcent.

    Les ligues pulmonaires cantonales apportent leur aide

    Parallèlement à la thérapie respiratoire avec des appareils spéciaux, le conseil et l'accompagnement psychosociaux font partie des tâches essentielles des ligues pulmonaires cantonales et de leurs dispensaires régionaux. Le conseil psychosocial est dispensé sur place par des infirmières/infirmiers et/ou des assistantes sociales/assistants sociaux. En fonction de la personne, l'aide peut inclure: le conseil en cas de problèmes personnels, familiaux et sociaux, le conseil en droit et en assurance, le soutien dans les situations financières difficiles, l'aide en cas de problème de logement, la coordination des auxiliaires, la mise en œuvre des ressources propres et la médiation de prestations.     Trouver audience auprès d'une instance neutre

    Quand, toute sa vie durant, on a été indépendant et que l'on n'a jamais eu besoin de l'aide d'autrui, il est souvent difficile d'accepter une aide extérieure. Lorsque la maladie occasionne des diminutions de performance professionnelles, des difficultés financières ou l'isolement social et les mauvaises humeurs dépressives, l'aide extérieure n'est souvent acceptée que lorsqu'il est déjà quasiment trop tard: lorsque le logement ou le poste de travail est résilié, lorsque les différends avec les autorités, les propriétaires, les employeurs ou les membres de la famille sont déjà à un stade très avancé. Souvent, une aide passagère suffit à remettre les affaires d'aplomb, de manière à ce que les personnes touchées puissent reprendre les choses en main. Mais il y a aussi des cas où les ligues pulmonaires exercent une fonction de soutien sur le long terme. Pour ces malades chroniques, il est important de pouvoir s'adresser à une instance neutre, si besoin est, où ils pourront être entendus sans être remis en question en tant que personne. Le contact régulier avec le dispensaire peut créer une relation solide. Celle-ci permet d'aborder certaines difficultés psychiques et d'induire, par petites étapes, un changement dans les pensées et l'attitude des malades. Les patients chroniques peuvent ainsi se stabiliser.

    L'encadrement et l'accompagnement psychosociaux de la Ligue pulmonaire

    Le thème du dossier du dernier numéro d'inspiration, le magazine d'information de la Ligue pulmonaire

    Le magazine d'information «inspiration» de la Ligue pulmonaire Suisse, n° 6/01, est entièrement consacré au conseil et à l'accompagnement psychosociaux des malades pulmonaires et des insuffisants respiratoires. Il est publié en allemand, en français, et, dans une édition spéciale, en italien. Des exemplaires peuvent être commandés gratuitement auprès de:

    Ligue pulmonaire Suisse LpS     Nadia Schawalder     Südbahnhofstrasse 14 c     3000 Berne 17

    Tél.: 031/378'20'50     Fax: 031/378'20'51     n.schawalder@lung.ch

    Vous obtiendrez davantage d'informations sur les prestations des ligues pulmonaires en faveur des personnes atteintes de maladies des poumons et des voies respiratoires via:

    Internet: www.lung.ch     e-mail: Info@lung.ch  

ots Originaltext: Ligue pulmonaire Suisse
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Werner Vogel, Responsable Marketing et PR, Ligue pulmonaire Suisse,
Südbahnhofstr. 14c, 3000 Berne 17, tél. +41/31/378'20'54,
+41/76/386'46'97, w.vogel@lung.ch



Plus de communiques: Lungenliga Schweiz / Ligue pulmonaire Suisse / Lega polmonare svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: