Bundesamt für Veterinärwesen

Peste aviaire – l'interdiction d'importer est étendue à la Russie et au Kazakhstan

      (ots) - L'Office vétérinaire fédéral (OVF) a étendu à la Russie
et au Kazakhstan l'interdiction d'importation émise il y a environ
une année et demie pour cause de peste aviaire (appelée aussi
influenza aviaire ou grippe du poulet) en Asie. Le type d'agent
pathogène apparu dans ces deux pays est le même que celui des autres
pays d'Asie. La présente extension de l'interdiction reste cependant
purement formelle puisque la Suisse n'importe pas de produits russes
ou kazakhs susceptibles d'introduire l'agent pathogène sur son
territoire.

    Suite à la modification de l’ordonnance "instituant des mesures temporaires à la frontière pour lutter contre la peste aviaire classique", il est interdit d’importer, à compter du 12 août 2005, des oiseaux et des produits avicoles comme des œufs, de la viande ou des plumes non traitées en provenance de la Russie, du Kazakhstan, de la Corée du Nord, d’Indonésie, du Cambodge, du Laos, de Malaisie, du Pakistan, de Thaïlande, du Viêt-Nam et de la République populaire de Chine (y compris Hong Kong). L'interdiction est applicable non seulement aux échanges commerciaux, mais aussi aux importations par des particuliers.

    Considérant les pays touchés, les experts estiment généralement que le risque d'introduire le virus de la peste aviaire dans le cheptel avicole suisse est faible. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus lors d'une récente réunion les spécialistes de la Station ornithologique de Sempach, du Centre national de référence pour les maladies de la volaille et des lapins, de l'Office fédéral de la santé publique et de l'Office vétérinaire fédéral. Il est vrai que les importations illégales d'oiseaux ou de produits avicoles comportent un risque. Il est donc vivement recommandé à tous les voyageurs qui se rendent dans les pays concernés de ne pas introduire frauduleusement en Suisse les produits incriminés. Un autre risque qui ne peut être totalement exclu en ce qui concerne la Russie et le Kazakhstan est celui des oiseaux migrateurs. Selon la Station ornithologique de Sempach cela concerne surtout les fuligules morillons et les fuligules milouins capables de franchir cette distance pour venir hiverner sur les grands lacs suisses. Mais comme les contacts entre ces fuligules et les volailles suisses sont peu probables selon les experts, le risque d'introduire la maladie par ce biais est faible.

    Néanmoins, même si le risque est faible, l'introduction du virus dans notre pays ne peut être totalement exclue. La meilleure prévention est la vigilance des aviculteurs. Ces derniers sont priés de respecter scrupuleusement les mesures d'hygiène habituelles et de contacter sans délai un vétérinaire s'ils soupçonnent la présence de la peste aviaire dans leur exploitation. Dans les semaines qui viennent, l'Office vétérinaire fédéral informera de nouveau les aviculteurs en précisant les mesures qui doivent être prises pour protéger les volailles et en leur rappelant les symptômes de la peste aviaire.

    Vous trouverez d'autres informations sur la peste aviaire et le texte de l'ordonnance sur le site Internet de l'OVF (www.bvet.admin.ch) sous Santé animale > épizooties > épizooties hautement contagieuses > peste aviaire classique.

OFFICE VÉTÉRINAIRE FÉDÉRAL Service de presse et d'information

Renseignements: Cathy Maret, Communication 031 324 04 24



Plus de communiques: Bundesamt für Veterinärwesen

Ces informations peuvent également vous intéresser: