Bundesamt für Veterinärwesen

La mise en œuvre des mesures de lutte contre l’ESB s’améliore: rapport annuel 2003 de l’Unité ESB

      Liebefeld (ots) - L’Unité ESB s’investit pour assurer une
application rigoureuse et efficace des mesures de lutte contre
l’ESB. Elle travaille en étroite collaboration avec les autorités
cantonales et les branches économiques concernées. Les résultats des
contrôles effectués montrent les premiers progrès par rapport à
l’année précédente. La plupart des mesures sont mises en œuvre, il
convient cependant d’en améliorer la précision. Telle est la
conclusion de l’Unité ESB dans son rapport annuel 2003 qui vient de
paraître.

    L’Unité ESB contrôle systématiquement tous les moulins, toutes les entreprises d’élimination, tous les laboratoires suisses agréés pour le dépistage de l’ESB. Elle effectue également des contrôles dans tous les grands abattoirs et procède par sondage dans les petits établissements. Des contrôles assortis d'un soutien sont réalisés en collaboration avec l'autorité cantonale d'exécution dans les ateliers de découpe et les entreprises de transformation ainsi que chez les fabricants de denrées alimentaires et les fabricants de cosmétiques qui utilisent des matières premières d’origine animale. En 2003, l’Unité ESB a contrôlé 191 entreprises.

    Le nombre d’échantillons d’aliments pour animaux contaminés par des farines animales a encore diminué. En 2003, seul 0,3 pour cent des échantillons ont été contestés (2002: 1,5%). Dans les abattoirs, on a constaté que la volonté de lutter contre cette épizootie était bien là, mais que les établissements et les autorités cantonales d'exécution avaient besoin de soutien. Nombre d’étapes de travail importantes sont exécutées correctement. On peut citer la réception des animaux, le contrôle des documents et des marques auriculaires des animaux et l’étourdissement.

    A l'abattoir, les contestations ont porté essentiellement sur l'inspection ante mortem des animaux, qui s'est révélée insuffisante dans certains cas, sur le retrait du matériel à risque spécifié, telles la moelle épinière et la dure-mère, et sur le tri des déchets animaux. Dans quelques ateliers de découpe, le contrôle à la réception des quartiers de bovins était négligé. Il convient en outre d'améliorer les programmes d'autocontrôle en matière d'ESB dans nombre d'entreprises fabriquant des denrées alimentaires et d'entreprises fabriquant des produits cosmétiques.

    D’une manière générale, l’expérience de l’Unité ESB montre que la maladie ne peut être éradiquée qu’ensemble et en collaboration avec les autorités d’exécution et les organisations interprofessionnelles. De nombreuses connaissances acquises dans le cadre de l’activité de l’Unité ESB peuvent être mises à profit tout au long de la chaîne de production des denrées alimentaires, de l’étable à la table. Ces résultats pourraient même, à l’avenir, être exploités dans un domaine d’activité plus étendu.

Le rapport annuel 2003 de l’Unité ESB de la Confédération avec les résultats détaillés des contrôles consultatifs peut être consulté sur Internet à l’adresse http://www.bse-einheit.ch/bse- einheit/Bibliothek/Home/BMedienUPublikationen/AReportBSEEinheit/defau lt_F.asp

Unité ESB de la Confédération: Service de presse et d’information Renseignements: Rosmarie Neeser, Communication, Unité ESB 031 / 324 04 52



Plus de communiques: Bundesamt für Veterinärwesen

Ces informations peuvent également vous intéresser: