Bundesamt für Veterinärwesen

Fin de la crise de peste aviaire - l'OVF lance une analyse des risques

(ots) - Les importations d'oiseaux (classe zoologique) des Pays- Bas et de Belgique sont à nouveau autorisées. L'absence de nouveaux cas de peste aviaire dans ces pays depuis le début du mois de mai a conduit l'Office vétérinaire fédéral (OVF) à lever, avec effet au 1er août, l'interdiction d'importation en vigueur. A aucun moment, la maladie ne s'est propagée à la Suisse. L'OVF examine à présent les échanges commerciaux des produits avicoles en vue de planifier des mesures de protection contre les épizooties aviaires. La peste aviaire classique (grippe du poulet) était apparue à la fin février aux Pays-Bas et s'était propagée à la Belgique à la mi- avril. Pour prévenir la propagation de la maladie en Suisse, l'OVF avait interdit, par ordonnance du 23 avril, l'importation de toutes les espèces d'oiseaux en provenance des pays touchés. Il ne délivrait plus, à partir du 3 mars déjà, d'autorisation d'importer de la volaille et des oeufs à couver. Entre-temps, la propagation de la maladie a pu être stoppée - pour atteindre ce but, il a fallu abattre plus de 30 millions de volailles. Au total, 252 exploitations étaient touchées aux Pays- Bas, 8 en Belgique et 1 en Allemagne. Le 11 juillet, l'UE a levé les restrictions adoptées à l'encontre des Pays-Bas, à la fin juin celles prises à l'égard de la Belgique et de l'Allemagne. La Suisse a décidé de normaliser ses échanges commerciaux d'oiseaux et de volailles avec ces pays à partir du 1er août. Plus généralement, une autorisation de l'OVF est requise pour importer des perroquets, des perruches, des poules, des oies, des canards et des pigeons. Prévenir encore plus efficacement les épizooties aviaires à l'aide d'une analyse des risques A aucun moment la peste aviaire ne s'est propagée à la Suisse. La volaille suisse est reconnue officiellement indemne de peste aviaire classique. Pour améliorer encore davantage la protection contre les maladies aviaires hautement contagieuses, l'OVF a lancé une analyse des risques portant sur tous les produits de l'aviculture. Il existe déjà une réglementation complète des importations de volaille vivante, de viande de volaille et d'œufs. Peu connues sont en revanche la provenance des cartons d'œufs, du fumier de volaille et des aliments pour volailles et leurs quantités. Des spécialistes de l'OVF et de la branche avicole dressent par conséquent la liste des pays d'importation et des modes de production des produits et évaluent le risque d'introduction d'une maladie aviaire en Suisse via le fumier de volaille et d'autres produits. Outre l'analyse des risques, l'OVF, des vétérinaires et des représentants de la branche avicole ont édité un code de conduite pour préserver la santé des volailles. OFFICE VÉTÉRINAIRE FÉDÉRAL Service de presse et d'information Renseignements: Marcel Falk, Communication 031 / 323 84 96

Ces informations peuvent également vous intéresser: