Bundesamt für Veterinärwesen

BVET: Castration des porcelets - deux démarches différentes, un même but

La Protection Suisse des Animaux (PSA) a largement diffusé aujourd'hui la décision de la Norvège d'interdire la castration des porcelets à partir de 2009. Cette décision ne change rien à la démarche adoptée par la Suisse pour résoudre ce problème: l'Office vétérinaire fédéral (OVF) entend achever comme prévu les projets de recherche qu'il a lancés pour évaluer les différentes méthodes de substitution avant de se déterminer sur une éventuelle interdiction et sur les alternatives recommandées.

Le Parlement norvégien a décidé en avril 2002 d'interdire totalement la castration des porcelets mâles à partir du 1er janvier 2009. Un premier renforcement des dispositions en la matière interviendra dès le 1er août 2003: une analgésie sera nécessaire pour effectuer la castration des porcelets et cette intervention devra obligatoirement être pratiquée par un vétérinaire. La Norvège a opté pour l'anesthésie locale par injection.

Depuis plusieurs années, l'OVF déploie de grands efforts pour la recherche d'alternatives à la castration des porcelets, qui reste actuellement autorisée en Suisse sans analgésie jusqu'au 14e jour de vie. En étroite collaboration avec les instituts des deux facultés de médecine vétérinaire, l'EPFZ et la Station fédérale de recherches en production animale de Posieux (RAP), l'OVF a acquis un savoir peut-être unique dans ce domaine. Depuis 1996, il soutient cinq projets (la plupart sont en cours) destinés à étudier scientifiquement les alternatives à cette intervention. Une conclusion semble d'ores et déjà s'imposer: l'anesthésie locale cause beaucoup de stress à l'animal (elle nécessite entre autres une injection pour chacun des deux testicules) et ne confère pas une analgésie suffisante.

La démarche en Suisse: savoir avant de changer la législation

La voie choisie par les Norvégiens ne change donc rien à celle que suit l'OVF: il convient d'abord d'étudier les alternatives possibles (engraissement des verrats, vaccination contre l'odeur de verrat, inhibition de la synthèse d'androsténone, analgésie; et ce ne n'est que lorsque des alternatives seront établies et acceptées par tous les milieux concernés - producteurs, défenseurs des animaux, consommateurs - qu'une interdiction totale de la castration des porcelets pourra éventuellement entrer en ligne de compte.

OFFICE VÉTÉRINAIRE FÉDÉRAL Service de presse et d'information

Renseignements: Myriam Holzner, Communication 031 / 323 85 68



Plus de communiques: Bundesamt für Veterinärwesen

Ces informations peuvent également vous intéresser: