Bundesamt für Veterinärwesen

Foyer d'anaplasmose aux Grisons: un autre agent pathogène en jeu

(ots) - Les enquêtes effectuées dans les exploitations entrées en contact avec le troupeau de vaches victime d'un foyer d'anaplasmose près de Coire sont maintenant terminées. Toutes les exploitations qui sont entrées en contact avec l'exploitation touchée ont été examinées. Dans aucun des troupeaux examinés des vaches n'ont été atteintes d'anaplasmose. Des examens plus étendus sur des animaux du troupeau de Coire ont montré que les anaplasmes n'étaient pas seuls en cause et que la rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) a aussi joué un rôle. Les agents pathogènes de ces deux maladies ne présentent pas de danger pour l'être humain. Les enquêtes approfondies sur l'anaplasmose - terminées à l'heure qu'il est - ont montré qu'aucune vache n'a été atteinte d'anaplasmose dans les exploitations qui sont entrées en contact avec celle du marchand de bétail touché. Les examens ont porté sur les 47 exploitations qui ont acheté des animaux à l'exploitation touchée ou qui se situent dans les environs. Les échantillons de sang de 188 animaux de ces exploitations ont été examinés à l'égard des anaplasmes. Cet agent pathogène n'a été détecté dans aucun des échantillons. On a trouvé des anticorps contre les anaplasmes chez 10 animaux provenant de 7 exploitations, ce qui indique que les animaux sont probablement entrés en contact avec l'agent pathogène. Dès le début du foyer survenu dans l'exploitation située près de Coire, les animaux atteints ont été soumis à un très large éventail d'examens, entre autres aussi des examens à l'égard de la rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR). A ce moment là, toutes les vaches examinées étaient négatives à l'égard de l'IBR. Or, des examens plus étendus ont révélé maintenant que le sang de quelques- unes des vaches du troupeau atteint contenait aussi des anticorps contre l'IBR. L'IBR est une maladie virale du bovin qui peut apparaître sous diverses formes, le plus souvent comme une infection bénigne à sévère des voies respiratoires supérieures; elle peut en outre provoquer des avortements. Cette maladie a été éradiquée en Suisse dans les années 80, ce qui avait nécessité de très gros moyens. Au vu de ces nouveaux résultats, il a été décidé de soumettre encore aujourd'hui tous les échantillons de sang prélevés dans les exploitations entrées en contact avec l'exploitation touchée à un examen à l'égard de l'IBR. Les résultats de ces examens seront disponibles ce soir vendredi. Si des échantillons se révèlent positifs, les exploitations concernées seront mises sous séquestre. En ce qui concerne l'anaplasmose, les enquêtes se poursuivent pour déterminer si l'agent pathogène a été introduit de l'étranger ou s'il existe déjà en Suisse depuis plus longtemps, la maladie ne se déclarant que dans des circonstances exceptionnelles. Il est prévu d'examiner dans les prochaines semaines 550 échantillons d'une banque de sérum constituée en 1998 à partir d'un échantillon représentatif d'exploitations suisses. De plus, des examens sont en cours dans un grand nombre d'exploitations grisonnes qui ne sont pas entrées en contact avec l'exploitation touchée. OFFICE VÉTÉRINAIRE FÉDÉRAL Service de presse et d'information Renseignements: Hans Wyss, responsable du secteur Communication, tél. 031 323 84 96

Ces informations peuvent également vous intéresser: