Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Statistique de la chasse 2004 Période de protection écourtée pour les sangliers: moins de dommages aux cultures

    Berne (ots) - Berne, le 6 septembre 2005

    Le raccourcissement de la période de protection pour les sangliers et les mesures ciblées qui ont été prises déploient leurs effets: l’an passé, le nombre d’animaux abattus a augmenté par rapport à 2003 et les dommages aux cultures ont nettement diminué. Tels sont les résultats de la statistique fédérale de la chasse 2004. Celle- ci montre en outre que les effectifs de sangliers ne croissent plus aussi fortement. Les chiffres concernant les autres animaux tirés, tels que les cerfs, les chevreuils, les chamois ou les lièvres sont stables. Seul le nombre de corneilles abattues a nettement augmenté par rapport à 2003.

    Ces dernières années, les dégâts aux cultures dus au sanglier n’ont cessé de s’accroître. Ce phénomène s’explique par l’augmentation des effectifs et leur expansion à partir du Nord. C’est pourquoi le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a autorisé en 2003 à titre d’essai pendant trois ans six cantons particulièrement touchés (AG, BL, SH, SO, TG, ZH) à écourter la période d’interdiction de chasser le sanglier. Dans ces cantons, la période de protection commence le 1er mars au lieu du 1er février et prend fin déjà le 15 juin au lieu du 30 juin.

    Cette mesure a donné de bons résultats: les dommages dus au sanglier ont diminué, ainsi que le montre la statistique de la chasse 2004 (voir encadré). Le nombre d’animaux tirés (5810) a nettement augmenté par rapport à 2003 (4859). Il a aussi été possible de réduire le nombre de tirs spéciaux pendant la période de protection. Le nombre de sangliers victimes du trafic routier (2004: 408, moyenne des trois années précédentes: 421) laisse présumer une stabilisation des effectifs. L’espèce peut toutefois se multiplier très vite et a de grandes capacités d’adaptation, ce qui pourrait rapidement annuler les effets positifs du raccourcissement de la période de protection.

    Efficacité de la gestion du sanglier La meilleure gestion des effectifs de sangliers déploie elle aussi des effets. Elle s’appuie sur un guide pratique, publié en 2004 avec le soutien de l’OFEFP. Les cantons ont commencé la mise en œuvre des mesures proposées: collaboration plus étroite entre les chasseurs et les agriculteurs, changements dans l’exercice de la chasse, mise sur pied d’un système d’indemnisation des dommages, qui crée des incitations pour une régulation effective des populations et une agriculture adaptée.

    Les cantons souhaitent une prolongation de la période d’essai Les six cantons qui ont écourté la période de protection demandent la prolongation de l’essai. Ils souhaitent en outre y associer d’autres cantons, notamment Berne et le Jura. La prolongation de l’essai et son extension à d’autres cantons permettraient de freiner quelque peu l’expansion des sangliers, qui n’ont pas encore colonisé tous les habitats potentiels de Suisse. C’est ainsi que la Suisse centrale a été épargnée jusqu’ici, car l’autoroute A1 retarde leur avancée à partir du Nord.

    Une prolongation de l’essai permettrait en outre de recueillir de nouvelles expériences afin d’adapter la loi sur la chasse sur ce point. À la demande des cantons, l’OFEFP va soumettre au DETEC une requête dans ce sens.

OFEFP  OFFICE FÉDÉRAL DE L’ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse

Renseignements: • M. Rolf Anderegg, OFEFP, division Gestion des espèces, section Chasse et faune sauvage, tél. 031 324 78 33

Internet • Statistique fédérale de la chasse: http://www.wildtier.ch/stat-chasse • Autres informations sur les sangliers en Suisse: http://www.wildschwein-sanglier.ch (notamment guide pratique pour la gestion des sangliers)

    Statistique fédérale de la chasse 2004: Chiffres concernant le cerf rouge, le chevreuil, le chamois, le lièvre commun, la martre et la corneille Ongulés Les effectifs et le nombre d’animaux tirés sont restés stables par rapport à l’année précédente.  L’effectif de cerfs rouges est estimé à 25 600 individus (2003: 24 500). Le nombre d’animaux tirés l’an passé est de 7135 (2003: 7075).   Il n’y a guère eu de changements chez le chevreuil. En 2003 et en 2004, 42 000 animaux ont été tirés. L’effectif a été estimé à 133 600 individus en 2004 et à 130 400 en 2003.  Les effectifs de chamois sont eux aussi restés stables (89 000 / 90 000). On note peu de différence aussi dans le nombre d’animaux tirés (15 500 / 16 500). ' Espèces de petite taille On obtient le même résultat chez les espèces de petite taille.  Lee effectifs de lièvres communs se sont stabilités mais restent toutefois faibles. On observe en outre une diminution dans les zones de culture herbagère. Tels sont les résultats des recensements coordonnés par la Station ornithologique suisse de Sempach (www.vogelwarte.ch : « chercher zoom lièvre brun »). Le nombre de lièvres tirés est resté le même (2600).

    Petits mammifères La situation est différente chez les petits mammifères:  Seulement 1500 fouines et 86 martres ont été tirées. Ces chiffres sont nettement inférieurs à ceux de l’année précédente (1700 / 103). On ne dispose toutefois pas de données concernant les effectifs et il est difficile de tirer des conclusions à ce sujet à partir du nombre d’animaux tirés. Toujours est-il que la situation de la martre est préoccupante.

    Oiseaux  Les corneilles, qui causent parfois des dommages dans l’agriculture, ont été plus souvent chassées en 2004. Le nombre de corneilles tirées a augmenté d’un tiers, passant de 14 900 en 2003 à 19 600 en 2004. Il est toutefois trop tôt pour dire quels effets ces tirs ont eu sur les effectifs ou les dégâts.

    Statistique de la chasse sur Internet La statistique fédérale de la chasse qu’on peut consulter sous http://www.wildtier.ch/stat-chasse a changé de présentation pour être plus conviviale. De nouvelles options permettent d’obtenir des chiffres suisses ou cantonaux concernant notamment les espèces pouvant être chassées (animaux tirés, gibier péri, effectifs et périodes de protection). Elle renseigne aussi sur le nombre de chasseurs et de gardes-faune ou sur l’évolution des dommages dus au sanglier.



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: