Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

OFEFP - Réseau écologique national Relier entre eux les divers habitats de la faune et de la flore

    Berne (ots) - Berne, le 25 janvier 2005

    Pour conserver la biodiversité, il est important que les différents éléments du paysage forment un réseau: des habitats reliés entre eux garantissent les échanges génétiques indispensables à la survie à long terme des espèces végétales et animales indigènes. On a tenu compte de ce problème dans la législation: selon la loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage, les cantons doivent veiller à l'interconnexion des habitats dans les zones utilisées de manière intensive, à l'intérieur comme à l'extérieur des localités. En présentant le REN et sa vision de l'interconnexion des habitats en Suisse, l'OFEFP et les cantons ont préparé un instrument de travail destiné à faciliter les tâches cantonales dans ce domaine.

    Des cartes au 1:500'000e et au 1:100'000e permettent de représenter les réseaux actuels et potentiels entre les habitats. On peut y voir les axes de déplacement des animaux – par exemple du cerf ou de certaines espèces d'amphibiens – ainsi que les zones nodales des habitats forestiers, des cours d'eau ou des stations sèches. On ne se contente pas d'y décrire l'état actuel: on tient également compte des potentialités du paysage. On indique aussi les régions de Suisse où les habitats ne sont pas encore suffisamment interconnectés, et ceux où ils ne le sont plus assez.

    Le REN sert de base à une politique de revitalisation des habitats et de protection des espèces. Il peut être utilisé par les cantons et par d'autres acteurs dans leur planification, notamment dans les domaines suivants: transports et communication, agriculture et sylviculture, aménagement du territoire, protection contre les crues, économie des eaux, chasse, pêche, défense nationale, ainsi que protection de la nature et du paysage. Certains cantons l'ont déjà intégré à leur planification ou disposent d'instruments similaires (par exemple le canton de Thurgovie, voir l'encadré 1).

OFEFP OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse

Renseignements • M. Raymond Pierre Lebeau, chef de section, OFEFP, tél. 031 322 80 64 • M. Antonio Righetti, section Paysage et infrastructure, OFEFP, tél. 031 322 80 83

Annexes • Encadré 1: Exemples d'utilisation du REN • Encadré 2: Le REN, un élément du Réseau écologique paneuropéen

Internet Le rapport final sur le Réseau écologique national peut être téléchargé sur Internet ou obtenu dans sa version papier: • http://www.buwalshop.ch; numéro de commande SRU-373-F • OFEFP, Documentation, 3003 Berne; fax: 031 324 02 16

    Encadré 1: Exemples d'utilisation du REN • Dans le domaine de l'aménagement du territoire, le REN permet de se faire rapidement une idée d'ensemble de la fonctionnalité écologique des espaces vitaux, au-delà des frontières de la région ou du canton. Au sens de l'article 13 de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire, le REN sert de base pour la prise en compte de l'interconnexion des espaces vitaux des espèces de la flore et de la faune sauvages dans les plans directeurs cantonaux.

      Le canton de Thurgovie fournit un bon exemple d'utilisation du REN.
Les étangs situés dans les environs du village de Bommen constituent
un site de reproduction important pour diverses espèces d'amphibiens
et de libellules. Ils forment une zone humide d'un seul tenant et
sont reliés à la forêt. Le canton a donc développé une stratégie
pour créer un réseau local de surfaces de compensation écologique.
Pour ce faire, il s'est basé sur un inventaire cantonal des biotopes
et sur la stratégie cantonale de mise en réseau, tout en confrontant
ses réflexions aux données fournies par les cartes du REN. Les
prairies extensives et les prairies humides servent désormais de
zones-tampons aux alentours des étangs et des cours d'eau. Les
jachères florales et les bandes culturales extensives améliorent la
qualité écologique de ces zones agricoles. Les zones véritablement
inondables ne sont plus utilisées et accueillent une végétation très
riche du point de vue de la diversité biologique. On a ainsi
augmenté la valeur écologique du territoire et de ces étangs.

    • Dans les forêts, pour promouvoir une plus haute diversité biologique possible, il faut conserver la flore et la faune caractéristiques et maintenir ces écosystèmes proches de leur état naturel. Le REN fournit une importante aide à la planification pour la mise en œuvre de ces objectifs: il présente en effet les zones nodales et les zones d'extension de la forêt, ainsi que les axes d'interconnexion des espèces animales qui y habitent.

    Encadré 2: Le REN, un élément du Réseau écologique paneuropéen Au plan international, le Réseau écologique national (REN) représente la contribution de la Suisse au Réseau écologique paneuropéen (REP). Ce dernier résulte de la Stratégie paneuropéenne de la diversité biologique et paysagère, qui a été adoptée en 1995 par la Conférence paneuropéenne des ministres de l'environnement. Une carte indicative du REP devrait être prête en 2006 et la conservation des zones nodales mise en œuvre au plus tard en 2008. L'élaboration du REP a été coordonnée avec d'autres programmes internationaux, en particulier avec le réseau Émeraude de la Convention de Berne (les sites potentiels du réseau Émeraude ont été intégrés au REN), avec le réseau Natura 2000 de l'Union européenne, ainsi qu'avec le réseau de réserves de biosphère de l'UNESCO.



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: