Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Comment gérer le castor en Suisse

Berne (ots) - Berne, 19 mars 2004 Pour que le castor puisse subsister naturellement en Suisse, ses habitats naturels doivent être mieux mis en réseau. Les dégâts éventuels portés à l'agriculture et aux forêts doivent être réduits au minimum. Tels sont les axes principaux du Concept Castor Suisse, élaboré par l'OFEFP avec les cantons et les milieux concernés. Ces dispositions entrent en vigueur aujourd'hui. La Suisse compte actuellement de 400 à 500 castors, vivant principalement sur le Plateau. Leur nombre n'est pas assez élevé pour garantir l'avenir de l'espèce à long terme. Pour promouvoir le maintien de l'animal protégé au plan national et international, l'OFEFP a développé un concept de gestion. Lors de la procédure de consultation, l'été dernier, il a bénéficié d'un important soutien de la part des cantons et des organisations concernées. Le castor, qui aménage de façon importante son habitat par la construction de canaux, de digues et l'abattage d'arbres, favorise d'autres espèces animales et végétales. Il constitue une espèce représentative du bon état écologique des rives lacustres et des cours d'eau naturels. Mise en réseau des habitats Le concept recommande aux cantons de protéger et de mettre en réseau les habitats du castor, soit les zones alluviales, les bords des lacs et des cours d'eau. Les besoins du rongeur doivent être pris en considération lors de l'établissement de mesures contre les crues et la construction de centrales électriques. L'objectif est que l'espèce se développe naturellement, sans intervention humaine. Les repeuplements doivent rester des exceptions. Prévenir les dégâts Le Concept Castor Suisse fixe également des critères pour prévenir les dégâts dus à l'animal et pour le versement d'indemnités. Bien que ces déprédations soient plutôt insignifiantes (au maximum 10'000 frs par an), elles peuvent fortement toucher certains propriétaires fonciers. La Confédération et les cantons s'engagent donc à indemniser à part égale les agriculteurs ou les propriétaires forestiers touchés. Les castors qui causent des dommages importants malgré les mesures de prévention mise en uvre peuvent être transférés dans un autre endroit. Si cette mesure n'est pas réalisable, il est possible, en dernier recours, d'abattre l'animal. Service "Protection castor suisse" Suivant le concept, l'OFEFP gère le service "Protection du castor suisse". Cet organe a pour tâche d'informer la population et les cantons, d'assurer la coordination entre la Confédération, les cantons et les organisations. Il a aussi pour objectif d'assurer un suivi de l'espèce (Monitoring) en collaboration avec les cantons. Ces derniers relèvent les aires de répartition ainsi que le nombre de castors. L'OFEFP se charge d'analyser et de transmettre ces résultats aux milieux intéressés. OFEFP OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse Renseignements - Rolf Anderegg, OFEFP, Direction fédérale des forêts, secteur Faune sauvage, tel. 031 324 78 33, e-mail: mailto:rolf.anderegg@buwal.admin.ch Internet Le concept castor suisse est publié sous : http://www.environnement- suisse.ch/buwal/fr/medien/presse/artikel/20040319/01076/index.html

Ces informations peuvent également vous intéresser: