Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Une aide à l'exécution pour les cantons et les communes PCB dans les masses d'étanchéité des joints: protéger l'homme et l'environnement

Berne (ots) - Berne, le 1er septembre 2003 On trouve fréquemment dans les bâtiments construits entre 1955 et 1975 des masses d'étanchéité des joints contenant des PCB, un polluant problématique qui sert de plastifiant. Les nouvelles lignes directrices de l'OFEFP indiquent comment traiter ces bâtiments tout en protégeant les habitants, les ouvriers et l'environnement. Il faut maintenant que les cantons et les communes appliquent ces lignes directrices. Il y a encore quelque cent tonnes de PCB dans les masses d'étanchéité des joints des bâtiments en Suisse. Une campagne de mesures coordonnée par l'OFEFP a montré que l'on trouve des masses d'étanchéité contenant des PCB dans près de la moitié des grands bâtiments construits par éléments pendant la période critique. Sur les 1200 mastics analysés, un quart environ contient plus de 1% de PCB (voir encadré). Il s'agit d'éviter les risques pour l'homme et d'empêcher la diffusion de PCB dans l'environnement. C'est pourquoi l'OFEFP a élaboré des lignes directrices, en collaboration avec l'Office fédéral de la santé publique, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherches (EMPA) ainsi qu'avec des autorités cantonales et communales. Les lignes directrices indiquent comment évaluer le risque dans les bâtiments et comment procéder pour protéger les utilisateurs des bâtiments, les ouvriers et l'environnement. Elles expliquent précisément comment prélever des échantillons de masses d'étanchéité, comment les analyser et comment mesurer la teneur en PCB de l'air des locaux. Elles indiquent également comment évaluer le risque en fonction des résultats des mesures. Elles contiennent des instructions et des checklists en cas d'interventions sur les constructions, afin que des mesures de précaution soient prises lors des travaux et que les déchets soient éliminés correctement. Les lignes directrices doivent garantir que les PCB contenus dans les masses d'étanchéité ne soient jamais libérés pendant les travaux. La balle dans le camp des autorités d'exécution Les nouvelles lignes directrices se fondent sur les investigations d'un groupe de travail constitué en 2000 avec d'autres offices fédéraux et avec les cantons. Elles s'adressent principalement aux autorités d'exécution de la Confédération, des cantons et des communes. Elles sont également destinées aux personnes et services directement concernés par le problème: propriétaires d'immeubles, gérances immobilières, spécialistes en bâtiment, entreprises de conseil, d'assainissement et d'élimination. Ces lignes directrices permettent aussi à l'OFEFP de soutenir la mise en uvre d'accords internationaux. En signant la Décision PARCOM 92/3 sur l'abandon des PCB et des succédanés dangereux des PCB et la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP), la Suisse s'est engagée au niveau international à identifier le plus rapidement possible toutes les sources de PCB et à les éliminer dans des installations respectueuses de l'environnement. Un héritage antérieur à 1975 Les PCB (biphényles polychlorés) sont des mélanges de substances synthétiques qui ont longtemps été utilisés de différentes manières dans le secteur de la construction. En 1972, ils ont été interdits dans les systèmes ouverts tels que peintures et masses d'étanchéité, en raison du danger qu'ils représentaient pour l'homme et l'environnement. Ils ont toutefois été utilisés - dans une moindre mesure - jusqu'en 1975. Depuis 1986, ils sont totalement interdits en Suisse. Les PCB présents dans les masses d'étanchéité peuvent: - porter atteinte à la santé des travailleurs qui enlèvent les masses d'étanchéité et les éliminent de manière incorrecte, - parvenir dans l'environnement et menacer l'homme et les animaux par l'intermédiaire de l'alimentation, - se transformer en dioxines et en furanes polychlorés - très toxiques - en cas d'incinération de déchets de chantier ou d'incendies de bâtiments, - s'échapper dans l'air ambiant et donc menacer la santé des utilisateurs des bâtiments. L'absorption d'importantes quantités de PCB provoque de graves problèmes de la peau, du foie, de la rate et des reins ainsi qu'un affaiblissement du système immunitaire. L'Office fédéral de la santé publique s'est intéressé aux effets d'une exposition chronique à de petites doses de PCB et publie dans les lignes directrices des critères pour évaluer la pollution de l'air des locaux. Les PCB étant très persistants, on en trouve encore dans les aliments gras d'origine animale. Les aliments sont en effet la principale source de contamination par les PCB. L'absorption par l'intermédiaire de l'air ambiant est beaucoup plus faible. Même lorsqu'un bâtiment contient des masses d'étanchéité des joints avec des PCB, l'air ambiant ne constitue que très rarement une menace directe pour l'homme. OFEFP OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse Renseignements - M. Christoph Rentsch, OFEFP, chef de la section Produits de la division Substances, sol, biotechnologie, tél. 031 322 93 64 - M. Josef Tremp (direction du projet), Office de la protection de l'environnement et de l'énergie du canton de Bâle-Campagne, tél. 061 925 55 42 - M. Roger Waeber, Office fédéral de la santé publique, division Produits chimiques, tél. 031 323 06 38 Publication Directive "PCB dans les masses d'étanchéité des joints". Disponible en français, allemand et italien, commande à l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage (OFEFP), Documentation, CH-3000 Berne, fax: +41 (0)31 324 02 16, mailto:docu@buwal.admin.ch, numéro de commande: VU 4013-D/F/I, Internet: http://www.buwalshop.ch Une campagne de mesures dans plus de 400 bâtiments Entre l'automne 2000 et le printemps 2002, les cantons, les communes et d'autres propriétaires d'immeubles ont mené dans toute la Suisse une campagne de mesures. Ils ont prélevé et analysé des échantillons dans plus de 400 bâtiments construits ou rénovés entre 1955 et 1975, pour savoir si les masses d'étanchéité des joints contenaient des PCB. Ces analyses ont été réalisées sur un total de quelque 1200 échantillons. La moitié des échantillons environ contenaient des PCB. Dans ces échantillons, les concen-trations de PCB variaient beaucoup, allant de traces à peine perceptibles jusqu'à des teneurs de 50%. Un quart des mastics contenaient plus de 1% de PCB. On ne constate pas de différences entre les différents types et utilisations de joints (p. ex. joints de coupure, joints de raccordement et joints entre éléments). La campagne de mesures a également permis d'analyser les PCB dans l'air des locaux. Les résultats de ces analyses indiquent que seuls quelques bâtiments présentent des concentrations de PCB égales ou supérieures aux valeurs indicatives des lignes directrices "PCB dans les masses d'étanchéité des joints". On peut donc en conclure qu'il n'est que très rarement néces-saire de prendre en Suisse des mesures urgentes d'assainissement pour réduire les concentrations de PCB dans l'air des locaux. Les résultats complets de la campagne de mesures seront publiés en 2004.

Ces informations peuvent également vous intéresser: