Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

L'industrie du ciment signe une convention sur le CO2

      Berne (ots) - La loi sur le CO2 et le programme "SuisseEnergie"
portent leurs fruits. Le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger a
signé lundi avec l'industrie du ciment une convention d'objectifs
visant à limiter les émissions de CO2. Le chef du DETEC a dressé un
bilan positif de la mise en uvre de la loi sur le CO2. Il faut
toutefois poursuivre les efforts. L'industrie suisse du ciment
(cemsuisse) s'est engagée à réduire, d'ici à 2010, ses émissions de
CO2 fossile de 44,2% par rapport à 1990. Pour parvenir à cette
importante réduction, elle s'efforce de remplacer le charbon et le
pétrole par des combustibles de substitution. Les plus utilisés dans
les cimenteries sont les huiles usées, les boues d'épuration
séchées, les farines animales, les solvants et les déchets
plastiques. La part de ces combustibles dans les cimenteries est
aujourd'hui d'environ 40%, une proportion - très élevée par rapport
au niveau mondial - que cemsuisse souhaite maintenir. L'industrie du
ciment s'est en outre engagée à réduire dans le même délai de 30,3%
par rapport à 1990 les émissions de CO2 dues aux processus de
fabrication. "La Suisse sera ainsi l'un des pays dont la production
de ciment sera le plus durable", a déclaré Leo Mittelholzer,
président de cemsuisse, ajoutant que la technologie développée en
Suisse pourrait être utilisée dans de nombreux autres pays et
contribuer à une production durable dans le monde. Cemsuisse est le
premier secteur industriel à signer une telle convention d'objectifs
avec le DETEC. Cette convention a préalablement fait l'objet d'un
audit par des experts indépendants. En février 2002, une convention
avait déjà été signée avec les importateurs d'automobiles afin de
réduire la consommation normalisée de carburant des nouvelles
voitures. Poursuivre les efforts Cette année, grâce à l'Agence de
l'énergie pour l'économie (AEnEC), une trentaine de conventions
d'objectifs devraient pouvoir être conclues dans le cadre de
"SuisseEnergie". La convention signée par cemsuisse et les efforts
de l'AEnEC montrent bien que les milieux économiques se sentent
concernés par la protection du climat et prennent leurs
responsabilités. La loi sur le CO2 et le programme « SuisseEnergie »
portent leurs fruits, même si les objectifs de la loi sont loin
d'être remplis et même si on ne peut exclure l'introduction d'une
taxe sur le CO2 pour les carburants et les combustibles. En effet,
selon la loi sur le CO2, les émissions de CO2 doivent être réduites
d'ici à 2010 de 10% par rapport à 1990 (15% pour les combustibles et
8% pour les carburants; voir fiche d'information).

Berne, le 10 février 2003 ETEC Département fédéral de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication Service de presse

Renseignements: - Service de presse du DETEC, tél. 031 322 55 11

- M. Philippe Roch, directeur de l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage (OFEFP), portable 079 277 51 88


- M. Hans-Luzius Schmid, directeur suppléant de l'Office fédéral de
l'énergie (OFEN),                tél. 031 322 56 02

- M. Leo Mittelholzer, président de cemsuisse et président de la direction de Holcim (Suisse) SA, Zurich, tél. 058 850 68 61

- M. Georges Spicher, directeur de cemsuisse, Berne, tél. 031 327 97 97

    Annexes:

Fiche d'information "La convention d'objectifs de cemsuisse en chiffres"

Fiche d'information "La loi sur le CO2 et sa mise en uvre"  

Internet Informations sur la politique climatique suisse et sur la loi sur le CO2: http://www.environnement- suisse.ch/buwal/fr/fachgebiete/fg_klima/index.html Informations sur "SuisseEnergie": http://www.suisse-energie.ch Informations sur cemsuisse: http://www.cemsuisse.ch



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: