Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

BUWAL: Le DETEC écourte la période de protection des sangliers

      Berne (ots) - Dans six cantons de Suisse alémanique, les
sangliers
pourront être chassés durant 45 jours de plus que jusqu'à présent.
Le DETEC a en effet donné son accord à une réduction de la période
de protection dans le cadre d'un essai de trois ans. Cette mesure
doit permettre de diminuer les importants effectifs de sangliers et
de réduire ainsi les énormes dégâts qu'ils causent dans
l'agriculture. Désormais les sangliers pourront être tirés du 15
juin à fin février.

    Durant ces dernières années, les sangliers ont causé d'importants dommages aux cultures. Cette situation est notamment la conséquence de l'accroissement des effectifs de cet animal qui se répand à partir du nord. Les cantons les plus touchés sont ceux de Suisse alémanique situés au nord de l'autoroute A1. Pour que les populations diminuent, les cantons d'Argovie, Bâle-Campagne, Schaffhouse, Soleure, Thurgovie et Zurich ont demandé que la période de protection actuellement en vigueur en vertu de la loi fédérale sur la chasse soit écourtée. Jusqu'à présent, les sangliers ne pouvaient être chassés entre le 1er février et le 30 juin. Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger a donné son accord à un essai de trois ans, durant lesquels la période de protection ira du 1er mars au 15 juin. Dans les six cantons concernés, les sangliers pourront donc être chassés pendant un mois et demi de plus.

    La loi sur la chasse prévoit que les cantons peuvent, avec l'assentiment préalable du départe-ment compétent, écourter temporairement les périodes de protection des espèces pouvant être chassées, dans le but de réduire des populations trop importantes ou de conserver la diversité des espèces. Cette loi prévoit en outre aussi des tirs durant la période de protection: les sangliers qui n'ont pas plus d'une année et demie peuvent aujourd'hui déjà être tirés durant cette période dans le but de prévenir des dommages, pour autant qu'on les rencontre en dehors de la forêt.

    Renforcer la collaboration entre les agriculteurs et les chasseurs L'essai permettra de renforcer la collaboration entre les agriculteurs et les chasseurs. Pour qu'une évaluation de son succès soit possible, les cantons relèveront les données concernant les tirs, l'évolution des dommages causés aux cultures et les coûts de prévention et d'indemnisation.

    La seule réduction de la période de protection ne suffira pas à résoudre les problèmes. C'est pourquoi un groupe de travail de l'OFEFP, dans lequel on trouve des représentants des cantons, de l'agriculture, de la chasse et d'autres intérêts, élaborera, d'ici à l'été 2003, un guide pratique indiquant comment mieux organiser la chasse au sanglier et quelles mesures concrètes permettent de prévenir efficacement les dommages.

Berne, le 27 janvier 2003


DETEC         Département fédéral de l'Environnement,
des Transports, de l'Energie et de la Communication
Service de presse

Renseignements: M. Hans-Jörg Blankenhorn, inspecteur fédéral de la chasse, OFEFP, tél. 079 334 73 78 M. Reinhard Schnidrig; secteur Faune sauvage, OFEFP, tél. 031 323 03 07 / 079 352 61 87 M. René Urs Altermatt, administration de la chasse et de la pêche du canton d'Argovie, tél. 062 835 28 51 M. Max Straub, administration de la pêche et de la chasse du canton de Zurich, tél. 01 315 52 01



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: