Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Conférence des Parties à la Convention de Bâle, 9-13 décembre 2002 Collaborer avec l'industrie pour réduire les quantités de déchets spéciaux

    Berne (ots) - Berne, le 9 décembre 2002

    La Suisse veut travailler en partenariat avec l'industrie pour réduire les quantités et les mouvements de déchets dangereux dans le monde, comme l'a rappelé M. Philippe Roch, Secrétaire d'Etat, lors de l'ouverture à Genève de la sixième Conférence des Parties à la Convention de Bâle. La Confédération s'intéresse également à l'élimination des déchets spéciaux en Afrique ainsi qu'au transfert de savoir-faire, et elle s'investit pour que Genève devienne un centre international de compétences en matière de produits chimiques et de déchets.

    Au terme de trois années d'une présidence réussie de la Convention de Bâle, M. Philippe Roch, Secrétaire d'Etat et directeur de l'OFEFP, a pu annoncer à Genève le futur partenariat avec les fabricants de téléphones mobiles. Il s'agit de la première coopération concrète entre un secteur industriel et la Convention de Bâle (fiche 1). Elle devrait être décidée le 12 décembre 2002, dans le cadre de la partie ministérielle de la sixième Conférence des Parties à cette convention, au Palais des Nations à Genève.

    Mise en uvre du plan stratégique en partenariat avec l'industrie La mise en uvre du plan stratégique consistera aussi à intensifier la coopération avec les entreprises internationales. Ce plan est d'ailleurs l'un des sujets centraux de la Conférence des Parties, qui se tient à Genève jusqu'au 13 décembre: il fixera les objectifs et les priorités de la convention pour les dix prochaines années. La Suisse s'investira pour que le plan adopté soit réaliste et applicable et notamment pour qu'il propose des stratégies permettant d'élaborer et de financer des accords de partenariat avec les milieux économiques et industriels. Elle finance également un nouveau poste - au sein du Secrétariat de la convention - afin d'associer plus régulièrement l'industrie à la mise en uvre de la Convention de Bâle.

    L'Afrique, une priorité Pendant la présidence de M. Philippe Roch, la Suisse s'est intéressée principalement aux pays d'Afrique, qui sont particulièrement touchés par le problème des déchets dangereux du fait qu'ils manquent de personnel qualifié et de moyens juridiques, techniques et financiers pour les éliminer de manière écologiquement rationnelle. C'est pourquoi la Suisse a financé, dans le cadre de la Convention de Bâle, une conférence continentale pour l'Afrique sur la prévention et la gestion écologiquement rationnelle des stocks de déchets dangereux, qui s'est tenue au Maroc en 2001. Cette conférence a permis l'adoption par tous les ministres africains de l'environnement, en juillet 2002, d'une déclaration portant sur la gestion écologiquement rationnelle des stocks indésirables de déchets dangereux (Déclaration de Rabat). C'est à ce titre que la Suisse reçoit officiellement les ministres africains présents à la Conférence des Parties à Genève. La Suisse poursuit son engagement en faveur de l'Afrique, notamment en participant au financement, dans le cadre du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), du projet "African Stockpiles Project", qui a pour objectif l'élimination des pesticides périmés en Afrique (fiche 2).

    Un centre de compétences "produits chimiques" à Genève La Suisse souhaite que la Convention de Rotterdam (PIC) et la Convention de Stockholm (POP) établissent définitivement leurs Secrétariats à Genève, afin d'instaurer une réglementation cohérente et efficace pour gérer les produits chimiques et les déchets (fiche 3). La Maison internationale de l'environnement, à Genève, abrite déjà le Secrétariat de la Convention de Bâle ainsi que Produits chimiques PNUE. Il serait judicieux d'y établir également les Secrétariats PIC et POP afin de satisfaire aux exigences du Forum ministériel mondial sur l'environnement (FMME) et du Sommet mondial de Johannesburg, qui demandent un renforcement de la collaboration entre les différentes conventions sur l'environnement ainsi que la création d'un centre de compétences en matière de produits chimiques et de déchets. D'importantes organisations internationales actives dans ces domaines, dont certaines organisations des Nations Unies, ont déjà leur siège à Genève (p. ex. l'OMS, l'OMC, l'UNITAR, le BIT).

OFEFP  OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse

Renseignements - M. Philippe Roch, Secrétaire d'Etat, directeur de l'OFEFP, tél. 079 277 51 88 - Mme Gabriela Löw, division Affaires internationales, OFEFP, tél. 079 634 92 78 - M. Marco Buletti, division Déchets, tél. 079 276 40 59

Annexes - Dossier de presse (fiches d'information et discours de M. Philippe Roch)

Internet http://www.basel.int http://www.chem.unep.ch http://www.gefweb.org

Bilan Pour le bilan de la 6e Conférence des Parties, vous pouvez vous adresser le vendredi 13 décembre 2002 aux personnes citées ci-dessus ainsi qu'à - Monsieur l'ambassadeur Beat Nobs, chef de la division Affaires internationales, OFEFP, tél. 079 687 11 68



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: