Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Fonds pour l'environnement mondial (FEM)

    Berne (ots) - La contribution suisse pour une amélioration de la protection de l'environnement à l'échelle mondiale

Par ses contributions financières et sa participation au Fonds pour l'environnement mondial (FEM), la Suisse lutte directement contre les problèmes environnementaux mondiaux et elle contribue à mettre en uvre les conventions internationales environnementales. Le Fonds vient d'être réapprovisionné à hauteur de quelque 3 milliards de dollars. La contribution de la Suisse s'élèvera à 99 millions de francs. Du 16 au 18 octo-bre, les 171 Etats membres du FEM se réuniront à Beijing pour leur deuxième séance plénière. La Suisse y enverra une délégation conduite par le directeur de l'OFEFP, Philippe Roch.

Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) est l'instrument permettant de mettre en uvre les principaux accords multilatéraux en matière d'environnement (Convention-cadre sur les changements climatiques, Convention sur la diversité biologique, Convention sur les polluants organiques persistants, Convention sur la lutte contre la désertification, Protocole de Montréal). Depuis sa fondation en 1991, le Fonds, alimenté par 32 pays donateurs, a investi 4 milliards de dollars de fonds propres, ce qui lui a permis de mobiliser environ 11 milliards de dollars supplémentaires. Le FEM finance les coûts additionnels de projets de développement en faveur de l'environnement mondial. Ces projets sont principalement mis en uvre par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale.

La Suisse s'investit pour que les ressources du FEM soient suffisantes

Dans le cadre de sa politique internationale de l'environnement, la Suisse uvre depuis longtemps déjà pour le renforcement des structures institutionnelles de ce secteur. Lors des négociations en vue du 3ème réapprovisionnement du FEM - qui devrait être approuvé par les Etats membres lors de la séance plénière du 16 au 18 octobre 2002 à Beijing - la Suisse s'est investie pour que le FEM dispose de suffisamment de ressources pour remplir son mandat, qui a été élargi. Elle a dû faire preuve de beaucoup de persuasion, notamment à l'intention des Etats-Unis (voir annexe). La part de la Suisse à ce réapprovisionnement est définie selon une clé de répartition déjà établie et s'élève à 99 millions de francs. Ce montant constitue le principal poste d'un nouveau crédit-cadre en faveur de l'environnement mondial sur lequel le Conseil fédéral statuera probablement d'ici à la fin du mois d'octobre.

La Suisse a également insisté pour que deux nouveaux domaines prioritaires soient constitués à l'occasion de la séance plénière du FEM à Beijing:

- Polluants organiques persistants (POP): Le FEM doit financer la mise en uvre de la Convention sur les POP, qui a été adoptée en mai 2001 à Stockholm. Les POP sont des substances chimiques toxiques à long terme, telles que le DDT, les PCB ou les dioxines, dont la fabrication et l'utilisation doivent être limitées à l'échelle mondiale. Le FEM doit donc absolument disposer des moyens nécessaires au financement des mesures visant à mettre en uvre cette convention dans les pays en développement et en transition.

- Désertification: Le FEM doit également financer largement la mise en uvre de la Convention sur la lutte contre la désertification. Pour ce faire, le Conseil du FEM a décidé en mai 2001 de constituer un nouveau domaine prioritaire intitulé "dégradation des sols", qui devrait permettre de lutter contre la désertification et la déforestation.

Le FEM a permis la réalisation de projets dans les domaines suivants (voir aussi la fiche d'information n° 2):

- Convention-cadre sur les changements climatiques: mesures d'adaptation aux changements climatiques, promotion des énergies renouvelables, systèmes d'observation du climat, transfert de technologies, inventaires des émissions.

- Convention sur la diversité biologique: Le FEM aide les pays en développement à respecter les obligations fixées par la convention, à dresser des inventaires nationaux de la diversité biologique et à élaborer des programmes d'action pour protéger et exploiter durablement cette diversité ou encore à mener des projets visant à créer des zones protégées.

- Fonds pour l'ozone: Le FEM soutient des projets visant à éliminer les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) dans les pays en transition d'Europe de l'Est et d'Asie centrale.

Berne, le 9 octobre 2002
DETEC         Département fédéral de l'Environnement,
des Transports, de l'Energie et de la Communication
Service de presse

Renseignements: M. Philippe Roch, directeur de l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage, OFEFP, tél. 079 277 51 88 M. Anton Hilber, section Questions globales, OFEFP, tél. 031 322 92 97

Annexes: Fiche d'information n° 1: Le fonctionnement du FEM Fiche d'information n° 2: Les domaines d'activités du FEM Exemples de projets du FEM Lettre aux Etats-Unis: "Funding the Global Environment Facility to Maintain the Collective Credibility of Donors" Internet :http://www.gefweb.org



Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: