Bundesamt für Landwirtschaft

L'absinthe sera-t-elle AOC?

      (ots) - L'interdiction de l'absinthe sera levée le 1er mars 2005.
Le Conseil fédéral l'a décidé aujourd'hui en concrétisant la volonté
du Parlement dans l'ordonnance sur les denrées alimentaires. La fée
verte du Val-de-Travers, celle que d'aucuns appellent tout
simplement "la bleue", sera-t-elle la seule boisson spiritueuse
d'armoise à bénéficier d'une appellation d'origine contrôlée (AOC)
et pourra-t-elle être protégée de diverses imitations qui ne
manqueront pas d'être proposées sur le marché?

    Ces questions devraient trouver réponse lors de la décision de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) au sujet de la demande d'enregistrement de l'Absinthe en tant qu’AOC. Les producteurs du Val-de-Travers ont déposé leur demande le 15 septembre 2000 déjà, mais l'OFAG ne pouvait pas entrer en matière sur cette requête tant que cette boisson spiritueuse restait prohibée. Le 1er mars prochain, ce ne sera plus le cas et le dossier pourra ainsi suivre la procédure usuelle.

    La prohibition de l'absinthe depuis 1908 n'a pas empêché une certaine production dans le Val-de-Travers d'être écoulée clandestinement dans diverses régions de Suisse. C'est pour cette raison que la désignation "absinthe" n'a pas disparu de l'inconscient collectif et désigne toujours un spiritueux à base d'armoise (Artemisia absinthium L.). Même si tout laisse à penser que son origine est suisse, les producteurs du Vallon devront apporter la preuve que l'Absinthe est bien née au Val-de-Travers et démontrer que l'Absinthe n'est pas devenu un terme générique. L'utilisation du terme "absinthe" dans l'ordonnance sur les denrées alimentaires ne préjuge pas de son caractère générique. L'analyse de cette question sera centrale lors de l'examen de la demande d'enregistrement comme AOC.

    L'obtention éventuelle d'une telle appellation protégée pourrait contribuer à stimuler l'économie régionale du Val-de-Travers; rappelons que le Parlement avait pris cet aspect en compte lors de la décision de principe sur la levée de l'interdiction de cette boisson spiritueuse.

Pour de plus amples renseignements: Isabelle Pasche, Division principale Production et Affaires internationales, service juridique, tél. 031 322 25 39 Philippe Herminjard, Section Cultures spéciales et économie vinicole, tél. 031 322 25 26

Office fédéral de l’agriculture Service de presse et d’information



Plus de communiques: Bundesamt für Landwirtschaft

Ces informations peuvent également vous intéresser: