Bundesamt für Landwirtschaft

Suisse et Union européenne : un seul passeport pour les plantes

(ots) - L’accès aux marchés suisse et européen ne nécessitera désormais plus qu’un seul document, le passeport phytosanitaire. Le Comité mixte de l’accord sur l’échange des produits agricoles a reconnu le 8 mars 2004 l’équivalence des mesures phytosanitaires de la Suisse et de l’Union européenne (UE). Cet accord, qui entrera en vigueur le 1er avril 2004, facilite le commerce des plantes. Il favorise également la coopération des différents services chargés de lutter contre l’introduction et la dissémination des maladies et des ravageurs pour les plantes. L’introduction de nouveaux organismes nuisibles aux plantes peut occasionner de gros dégâts économiques dans la production agricole et forestière. La lutte contre ces ravageurs nécessite souvent l’utilisation de produits phytosanitaires; elle peut remettre en cause les programmes mis en place pour restreindre l’usage de ces substances. Le feu bactérien est l'exemple le plus connu des problèmes qui en résultent dans la production végétale. Si les conditions météorologiques sont réunies, cette bactérie peut détruire des vergers entiers comme cela a été le cas en 2000 en Suisse orientale. D’autres organismes représentent une menace, notamment la chrysomèle des racines du maïs, la flavescence dorée de la vigne ou une nouvelle espèce de mildiou qui s’attaque à de nombreuses espèces forestières. La conclusion de l'accord avec l'UE favorise la coopération dans la lutte contre de nouvelles maladies des plantes. Désormais, la Suisse et l’UE prennent des mesures identiques pour empêcher l’introduction de nouveaux ravageurs en provenance d’autres continents. En Suisse comme dans l’UE les mesures sont unifiées afin que seules des plantes contrôlées et indemnes de ravageurs puissent être mises en circulation. Le passeport phytosanitaire permet d’établir leur conformité aux exigences phytosanitaires. Actuellement, les végétaux importés ou exportés doivent être accompagnés d’un certificat phytosanitaire. Le 1er avril, cette exigence sera abrogée pour les végétaux en provenance de l’UE ainsi que pour nos exportations vers l’UE. L’accord signé prévoit que les plantes pourront être importées si elles sont accompagnées du passeport phytosanitaire requis conformément aux exigences de l’UE pour l’accès au marché européen. De même, les végétaux produits en Suisse pourront être exportés s’ils sont accompagnés du passeport phytosanitaire établi selon les exigences suisses. Un seul et même document ouvrira ainsi la porte des marchés suisses et européens aux végétaux produits dans notre pays. La reconnaissance du passeport phytosanitaire facilite substantiellement les échanges de végétaux entre la Suisse et les pays de l’UE. Pour de plus amples renseignements: Olivier Félix, chef de la division Moyens de production, 032 322 25 86 Office fédéral de l’agriculture Service de presse et d'information

Ces informations peuvent également vous intéresser: