Bundesamt für Landwirtschaft

BLW: On boit toujours moins de vin mais surtout moins de blanc

(ots) - Durant l’année viticole 2002/2003, la consommation totale de vin s'est élevée à 285,7 mil-lions de litres, soit 3,8 millions de litres de moins que l’année précédente. La consomma-tion de vins suisses diminue de 7,3 millions de litres. Le vin blanc, qui atteint 57,2 millions de litres, est particulièrement touché: il subit une baisse de 5,3 millions de litres. La consommation totale de vins baisse une nouvelle fois, avec 3,8 mio de litres de moins que l'exercice précédent. Elle se monte à 285,7 mio de litres (vins suisses: 114,9 mio de litres; vins étrangers: 170,8 mio de litres). Rappelons qu'en 2002, la consommation avait déjà diminué de 5,6 mio de litres par rapport à l'année précédente. La consommation de vins blancs suisses atteint 57,2 mio de litres (- 5,3) et celle de vins rouges 57,7 mio de litres (-2,0). Stable une année auparavant, la consommation de vins blancs suisses baisse à nouveau. Par contre, la consommation de vins étrangers augmente: celle de vins blancs poursuit la progression de ces dernières années pour atteindre 28,7 mio de litres (+1,9), alors que celle de vins rouges est plus stable et atteint 142,1 mio de litres (+1,6). Quant aux vins mousseux, qui ont connu cinq années consécutives d'augmentation, leur consommation a fléchi. Il s'en est bu 11,4 mio de litres en Suisse. Résultat d'une application sans faille et volontaire des limitations de rendement, la production 2002 de vins indigènes (53,0 mio de litres de blancs et 54,6 mio de litres de rouges) s'est avé-rée plus faible que la consommation tant pour les blancs que pour les rouges. Les stocks recensés le 30 juin de cette année représentent au total 208,5 mio de litres. Comparés à l’année précédente, ils ont diminué de 8,6 mio de litres. Les stocks de vins suisses se montent à 115,1 mio de litres, soit environ 4,2 millions de moins pour les blancs et 3,1 millions de moins pour les rouges qu'au 30 juin 2002. Les volumes stockés de blancs (63,2 mio de litres) et de rouges (51.9 mio de litres) suffisent à couvrir respectivement 13,2 et 10,8 mois de consomma-tion. Un degré de couverture de douze mois est considéré comme un maximum à ne pas dé-passer pour les vins blancs alors que pour les vins rouges, un degré de couverture plus grand serait souhaitable. Les importations de vins blancs de bouche diminuent (-5,5 mio de litres), après trois années de progression soutenue, ce qui est bon signe. La tendance observée ces dernières années pour les vins rouges s'inverse puisque les importations augmentent (+4,7 mio de litres). En progres-sion quasi constante depuis plusieurs années, les importations de vins italiens dépassent celles de vins français. L'Italie devient ainsi le premier exportateur de vin vers la Suisse. Le rapport «L’année viticole 2002/2003 » est à votre disposition sur notre site internet (www.blw.admin.ch). Pour de plus amples renseignements: Philippe Herminjard, section Cultures spéciales et économie vinicole, tél. 031 322 25 26 Office fédéral de l’agriculture Service de presse et d'information

Ces informations peuvent également vous intéresser: