Bundesamt für Landwirtschaft

BLW: Banque de données sur le trafic des animaux: nouvelles structures, meilleures données

(ots) - Nouveautés concernant la banque de données sur le trafic des animaux (BDTA): un nouveau système améliorera la discipline de notification et donc la qualité des données; de nouvelles structures de gestion et un controlling financier ont pour objectif de contribuer à maîtriser l'évolution des coûts liés à la BDTA. Une banque de données complète sur le trafic des animaux est nécessaire à un contrôle opérationnel du trafic des animaux (CTA). La notification complète de toutes les entrées et sorties des animaux de la naissance à l'abattage est certes prescrite par la loi, mais la discipline de notification et donc la qualité des données de la BDTA, exploitée depuis le 1er décembre 1999, laissent encore à désirer. Il est prévu d'améliorer cette discipline grâce à un système incitatif: aujourd'hui, la Confédération paie des contributions à l'élimination des déchets d'abattage; celles-ci ne seront désormais plus versées aux entreprises d'élimination, mais aux détenteurs d'animaux et aux abattoirs. Condition: notification correcte de tous les mouvements d'animaux à la BDTA. L'élimination de doubles emplois, concernant par exemple la déclaration des naissances ou le registre des animaux, devrait permettre de réduire le travail administratif des détenteurs et d'améliorer la qualité des données. En outre, les données de la BDTA serviront aussi à d'autres utilisations: elles seront mises à la disposition des organisations d'élevage, des programmes de label et de la Confédération (pour les contingents supplémentaires). Afin de remédier aux défauts précités, l'Office vétérinaire fédéral a mené, en collaboration avec les vétérinaires cantonaux et avec la BDTA SA, une action d'apurement des données. Grâce à des mesures ciblées, il a été possible de réduire nettement le nombre d'animaux dont le lieu de séjour est inconnu ou dont la naissance n'a pas été déclarée. La BDTA coûte à ce jour beaucoup plus que prévu. Le Conseil fédéral a donc adopté en mars 2002 une nouvelle réglementation du pilotage stratégique de la BDTA. En août, la Confédération a pris une participation majoritaire suite à une augmentation du capital- actions de la BDTA SA. L'OFAG a depuis lors deux représentants au conseil d'administration de l'entreprise. Afin de maîtriser la situation pécuniaire de la BDTA, on a institué une planification et un contrôle financiers rigoureux, examiné les potentiels de réduction de coûts et convenu des plafonds de dépenses pour le mandat de droit public. Pour de plus amples renseignements: Jacques Chavaz, sous-directeur, tél. 031 322 25 02 Office fédéral de l’agriculture Service de presse et d'information

Ces informations peuvent également vous intéresser: