Bundesamt für Energie

BFE: OFEN: SuisseEnergie fixe les priorités pour 2003

Berne (ots) - Le groupe stratégique de SuisseEnergie, dans lequel sont représentés la Confédération, les cantons, l'économie et les organisations écologistes, a tiré un premier bilan du programme du Conseil fédéral et défini les lignes directrices pour la suite. A moins d'un renforcement drastique des mesures librement consenties, des incitations ainsi que des directives légales, une taxe sur le CO2 apparaît aujourd'hui inévitable pour que la Suisse atteigne ses objectifs énergétiques et environnementaux. Le dernier bilan de la consommation suisse d'énergie invite à l'humilité. En 2001, la consommation globale d'énergie a augmenté de 2 %, le parc automobile s'est une fois de plus accru et, par la faute d'un hiver rigoureux, la consommation de mazout a même enregistré une hausse de 5 %. Pourtant, le programme SuisseEnergie a permis de nouveaux progrès dans la même période. Les économies réalisées au niveau de la consommation d'énergie ont atteint 5,2 % en 2001 (contre 4,6 % lors du dernier exercice d'Energie 2000). Ainsi, SuisseEnergie a bien pris le relais d'Energie 2000. Le groupe stratégique de SuisseEnergie a jeté les bases des travaux à venir, à savoir le renforcement et l'extension des volets du programme. Il s'agira de soutenir activement la stratégie des cantons dans le secteur du bâtiment, ainsi que les conventions dans le secteur de la mobilité (avec auto-suisse), avec l'économie (AEnEC) comme avec les branches des énergies renouvelables (AEE). En outre, des incitations supplémentaires s'imposent pour réduire la consommation d'énergie dans le bâtiment et dans les transports. Une lourde tâche attend également les responsables de la formation et du perfectionnement dans le secteur énergétique. Enfin, il faudra impérativement intensifier la mise en application des résultats de la recherche. La communication jouera également à tous les niveaux un rôle clé dans le programme SuisseEnergie. En effet, il faut absolument que chacun participe aux efforts d'économies d'énergie. La priorité pour 2003 concerne la mobilité - en particulier l'étiquetteEnergie destinée aux automobiles. Pour 2004, ce sera le tour du secteur du bâtiment, où les cantons s'engageront aux côtés de SuisseEnergie. D'autres tâches sont également à l'ordre du jour. Ainsi, il faudra harmoniser les législations et les programmes d'encouragement cantonaux. Les collectivités publiques devront élaborer des programmes exemplaires, «Cité de l'énergie» sera renforcé et étendu, tandis que des incitations et des prescriptions nouvelles porteront sur les véhicules, les appareils et les bâtiments économiques, la conduite écologique et le recours aux énergies renouvelables pour produire du courant et de la chaleur. Pour mémoire, le Conseil fédéral a donné le feu vert à SuisseEnergie en janvier 2001. Le programme doit permettre à notre pays d'atteindre ses objectifs climatiques et environnementaux, d'une part, et d'introduire un approvisionnement énergétique durable, d'autre part. La loi sur le marché de l'électricité, qui sera soumise au verdict populaire le 22 septembre, lui facilitera grandement la tâche dans le secteur de l'énergie hydraulique et des autres énergies propres. Le rapport annuel 2001 de SuisseEnergie sera disponible sur papier début octobre. Sa version électronique devrait être télédéchargeable à l'adresse www.suisse-energie.ch dès la mi- septembre. Berne, le 5 septembre 2002 Office fédéral de l'énergie Renseignements: Hans Werder, secrétaire général du DETEC, tél. 031 322 55 06 Hans-Luzius Schmid, directeur suppléant de l'OFEN et chef du programme SuisseEnergie, tél. 031 322 56 02 Liste des membres du groupe stratégique de SuisseEnergie: Hans Werder, secrétaire général DETEC, Berne (président) Lucius Dürr, directeur de CLIMA-SUISSE, Zurich Stefan Engler, conseiller d'Etat, Coire Dorothée Fierz, conseillère d'Etat, Zurich Andreas Knörzer, membre de la direction d'OBU (Association suisse pour l'intégration de l'écologie dans la gestion d'entreprises), Bâle Rolf Hegetschweiler, conseiller national, membre de la direction de la Société suisse des propriétaires fonciers, Zurich Bernhard Ludwig, président de l'IGEB (Interessen-Gemeinschaft energieintensiver Branchen), Utzenstorf Rudolf Rechsteiner, conseiller national, représentant d'organisations de protection de l'environnement et de défense des locataires, Bâle Philippe Roch, directeur de l'OFEFP, Berne Hans-Luzius Schmid, chef du programme SuisseEnergie, Berne Anton Schwingruber, président de la Conférence des directeurs cantonaux de l'énergie, conseiller d'Etat, Lucerne Silva Semadeni, membre de la direction de Pro Natura / Fondation suisse de l'énergie, Passugg-Araschgen

Ces informations peuvent également vous intéresser: