Bundesamt für Statistik

Résultats provisoires de l'enquête suisse sur la population active de 2005

(ots) - Résultats provisoires de l'enquête suisse sur la population active de 2005 Le taux de sans-emploi augmente légèrement en Suisse mais reste faible en comparaison internationale Au 2e trimestre 2005, la Suisse comptait 185'000 personnes sans travail et à la recherche d'un emploi. En une année, le taux de sans- emploi a augmenté de 4,3% à 4,5%. Parmi les pays de l’UE/AELE, seule l’Irlande connaît un taux de sans-emploi plus faible (4,2%). Outre les sans-emploi, on a dénombré 388'000 personnes occupées à temps partiel et qui souhaiteraient augmenter leur taux d’occupation. Les sans-emploi et les personnes en sous-emploi représentaient au 2e trimestre 2005 13,8% de la population active, contre 13,4% un an auparavant. Le volume de travail supplémentaire souhaité par ces deux groupes de population équivaut à environ 263'000 postes à plein temps. C'est ce qui ressort des résultats provisoires de l'enquête suisse sur la population active 2005, réalisée par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le seco publie parallèlement au présent communiqué les chiffres relatifs aux chômeurs inscrits au mois de septembre. Les indicateurs de l’enquête suisse sur la population active (ESPA) et ceux du seco sont complémentaires : les uns et les autres décrivent deux facettes d'un même phénomène. Ainsi, l’ESPA fournit des chiffres comparables au plan international, tandis que les résultats publiés par le seco donnent surtout des indications sur l’évolution conjoncturelle à court terme. Progression du nombre de sans-emploi non enregistrés Selon les résultats provisoires de l’enquête suisse sur la population active (ESPA), 185'000 personnes étaient sans emploi au 2e trimestre 2005. Cela correspond à un taux de sans-emploi de 4,5%, un chiffre en légère hausse par rapport à 2004 (4,3%). La progression du taux de sans-emploi en Suisse est due à l’évolution du nombre de sans-emploi non enregistrés. On a ainsi dénombré, au 2e trimestre 2005, 78'000 sans-emploi (année précédente : 68'000) qui n’étaient pas enregistrés auprès d’un office régional de placement (ORP). Ces personnes représentent 42% de l’ensemble des sans-emploi. Ce sont surtout les jeunes et les femmes sans emploi qui renoncent à s’enregistrer auprès d’un ORP. Ainsi, 58% des sans-emploi de 15 à 24 ans n’étaient pas enregistrés auprès d’un ORP, contre 35% des sans- emploi âgés de 25 à 64 ans. Chez les femmes, la part des sans-emploi non inscrits s’élevait à 49%, contre 34% chez les hommes. Des disparités un peu moins marquées entre les pays européens Parmi les pays de l’UE/AELE, seule l’Irlande affichait avec 4,2% un taux de sans-emploi inférieur à celui de la Suisse. Fait marquant, la plupart des nouveaux membres de l’UE ont enregistré un recul de leurs taux de sans-emploi. Les baisses les plus importantes ont été observées en Lituanie (-3,1 points à 8,1%) et en Slovaquie (-3,1 points à 15,4%). Dans l’ensemble, les taux de sans-emploi des pays européens se sont quelque peu rapprochés par rapport à l’année précédente. Les sans-emploi peu qualifiés restent plus longtemps sans travail Au 2e trimestre 2005, le taux de sans-emploi atteignait 7,9% chez les personnes sans formation postobligatoire. Il reste nettement plus élevé que chez les personnes ayant suivi une formation professionnelle ou ayant obtenu une maturité (4,0%), ainsi que chez celles ayant achevé une formation de degré tertiaire (2,8%). Près de la moitié des sans-emploi peu qualifiés n’ont pas de travail et sont en quête d’un emploi depuis plus d’une année (46% ou 31'000 personnes). Cette période est nettement plus courte pour les personnes ayant un niveau de formation plus élevé : la part des sans-emploi de longue durée est de 34% chez celles ayant achevé une formation de degré secondaire II et de 35% chez celles ayant obtenu un diplôme de degré tertiaire. 140'000 personnes travaillant à temps partiel préféreraient un emploi à plein temps Selon l’ESPA 2005, notre pays comptait au 2e trimestre 388'000 personnes en sous-emploi, autrement dit des actifs occupés à temps partiel et qui souhaiteraient relever leur taux d'occupation. Ceux- ci représentent 9,3% de la population active. Deux tiers de ces personnes (65% ou 254'000) pourraient commencer dans les trois mois un travail à un taux d’occupation plus élevé. Un peu plus d’un tiers des personnes en sous-emploi (36% ou 140'000 personnes) préféreraient travailler à plein temps plutôt qu’à temps partiel. Les 64% restantes souhaiteraient relever leur taux d’occupation. Pour mesurer l'ampleur du sous-emploi, on peut se référer au volume de travail supplémentaire que les personnes concernées souhaitent effectuer. Un peu moins d'un tiers des personnes en sous-emploi (30% ou 117'000) désirent travailler seulement 1 à 5 heures de plus. Quant au nombre de celles qui sont prêtes à travailler au moins 20 heures de plus par semaine, il est loin d'être négligeable (77'000 ou 20% des personnes en sous-emploi). Le volume de travail manquant correspond à 263'000 postes à plein temps Au total, 573'000 personnes n’avaient pas ou pas assez de travail au 2e trimestre 2005, ce qui correspond à 13,8% de la population active. Ce chiffre traduit à nouveau une légère augmentation par rapport au 2e trimestre 2004 (556'000 personnes ou 13,4%). Le volume de travail manquant pour satisfaire les personnes sans emploi et les personnes en sous-emploi correspond à quelque 263'000 postes à plein temps. Plus de la moitié de ce volume (57% ou 150'000 postes) est imputable au chômage, qui pèse ici davantage que le sous-emploi (113'000 postes). Les résultats définitifs de l'enquête suisse sur la population active seront publiés à fin octobre. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Enrico Moresi, OFS, section Travail, vie active et enquêtes thématiques, tél. : 032 713 64 02 Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: