Bundesamt für Statistik

Les tables de mortalité pour la Suisse 1998/2003

      (ots) - Les tables de mortalité pour la Suisse 1998/2003

Des espérances de vie parmi les plus élevées au monde

    En 1998/2003, l’espérance de vie à la naissance des femmes résidant en Suisse était de 82,8 ans et celle des hommes de 77,2 ans. Aussi bien les femmes que les hommes vivant en Suisse possédaient ainsi aux alentours de l’an 2000 des espérances de vie à la naissance parmi les plus élevées au monde. Au cours de la dernière décennie et pour la première fois depuis un peu moins d’un siècle, la différence entre les espérances de vie à la naissance des femmes et des hommes a fortement diminué. Tels sont les principaux résultats des nouvelles tables de mortalité de la Suisse calculées par l’Office fédéral de la statistique (OFS) pour la période 1998/2003. Malgré un ralentissement du progrès de l’espérance de vie des femmes résidant en Suisse, ces dernières possèdent toujours avec les Japonaises et les Françaises l’une des espérances de vie à la naissance les plus élevées au Monde. En 2000, les Japonaises pouvaient en effet espérer vivre en moyenne 84,6 ans, les Suissesses 82,8 ans et les Françaises 82,7 ans. Quant aux hommes résidant en Suisse avec une durée moyenne de vie de 77,2 ans, ils étaient précédés par les Islandais (78,0 ans), les Japonais (77,7 ans) et les Suédois (77,4 ans). L’écart entre la durée moyenne de vie des femmes et des hommes diminue Au cours de la dernière décennie, l’espérance de vie à la naissance des hommes a augmenté de 3,03 ans, alors que celle des femmes a progressé de 1,77 ans. L’écart entre la durée moyenne de vie des femmes et des hommes a ainsi diminué de 6,86 ans en 1988/93 à 5,60 ans en 1998/2003. Cela faisait près de 80 ans qu’une telle évolution n’avait plus été observée. Cette diminution de l’écart entre les femmes et les hommes est due premièrement à une forte accélération de l’accroissement de la durée moyenne de vie des hommes (3,03 ans contre 1,79 ans entre 1978/83 et 1988/93) et deuxièmement au léger ralentissement du progrès pour les femmes (1,77 ans contre 1,97 ans au cours de la décennie précédente). La baisse de la mortalité des personnes âgées prend de plus en plus d’importance dans l’accroissement de l’espérance de vie Les accroissements positifs observés récemment sont dus en grande partie à la baisse de la mortalité des personnes âgées. L’espérance de vie à 65 ans des hommes est ainsi passée au cours de ces dix dernières années de 15,51 ans à 17,12 ans et celle des femmes de 19,72 ans à 20,88 ans. Au cours des années 50, la contribution du groupe d’âge des 60 ans ou plus à l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance ne représentait que 18% du progrès total pour les hommes et 36% pour les femmes. Au cours des années 90, cette contribution est de 53% pour les hommes et plus de 64% pour les femmes. Ainsi l’accroissement de l’espérance de vie à la naissance au cours de ces dernières années provient avant tout de la baisse de la mortalité des sexagénaires et des personnes plus âgées. Pour les femmes, on observe même que près de 25% de cette augmentation est due à la diminution de la mortalité des personnes de 80 ans ou plus. Une reprise de la baisse de la mortalité chez les jeunes adultes de sexe masculin Sur les 3,03 années d’accroissement de l’espérance de vie à la naissance des hommes observé lors de la dernière décennie, 0,59 années peuvent être attribuées à la baisse de la mortalité des 20-39 ans, soit près de 20%. Au cours des deux décennies précédentes, les contributions de ce groupe d’âge à l’accroissement de l’espérance de vie à la naissance avaient pourtant été négatives (-0,04 dans les années 70 et -0,13 dans les années 80). En effet, la recrudescence des morts violentes (suicides, accidents) dans un premier temps et l’épidémie de SIDA dans un second temps, concernant principalement les hommes de cette classe d’âge, avaient entraîné une augmentation de la mortalité de ces derniers. La forte baisse du nombre de décès dus au SIDA observée depuis la deuxième moitié des années 90, ainsi que la baisse régulière du nombre de décès dus aux morts violentes expliqueraient ainsi en grande partie cette reprise de la baisse de la mortalité pour les jeunes adultes de sexe masculin. Quant aux femmes de 20 à 39 ans, après une relative stagnation de la mortalité chez ces dernières au cours des années 70 et 80, une légère baisse a pu être relevée au cours des années 90. La mortalité des personnes mariées reste nettement plus faible que celle des personnes non mariées Si les quotients de mortalité se stabilisaient aux valeurs actuelles, 89% des hommes mariés de trente ans atteindraient leur soixante-cinquième anniversaire contre seulement 75% à 79% des hommes non mariés du même âge. Pour les femmes, ces proportions seraient respectivement de 94% pour les mariées et près de 90 % pour les non mariées. Il faut noter que même aux âges plus élevés, les différences entre état civil restent très nettes. Ainsi, à 65 ans, l’espérance de vie d’un homme marié est de 17,9 ans et celle d’un célibataire n’est que de 14,6 ans (divorcés: 14,8 ans, veufs: 15,4 ans). En se situant à 22,2 ans, l’espérance de vie d’une femme mariée de 65 ans est également nettement plus élevée que celle des autres femmes. En effet, les espérances de vie à 65 ans d’une femme divorcée, célibataire et veuve sont respectivement de 19,4 ans, 20,0 ans et 20,5 ans. Les hypothèses communément admises pour expliquer ces différences entre personnes mariées et non mariées sont que d’une part il y aurait une sélection directe ou indirecte au mariage de personnes en bonne santé et que d’autre part le fait d’être marié aurait un effet protecteur contre les facteurs pouvant nuire à la santé.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

Renseignements: Raymond Kohli, OFS, Section Démographie et migration, tél. : 032 713 61 53

Informations complémentaires (disponibles sur le site Internet de l'OFS à l'adresse suivante): http://www.statistique.admin.ch  » Thèmes » 01 - Population » Etat de la population et évolution démographique » Analyses, rapports » La mortalité en Suisse » Tables de mortalité 1998-2003

Nouvelles parutions: OFS, Les tables de mortalité pour la Suisse 1998/2003 (à paraître)

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: