Bundesamt für Statistik

Les dépenses de protection de l’environnement des entreprises en 2003

(ots) - Les dépenses de protection de l’environnement des entreprises en 2003 Un effort considérable mais en recul par rapport à 1993 En 2003, les dépenses de protection de l’environnement des entreprises s’élevaient à 2,5 milliards de francs, soit près de 0,6% du PIB. Par rapport aux estimations de 1993, elles auraient reculé d’environ 6,8% en termes réels. Celles de l’industrie représentaient quant à elles 1,4% de la valeur ajoutée brute de ce secteur, une charge comparable à celle qui pèse sur l’industrie européenne (UE- 15). Ce sont là quelques indicateurs provenant d’une enquête représentative réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Compte tenu de la croissance économique observée durant la période 1993–2003, la charge financière que représente la protection de l’environnement semble avoir diminué. Ce qui n’implique toutefois pas nécessairement un désengagement de l’économie, ni une détérioration de l’environnement. Un tel recul peut en effet également s’expliquer par des changements structurels, par l’adoption de procédés de production plus propres ou encore par le recours à des technologies de dépollution plus efficaces. L’industrie suisse n’est pas pénalisée en comparaison européenne En 2003, l’industrie suisse a consacré près de 1,28 milliard de francs à la protection de l’environnement soit environ 1,4% de sa valeur ajoutée brute et 0,3% du PIB. Une charge financière identique à celle qui pesait en 2002 sur l’industrie européenne (UE-15), dans laquelle cette charge a toutefois fluctué au cours des années précédentes, notamment en raison du caractère erratique et cyclique des investissements. A noter qu’en Suisse comme dans l’UE, la gestion des déchets et des eaux usées ainsi que la protection de l’air et du climat accaparaient plus de 80% des dépenses de protection de l’environnement de l’industrie. Les technologies propres ont le vent en poupe Par rapport à 1993, la part des dépenses courantes dans le total des dépenses de protection de l’environnement est passée de 43% à 68% et celle des investissements de 57% à 32%. Ce recul de l’investissement s’est fait au détriment des investissements de traitement de la pollution, qui ont diminué de plus de 60%, tandis que ceux de prévention de la pollution ont augmenté de 19%. En conséquence, la part des investissements préventifs passait dans le même temps d’un tiers à 55% du total des investissements en 2003, traduisant un intérêt accru pour les procédés et équipements de production plus propres. Un coût mais aussi des bénéfices La protection de l’environnement coûte, mais elle est également bénéfique. Elle améliore la qualité de notre environnement, évitant ainsi l’émergence de coûts qu’induirait un niveau de pollution plus élevé, par exemple dans le domaine de la santé. Mais elle contribue également au développement économique et au progrès technique. De fait, une industrie de l’environnement, qui comprend les activités économiques liées à la production de biens et de services permettant de réduire la pollution, a émergé et gagné en importance au cours des années. Selon une étude de l’OFS, la Suisse comptait en 1998 près de 50’000 emplois relevant de cette éco-industrie, soit environ 1,3% de l’ensemble des emplois. Le chiffre d’affaires de ce secteur s’élevait à environ 9,5 milliards de francs. Notes méthodologiques Conformément à la pratique internationale (Eurostat, OCDE), les dépenses de protection de l'environnement mesurent l'effort financier consacré directement à prévenir, réduire ou éliminer la pollution ou toute autre dégradation de l'environnement. Elles comprennent tant les dépenses courantes que les investissements. Les dépenses ayant un impact favorable sur l’environnement mais servant en premier lieu d’autres buts que sa protection sont exclues. Les résultats présentés sont tirés d’une enquête représentative basée sur échantillon aléatoire couvrant l’industrie, la construction ainsi que la majorité des services. Plus de 4500 entreprises ont répondu. Une ventilation des résultats par branche est disponible uniquement pour celles de plus de 20 emplois (à plein temps et à temps partiel). Pour la comparaison avec 1993, seules les dépenses de protection de l’environnement des entreprises de plus de 20 emplois, pour lesquelles des estimations sont disponibles, ont été prises en compte. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Jacques Roduit, OFS, section Environnement et développement durable, tél. : 032 713 66 12 Nouvelles parutions: Dépenses de protection de l’environnement des entreprises en 2003. Premiers résultats, n° de commande : 178-0300. Prix : gratuit Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: