Bundesamt für Statistik

Indice de la production, des commandes, des chiffres d’affaires et des stocks dans le secteur secondaire au 1er trimestre 2005

(ots) - Indice de la production, des commandes, des chiffres d’affaires et des stocks dans le secteur secondaire au 1er trimestre 2005 Tassement de la croissance dans les entreprises industrielles Les résultats du 1er trimestre 2005 font état d’un léger recul des affaires dans l’industrie suisse. L’évolution positive observée lors des trimestres précédents ne s’est donc pas poursuivie. Par rapport au trimestre correspondant de 2004, la production a baissé de 0,3%. Les chiffres d’affaires ont réalisé une légère hausse de 0,6%, tandis que les entrées de commandes ont diminué de 1,5%. Les commandes en portefeuille ont augmenté (+1,3%), de même que les stocks de produits finis (+1,9%). Tels sont les principaux résultats de l’enquête trimestrielle de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur l’évolution de la situation dans l’industrie suisse. Recul de la production Pour la première fois depuis près de deux ans, la production (sans la construction) a enregistré un recul pendant le trimestre sous revue par rapport à la même période de 2004 ; il s’agit toutefois d’une faible baisse de -0,3%. L’OFS publie désormais en complément les résultats de la production corrigés des variations saisonnières ; ceux-ci font état d’un recul de 0,4% par rapport au trimestre précédent. Cette morosité conjoncturelle apparaît également dans le baromètre de l’emploi, une publication de l’Office fédéral de la statistique qui rend compte de la situation du marché du travail. D’après ce baromètre, l’emploi a de nouveau reculé dans le secteur secondaire. En revanche, le nombre des postes vacants a continué d’augmenter au premier trimestre 2005. Les branches les plus touchées par le recul observé par rapport au trimestre correspondant de 2004 sont les industries extractives, la fabrication de moyens de transport, la branche de la cokéfaction, du raffinage du pétroles et des combustibles nucléaires et celle des produits en caoutchouc et en plastiques ainsi que la métallurgie. Les hausses les plus fortes ont été enregistrées dans l’industrie du cuir et de la chaussure, dans l’industrie chimique et dans la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques. Introduction des résultats de la production corrigés des variations saisonnières Pour la première fois, l’OFS présente les séries chronologiques trimestrielles de la production corrigées des variations saisonnières. Celles-ci ont été soustraites pour les branches déclarées saisonnières (méthode Census X12 – Arima). On dispose ainsi pour l’analyse conjoncturelle de séries chronologiques indépendantes des variations saisonnières. Ces chiffres peuvent être comparés à ceux du trimestre précédent, ce qui permet de retracer l’évolution dans le secteur industriel dans un laps de temps plus court. Jusqu’ici, il fallait comparer les données d’un trimestre avec celles du trimestre correspondant de l’année précédente pour neutraliser l’effet des variations saisonnières. Faible hausse des chiffres d’affaires Les chiffres d’affaires en comparaison annuelle ont progressé légèrement, de 0,6% (+0,2% avec la construction). Cette hausse est à attribuer avant tout aux biens de consommation. Les progressions les plus marquées ont été réalisées dans la cokéfaction, le raffinage du pétrole et les combustibles nucléaires, dans l’industrie du cuir et de la chaussure, dans la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques, dans les autres industries manufacturières et dans la fabrication d’appareils électriques, la mécanique de précision et l’optique. Les hausses des chiffres d’affaires enregistrées dans la cokéfaction, le raffinage du pétrole et les combustibles nucléaires et dans les autres industries manufacturières sont dues exclusivement à l’augmentation des prix. Les chiffres d’affaires les plus bas ont été enregistrés dans la fabrication de moyens de transport, dans les industries extractives et dans l’industrie du papier, du carton, de l’édition et de l’impression. Moins d’entrées de commandes Par rapport au trimestre correspondant de 2004, les entrées de commandes ont reculé de 1,5%, ou de -0,6% si l’on tient compte des résultats de la construction. La progression observée depuis le 3e trimestre 2003 a ainsi été interrompue. Les baisses les plus marquées ont été enregistrées dans les biens d’investissement. Cette évolution a touché avant tout la fabrication de moyens de transport, les industries extractives, l’industrie des machines, celle du papier, du carton, de l’édition et de l’impression et l’industrie du textile et de l’habillement. L’industrie du cuir et de la chaussure a enregistré de très fortes entrées de commandes, suivie de la fabrication d’autres produits non métalliques et de la construction. Hausse des réserves de travail Les commandes en portefeuille se sont quelque peu accrues (+1,3% ; +2,6% si l’on tient compte de la construction). Les stocks ont augmenté de plus de 10 points de pourcentage dans l’industrie du cuir et de la chaussure, dans la fabrication d’autres produits non métalliques et dans les autres industries manufacturières. Le portefeuille de commandes a diminué en revanche dans les industries extractives ainsi que, dans une moindre mesure, dans l’industrie du textile et de l’habillement et dans celle du papier, du carton, de l’édition et de l’impression. Augmentation des stocks Les entreprises ont augmenté leurs stocks de produits finis de 1,9% par rapport au même trimestre de 2004. Les hausses ont été les plus marquées dans la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques, dans le travail du bois et la fabrication d’articles en bois (sans les meubles) et dans l’industrie métallurgique. Les réductions les plus fortes ont été relevées dans les autres industries manufacturières, dans les industries extractives et dans l’industrie de l’alimentation, des boissons et du tabac. L’indice de la production, des commandes, des chiffres d’affaires et des stocks reflète l’évolution conjoncturelle du secteur secondaire. Il se base sur les normes internationales fixées dans la Nomenclature générale des activités économiques (NOGA) en 1995, qui classe les entreprises dans les différentes branches en fonction de leur activité économique. La base de l’indice (indice = 100) est la moyenne de l’année 1995. Les données utilisées pour calculer l’indice sont relevées auprès d’un échantillon représentatif d’entreprises comptant au moins 5 emplois à plein temps. L’indice est publié chaque trimestre. Le degré d’agrégation choisi lui confère suffisamment de pertinence tout en satisfaisant aux exigences de la protection des données. Les séries chronologiques reposent sur le schéma de pondération de 1993 et s’appuient sur les anciennes séries; ces dernières sont structurées différemment, elles sont moins nombreuses et plus agrégées. Pour éliminer dans une large mesure les variations saisonnières, l’analyse des données se rapporte au trimestre correspondant de l’année précédente. Les indices corrigés des variations saisonnières ont été appliqués pour la production. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Luu Nguyen, OFS, section Structure des entreprises et emploi, tél. : 032 713 61 47 Markus Beckstein, OFS, section Structure des entreprises et emploi, tél. : 032 713 64 34 Nouvelles parutions: Office fédéral de la statistique : Evolution de la situation dans le secteur secondaire. Indices de la production, des commandes, des chiffres d’affaires et des stocks au 1er trimestre 2005, Neuchâtel 2005. Numéro de commande : 039-0501. Prix : Fr. 6.— Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: