Bundesamt für Statistik

BFS: Les étudiants des hautes écoles suisses au semestre d’hiver 2004/2005 Le taux de passage au niveau du master est élevé

      (ots) - Les étudiants des hautes écoles suisses au semestre d’hiver 2004/2005

Le taux de passage au niveau du master est élevé

    Au semestre d’hiver, 160'000 étudiants étaient immatriculés dans les hautes écoles suisses, soit 7000 personnes de plus (+4,7%) que l’année précédente. Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), cette augmentation est essentiellement le fait de l’intégration dans les hautes écoles pédagogiques des filières de formation pour les enseignants. Dans les hautes écoles universitaires, la « réforme de Bologne » se concrétise : près de la moitié de tous les débutants sont inscrits dans un cursus de bachelor. La plupart des quelque 1000 personnes à avoir acquis un diplôme de bachelor en 2004 poursuivent leurs études au niveau du master. Les hautes écoles spécialisées offriront des filières d’études selon le « système de Bologne » à partir de cet automne. Le nombre total d’étudiants dans les hautes écoles universitaires (HEU) est resté plutôt stable ; il s’élève à 111'000 en 2004/05. Avec une croissance de 350 étudiants (+31%), l’Université de Lucerne continue son expansion suite à l’ouverture d’une faculté de droit en 2001 et à l’élargissement de l’offre de formation dans les sciences sociales. Dans les autres HEU, l’évolution varie entre une augmentation de 6% (universités de Bâle, Berne et Suisse italienne) et une baisse de 6% à l’Université de St-Gall. HEU: la réforme de Bologne se concrétise La mise en oeuvre de la « Déclaration de Bologne » signée par les ministres européens de l’éducation en 1999 déploie progressivement ses effets dans les HEU : le nombre des étudiants entamant des études dans les filières menant au bachelor et dans celles, au niveau supérieur,menant au master a quasiment doublé depuis l’année précédente. A l’heure actuelle dans les HEU, quelque 22'000 personnes suivent une formation pour décrocher un diplôme de bachelor, 4000 personnes un diplôme de master et 63'000 personnes un titre traditionnel (licence ou diplôme). Les sciences économiques, les sciences techniques ainsi que les sciences exactes et naturelles sont les domaines d’études où l’introduction de la réforme de Bologne est la plus avancée. Pour l’ensemble des HEU, on remarque que dans ces derniers groupes, environ 80% des débutants se sont immatriculés dans un cursus de bachelor au semestre d’hiver 2004/05. Le grand tournant n’a pas encore été pris dans les sciences humaines et sociales, où les débutants ne sont que 18% à suivre une filière menant au bachelor. Ce sont en particulier les HEU dont l’offre d’études est relativement spécialisée qui ont joué un rôle pionnier dans l’application de la réforme de Bologne. Si l’on considère tous les étudiants des 1er et 2e niveaux (bachelor, master, licence/diplôme), on observe que ce sont les universités de Lucerne (90%), de Saint- Gall (80%) et de l’EPF Lausanne (79%) qui présentent les parts les plus importantes d’étudiants se trouvant dans des filières échelonnées (bachelor et master). Parmi les HEU dont l’offre de formation est très large, les universités de Fribourg (49%) et de Bâle (39%) comptent les parts correspondantes les plus élevées. Les premiers cursus de bachelor ont été introduits en Suisse au semestre d’hiver 2001/02. Au terme de la durée minimale d’études de trois ans, les HEU ont délivré en 2004 un nombre conséquent de diplômes de bachelor (1057), le plus souvent à des étudiants en sciences économiques et en droit. La grande majorité des personnes ayant achevé avec succès un tel cursus ont immédiatement poursuivi leurs études au niveau du master (88%). Le taux de passage atteint presque 100% chez les étudiants en droit et 80% chez les économistes. Ces chiffres doivent être interprétés avec prudence dans la mesure où près de la moitié des diplômés du bachelor avaient entamé leurs études dans l’« ancien système ». On ne sait pas encore si les étudiants des volées à venir reproduiront le comportement de leurs prédécesseurs. HES: stagnation dans les filières techniques Les HES comptaient 49'000 étudiants, ce qui représente une augmentation de 13% du nombre d’étudiants par rapport à 2003. Cette hausse est en grande partie due au transfert dans les HEP de la formation des futurs enseignants des degrés préscolaire et primaire. Les effectifs au sein de ces dernières ont progressé de 38% entre 2003 et 2004. Par ailleurs, la HES-SO/S2 compte près de 10'900 étudiants et devient la plus grande HES du pays. Avec près de 18% d’étudiants en plus, elle poursuit son intégration du domaine santé- social (HES-S2). Quant à la hausse de 42% du nombre d’étudiants observée à la Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana (SUPSI), celle-ci provient de l’intégration en son sein de la Fernfachhochschule de Brigue en 2004. Dans les autres HES, l’augmentation du nombre d’étudiants varie entre 9,4% à la Zürcher Fachhochschule et 4% à la Berner Fachhochschule. Parmi les domaines d’études HES, outre ceux de la santé, du travail social et de la formation des enseignants, on note une hausse substantielle des effectifs dans les filières «Chimie et Life sciences» (+10%) et celles de l’architecture, construction et planification (+9%). En revanche, le domaine de la technique n’a pas connu d’augmentation notoire (+2%). Si l’on regarde l’évolution du nombre d’entrants au niveau diplôme, c’est le seul domaine d’envergure à accuser une baisse sensible (-11%), alors que le nombre total des entrants au niveau diplôme HES est supérieur de 6% à celui de l’année précédente.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

Renseignements: Philipp Dubach, OFS, section Hautes écoles, tél. : 032 713 69 56 Stéphane Cappelli, OFS, section Hautes écoles, tél. : 032 713 65 99 Nouvelles parutions: «Baromètre de Bologne»: L'introduction des filières échelonnées dans les hautes écoles suisses, n° de commande : 696-0500. Prix : gratuit Etudiants des hautes écoles universitaires, n° de commande : 119- 0400. Prix : Fr. 6.--, paraît en juin 2005 Etudiants des hautes écoles spécialisées, n° de commande : 285-0500. Prix : Fr. 6.--, paraît en juin 2005

Données de base sur le étudiants des hautes écoles universitaires et hautes écoles spécialisées : www.education-stat.admin.ch >> Degrés d’éducation >> Tertiaire : hautes écoles >> Etudiants

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: