Bundesamt fĂĽr Statistik

BFS: Indice suisse des salaires 2004

      (ots) - Indice suisse des salaires 2004

Hausse des salaires nominaux de 0,9% - stagnation du pouvoir dÂ’achat des salaires Ă  0,1%

    DÂ’après les calculs de lÂ’Office fĂ©dĂ©ral de la statistique (OFS), lÂ’indice suisse des salaires nominaux a augmentĂ© en moyenne de 0,9% en 2004 par rapport Ă  2003, sÂ’Ă©tablissant ainsi Ă  114,1 points (1993 = 100). Compte tenu dÂ’un taux dÂ’inflation annuel moyen de 0,8%, les salaires rĂ©els enregistrent une hausse de 0,1% (103,9 points). La tendance au ralentissement de la croissance des salaires nominaux se confirme En 2004, les salaires nominaux ont progressĂ© de 0,9% par rapport Ă  2003. Cette augmentation modĂ©rĂ©e vient confirmer la tendance Ă  une diminution rĂ©gulière du taux de croissance des salaires amorcĂ©e dès 2002. En effet, la progression salariale a affichĂ© une hausse exceptionnelle de 2,5% en 2001 puis a dĂ©clinĂ© en 2002 (+1,8%) et en 2003 (+1,4%). La modĂ©ration salariale enregistrĂ©e en 2004 sÂ’explique en grande partie par la morositĂ© de lÂ’Ă©conomie suisse en 2003. Evolution des salaires nominaux par secteur et par branche Ă©conomique LÂ’Ă©cart de croissance des salaires nominaux entre les secteurs Ă©conomiques se creuse en 2004. En effet, les salaires enregistrent une progression de 0,6% dans le secteur secondaire contre 1,2% dans le secteur tertiaire. LÂ’industrie chimique avec 1,2% dÂ’Ă©volution des salaires nominaux affiche un taux nettement supĂ©rieur Ă  ceux des autres branches du secteur secondaire. LÂ’industrie du textile et de lÂ’habillement se dĂ©marque aussi avec une progression de 1%. Les branches les moins favorisĂ©es sont celles de la fabrication d'autres produits minĂ©raux non mĂ©talliques (0,0%), de lÂ’industrie du papier, de lÂ’Ă©dition et impression (+0,4%) ainsi que de la construction (+0,4%). En raison dÂ’un faible accroissement de la marche des affaires dans le secteur secondaire en 2003, la tendance a Ă©tĂ© Ă  la modĂ©ration salariale pour 2004. Avec une progression des salaires nominaux de 1,2% le secteur tertiaire se situe dans son ensemble lĂ©gèrement au-dessus de la hausse globale pour lÂ’ensemble de lÂ’Ă©conomie (+0,9%). Ce sont les branches de lÂ’immobilier, informatique, R&D et autres services aux entreprises (+1,8%), des autres services collectifs et personnels telles les activitĂ©s associatives, culturelles et sportives (+1,9%) et des postes et tĂ©lĂ©communications (+2,2%) qui influencent le plus fortement Ă  la hausse lÂ’Ă©volution des salaires nominaux dans le secteur des services. Les entreprises productrices de services financiers continuent de se situer en dessous du taux dÂ’Ă©volution global du secteur des services. Ainsi les salaires progressent de 0,8% dans la branche des assurances, de 0,9 % dans celle des services auxiliaires des banques et assurances et de 1,0 % dans celle de lÂ’intermĂ©diation financière. Ce repli peut ĂŞtre attribuĂ© Ă  la stagnation des marchĂ©s financiers ainsi quÂ’aux mesures de restructuration prises en 2003. CÂ’est la branche de lÂ’administration publique qui connaĂ®t la plus faible progression avec 0,6%. Evolution des salaires nominaux entre 1993 et 2004 Entre 1993 et 2004, les salaires nominaux dans lÂ’ensemble des branches Ă©conomiques ont progressĂ© de 14,1% (soit 1,2% en moyenne par an). La branche des assurances avec 24,9%, celle des services auxiliaires, des activitĂ©s financières et des assurances avec 24,1% et celle de lÂ’intermĂ©diation financière avec 23,4% connaissent des taux de croissance des salaires nettement supĂ©rieurs au taux global, suivi par les postes et tĂ©lĂ©communications (+20,0%) et la branche de lÂ’industrie chimique (+19,5%). Les branches les plus prĂ©tĂ©ritĂ©es sont celles des transports terrestres et par conduites (+6,8%), de lÂ’industrie du papier et du carton, Ă©dition et impression (+9,7%), de lÂ’enseignement (+10,3%), et de lÂ’industrie textile, habillement et fourrures (+10,5%). Les salaires rĂ©els stagnent: +0,1% En 2004, les salaires rĂ©els enregistrent une progression très faible de 0,1%. Cette quasi-stagnation est le rĂ©sultat dÂ’une hausse des salaires nominaux de 0,9% presque Ă©quivalente Ă  celle de lÂ’inflation (+0,8%). Le repli du pouvoir dÂ’achat des salaires depuis 2002 est dĂ» principalement au ralentissement de la progression des salaires nominaux. En effet, après avoir culminĂ© en 2001 Ă  1,5%, le taux de croissance des salaires rĂ©els a progressivement faibli en 2002 (+1,1%) et 2003 (+0,8%) alors que lÂ’inflation affichait des taux relativement bas et constants sur ces deux annĂ©es avec 0,6%. LÂ’augmentation des salaires rĂ©els sur lÂ’ensemble de la pĂ©riode de 1993 Ă  2004 atteint +3,9%, cÂ’est-Ă -dire +0,35% en moyenne annuelle. De 1993 Ă  2004, selon le secteur et la branche Ă©conomique Le secteur secondaire connaĂ®t, avec un taux de 3,1%, une croissance des salaires rĂ©els plus faible que le secteur tertiaire (+4,5%). La branche de lÂ’industrie du papier et de lÂ’Ă©dition est la plus prĂ©tĂ©ritĂ©e avec une perte de pouvoir dÂ’achat de ses salaires de 0,1%. La branche de lÂ’industrie textile (+0,6%) affiche, sur cette pĂ©riode, une quasi stagnation. La grande majoritĂ© des branches du secteur industriel enregistre une progression infĂ©rieure au taux global de 3,1%. Seules deux branches influencent fortement ce taux Ă  la hausse, Ă  savoir celle de la fabrication d'Ă©quipement Ă©lectrique et Ă©lectronique, de prĂ©cision avec 4,2% mais surtout celle de lÂ’industrie chimique avec un taux particulièrement Ă©levĂ© de 8,8%. Sur la pĂ©riode 1993 Ă  2004, le secteur tertiaire, avec une hausse des salaires rĂ©els de 4,5%, se situe au dessus de la moyenne suisse (+3,9%). Des augmentations très nettement supĂ©rieures ont Ă©tĂ© enregistrĂ©es dans les assurances (+13,7%), les services auxiliaires des banques et assurances (+13,0%) et les banques (+12,3%). A lÂ’opposĂ©, pour la mĂŞme pĂ©riode, la branche des transports terrestres et par conduites se distingue en affichant une baisse des salaires rĂ©els de 2,8% et celle de lÂ’enseignement stagne Ă  0,4%. Les salaires rĂ©els enregistrent une progression infĂ©rieure au taux global de ce secteur dans les branches du commerce de gros (+4,1%), de dĂ©tail (+4,0%) et des vĂ©hicules (+2,9%), celle de la santĂ© et activitĂ©s sociales (+3,9%) et dans l'administration publique (+1,1%).

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

Renseignements: Didier Froidevaux, OFS, section Salaires et conditions de travail, tél. : 032 713 67 56

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez dÂ’autres informations et publications sous forme Ă©lectronique sur le site Internet de lÂ’OFS Ă  lÂ’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt fĂĽr Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: