Bundesamt für Statistik

Les dépenses publiques d'éducation en Suisse de 1992 à 2002

      (ots) - Les dépenses publiques d'éducation en Suisse de 1992 à 2002

Après une période de stagnation, les investissements en faveur de l’éducation ont à nouveau progressé en 2002

    En 2002, la Confédération, les cantons et les communes ont investi 25 milliards de francs dans l’éducation. Ces dépenses ont bénéficié à 1,4 million d’élèves et d’étudiants fréquentant des établissements d’éducation publics ou subventionnés par les pouvoirs publics. Les dépenses dans l’éducation ont ainsi progressé de 7% par rapport à l’année précédente. Ce sont là quelques-uns des résultats d’une nouvelle analyse de l’Office fédéral de la statistique (OFS). La répartition des dépenses selon les différents degrés de formation a peu évolué de 1992 à 2002. Ainsi, près de la moitié des dépenses publiques d’éducation bénéficie à l'école obligatoire, qui concentre près de 70% des élèves. Un quart est destiné au degré tertiaire et près d’un cinquième est consacré au secondaire II. Les cantons et leurs communes constituent les principales sources de financement (87%), la Confédération n’assumant qu’un nombre limité de tâches dans le domaine de l’éducation. Les dépenses consacrées à l’éducation représentent 18,6% de l'ensemble des dépenses publiques. L’éducation fait ainsi partie, avec la prévoyance sociale, des principaux postes de dépenses des pouvoirs publics. Evolution des dépenses de 1992 à 2002 Après avoir interrompu leur progression en 1993, les investissements en faveur de l’éducation publique se sont stabilisés au cours des années suivantes. De 1992 à 2002, les dépenses publiques d’éducation sont passées de 19,4 milliards de francs à 25 milliards. A l’exception des écoles de formation générale du secondaire II, tous les degrés de formation ont bénéficié d’une hausse réelle des investissements au cours de ces dix années. Si la progression du nombre des élèves et des étudiants explique en partie la progression des dépenses, d’autres facteurs y ont contribué, comme l’évolution des exigences auxquelles doivent satisfaire les différentes filières ou l'extension de l’offre de formation. Le degré secondaire II se subdivise en deux secteurs, les écoles de formation générale et les écoles de formation professionnelle. Alors que les dépenses nominales consacrées à la formation professionnelle ont passé de 2,8 milliards de francs à 3,4 milliards de 1992 à 2002 (progression de 9,5% en termes réels), les écoles de formation générale ont vu leurs ressources réelles reculer de 7 % à 2 milliards de francs. Les dépenses nominales consacrées à la scolarité obligatoire ont progressé dans le même temps, passant de 10,3 à 13 milliards de francs, ce qui correspond à une hausse de 12 % en termes réels. Parallèlement, le nombre des élèves a passé de 840'000 à 930'000 (+11%). Augmentation des ressources financières dans le tertiaire Dans une société où le savoir est de plus en plus essentiel, l’économie est largement tributaire de l’éducation. Après avoir stagné, voire reculé au début des années 1990, les investissements dans l’éducation sont repartis à la hausse ces cinq dernières années pour financer la mise en œuvre de la réforme des hautes écoles et d’autres projets de développement. La statistique fait ainsi apparaître une progression des investissements dans le tertiaire de 4 à 6,2 milliards de francs, ce qui équivaut à une augmentation de 39% en termes réels. Le degré tertiaire se subdivise en trois secteurs : la formation professionnelle supérieure, les hautes écoles spécialisées, qui ont commencé à voir le jour en 1997, et les hautes écoles universitaires. Ce n’est que depuis 2000 que la statistique financière de l’Administration fédérale des finances fait apparaître les dépenses publiques d’éducation ventilées selon ces trois secteurs. D’après cette dernière, les dépenses publiques d'éducation consacrées aux hautes écoles universitaires ont passé de 4 milliards de francs en 2000 à 4,7 milliards en 2002, tandis que le développement fulgurant des hautes écoles spécialisées apparaît au travers de la hausse massive en termes réels (+50%) des investissements dans ce secteurs, qui atteignent aujourd’hui 1,2 milliard de francs. La hausse des dépenses pour les hautes écoles spécialisées s’explique en partie par l’attribution à ce secteur de certaines filières qui faisaient auparavant partie des écoles supérieures. La statistique de la formation professionnelle supérieure fait état en conséquence d’un recul des dépenses de 380 à 250 millions de francs. Base de données La publication « Dépenses publiques d’éducation » de l’Office fédéral de la statistique, qui paraît en rythme annuel, se fonde sur deux enquêtes distinctes. Elle repose, d’une part, sur la statistique suisse de l’éducation, qui dresse une synthèse des statistiques cantonales et, d’autre part, sur la statistique financière de l’Administration fédérale des finances (AFF). L’AFF enregistre les flux financiers des administrations de la Confédération, des cantons et des communes selon le modèle comptable harmonisé. Les données financières définitives les plus récentes dont on dispose pour ces trois niveaux administratifs remontent à 2002.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Katrin Mühlemann, OFS, section Formation scolaire et professionnelle, tél. : 032 713 67 32, E-Mail: katrin.muehlemann@bfs.admin.ch Erika Moser, OFS, section Formation scolaire et professionnelle, tél. : 032 713 68 32, e-mail: erika.moser@bfs.admin.ch

    Nouvelles parutions: OFS, Dépenses publiques d’éducation 2002. Neuchâtel 2004, n° de commande : 319-0200. Prix : Fr. 19.—

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: