Bundesamt für Statistik

BFS: Parc des véhicules routiers en 2004

      (ots) - Parc des véhicules routiers en 2004

Les voitures s’embourgeoisent

    Au 30 septembre 2004, on dénombrait 4'969'000 véhicules à moteur immatriculés, parmi lesquels, notamment, 3'811’000 voitures de tourisme, 583'000 motocycles et 298'000 utilitaires de transport de choses (voitures de livraison, camions, tracteurs à sellette). A cela s’ajoutent 318'000 remorques. Cela correspond à 518 voitures de tourisme et 79 motocycles pour 1000 habitants. Ces dernières années, les motocycles ont connu un grand succès : on en dénombre aujourd’hui 2 fois plus qu’en 1990 et 4 fois plus qu’en 1980. C’est ce qui ressort de la statistique des véhicules routiers de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Les parcs des différentes catégories de véhicules s’accroissent en général de 1 à 2% par année depuis 1990. C’est le cas des voitures de tourisme (avec l’équivalent de 1,8% d’augmentation annuelle), des utilitaires de transport de personnes (avec 2,5%) ou des utilitaires de transport de choses (avec 1,2%). De son côté, le nombre de véhicules agricoles et industriels est resté très stable avec de moins de 1% de progression annuelle. En revanche, les motocycles se singularisent tout particulièrement : ils sont aujourd’hui 2 fois plus nombreux qu’en 1990, ce qui correspond à une augmentation annuelle moyenne de 4,9%. Voitures de tourisme : confort avant tout Avec une progression de 1,5% entre 2003 et 2004, l’évolution récente du parc des voitures de tourisme est dans la norme de ces 15 dernières années. En outre, la structure de ce parc se modifie, mais pas forcément à l’avantage des économies de carburant et de la protection de l’air. En effet, depuis 14 ans, les voitures deviennent de plus en plus lourdes et les moteurs de plus en plus gros, au bénéfice de la sécurité, sûrement, mais aussi du confort et des performances. Entre 1990 et 2004, la cylindrée et le poids total moyens n’ont cessé d’augmenter, la première de 1821 cm3 à 1971 cm3, soit de 8,2%, le second de 1494 kg à 1745 kg, soit de 16,8%. A noter encore, les véhicules électriques constituent toujours une rareté (625 véhicules). Quant au nombre de places, synonyme de taille des véhicules, on constate que, si les voitures de 5 places restent les plus courantes, leur part diminue régulièrement (de 88,1 à 81,7% entre 1990 et aujourd’hui) au profit non seulement des véhicules plus spacieux (+4,2%), comme les monospaces par exemple, mais aussi des petites voitures de 4 places ou moins (+2,2%). Transport de choses : les légers toujours plus légers, les lourds toujours plus lourds Parmi les véhicules destinés au transport de choses, la loi distingue les voitures de livraison, jusqu’à 3,5 tonnes, les camions, au-dessus de 3,5 tonnes, et les tracteurs à sellette (ou semi-remorques) dont le poids total n’est pas spécifié. Le nombre de voitures de livraison n’a cessé d’augmenter, de 197'000 en 1990 à 247'000 en 2004 (+26%), mais, en même temps, leur charge utile moyenne a régulièrement diminué (-11.5%). Ainsi, la charge utile totale, c’est-à-dire le potentiel de transport de cette catégorie, a varié (+11%) de manière nettement moins importante que le parc. Le potentiel de transport des camions est resté encore plus constant (+0,2%) mais pour des raisons inverses : le parc diminuait (-16%) tandis que la charge utile moyenne augmentait (+20%), passant de 8,1 à 9,7 tonnes. Quant aux tracteurs à sellette, leur nombre a augmenté sans discontinuer depuis 1990, de sorte qu’on en dénombre aujourd’hui 9541, soit 60% de plus que 14 ans auparavant. Succès persistant des motocycles La catégorie des motocycles est de loin celle qui a connu la plus forte progression ces 20 dernières années. Plus récemment, à partir de 1995, la vogue des scooters a été la cause d’une augmentation extraordinaire: de 12'000 en 1990 leur nombre est passé à 48'000 en 1995 puis à 161'000 en 2000, enfin à 229’000 en 2004. Cette vogue commence maintenant à s’atténuer mais elle est compensée par les effets des nouvelles règles concernant le permis de conduire entrées en vigueur au printemps 2003. Ces nouvelles dispositions légales facilitent l’accès aux motocycles autres que légers. Ainsi s’explique qu’après l’embellie de la seconde moitié des années 90 la diminution du nombre de motocycles légers (-4258 véhicule en 2003, - 13'806 véhicules en 2004) soit compensée par le regain d’intérêt pour les autres motocycles et surtout pour les motocycles plus lourds (+25'273 véhicules en 2003, +27'955 véhicules en 2004).

    La statistique des véhicules routiers de l’OFS se base sur le Registre des véhicules MOFIS de l’Office fédéral des routes.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

    Renseignements: Albin Raemy, OFS, section Transports, tél. : 032 713 62 11 Nouvelles parutions: Véhicules routiers en Suisse, parc au 30 septembre 2004, n° de commande : 033-0400. Prix : Fr. 30.--

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: