Bundesamt für Statistik

BFS: Etude sur la branche cinématographique

      (ots) - Etude sur la branche cinématographique

Le cinéma en Suisse: une offre riche et diversifiée

    Selon une étude réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS), plus de 1'400 films ont été projetés en Suisse en 2003. Parmi ceux-ci, un quart sont des nouveaux films, presque le double d’il y a dix ans. Le marché suisse du cinéma est caractérisé par une offre de films relativement riche et variée, avec toutefois une prépondérance de films d’origine américaine et des disparités régionales non négligeables. La présence de films suisses dans les salles est en hausse et il se confirme que la Suisse y tient la première place dans le domaine des films documentaires. Le nombre de spectateurs est également en hausse. Même si l’on est loin de la fréquentation des années soixante, le public suisse continue à aimer le cinéma et y va plus souvent que la moyenne des Européens.

    Toujours plus de nouveaux films Près de 1'400 films sont projetés dans les cinémas suisses. Environ un quart sont des nouveaux films (premières visions), drainant plus de 80% des spectateurs. En dix ans, le nombre de films en première vision a quasiment doublé, passant de 205 films en 1993, à 389 en 2003. Cette accélération des sorties a pour corollaire une diminution de la durée de vie des films à l’affiche, films qui poursuivent néanmoins leur «carrière» grâce à la vidéo, au DVD ou encore à la télévision. Offre diversifiée, mais prédominance de films américains La part des films d’origine américaine baisse régulièrement depuis dix ans; elle est passée de 52% à 31% du total des films exploités en Suisse. Ce recul s’est fait essentiellement au profit des films provenant de l’Union européenne (UE), France, Allemagne et Italie surtout. Même si aujourd’hui les films d’origine américaine ne représentent plus qu’un tiers des films projetés, ils continuent néanmoins à attirer la majorité des spectateurs (63% en 2003). Lors de leur sortie en salle, ces films inondent littéralement le marché avec un nombre considérable de copies, nettement supérieur à celui des films suisses ou provenant de l’UE. Ainsi, en 2003, plus de 70% des copies de sortie, sont le fait de films américains. On note par ailleurs que l’offre cinématographique est plus diversifiée dans les zones urbaines que dans les régions périphériques et rurales. Cela est notamment dû au fait que la majorité (71%) des films en première vision ne sont projetés que dans les cinémas des zones urbaines. Présence accrue de films suisses Les films suisses, bien que minoritaires, ont vu leur part de marché augmenter régulièrement et significativement. En 1993, ils ne représentaient que 3% de l’ensemble des nouveaux films sortis; cette proportion a plus que triplé en dix ans (11% en 2002, 10% en 2003). La production cinématographique suisse confirme sa place de leader en ce qui concerne le film documentaire: en 2003, 60% des documentaires projetés étaient d’origine suisse. Cette proportion est restée relativement stable depuis 1995. Plus de 15 millions d’entrées annuelles dans les cinémas suisses Après avoir connu une érosion constante sur près de vingt ans (il y avait plus de 30 millions de spectateurs par an au début des années septante), la fréquentation des salles est repartie à la hausse ces dix dernières années, oscillant dans une fourchette de 15 à 19 millions de spectateurs. La fréquentation annuelle moyenne suisse (2,56 entrées par habitant en 2002) est l’une des plus élevée d’Europe. En Suisse, les Romands vont le plus souvent au cinéma. En 2003, le spectateur romand est allé en moyenne 2,7 fois au cinéma, alors que le spectateur alémanique y est allé 2,1 fois et le Suisse italien moins de deux fois (1,8). L’évolution de la demande s’est accompagnée d’une évolution parallèle de l’offre. En effet, après l’âge d’or des années soixante durant lesquelles on comptait plus de 600 salles et près de 234’000 fauteuils, la Suisse a vu s’installer une période de déclin de près de trente ans. La situation s’est ensuite redressée à partir des années 90, grâce notamment à l’émergence des cinémas multisalles, souvent implantés dans des zones urbaines ou à leur périphérie. Ainsi, entre 1993 et 2003, le nombre de cinémas est passé de 302 à 326, le nombre de salles de 402 à 529 et le nombre de fauteuils de 96’431 à 110'860. Si l’on se penche sur la structure des différents types d’établissements, on constate que la part des salles dans les cinémas multiplexes a doublé, passant de 10% à 21%.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

    Renseignements: Umberto Tedeschi, OFS, Section Politique, Culture, Médias, tél. : 032 713 67 59 Nouvelles parutions: Panorama cinématographique suisse en 2003. Etude sur l’exploitation, la distribution et la fréquentation ; n° de commande : 657-0300. Prix : Fr. 10.--

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications en format électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: