Bundesamt für Statistik

BFS: Statistique des élèves et des étudiants 2003/04

(ots) - Statistique des élèves et des étudiants 2003/04 Cure de jeunesse à l’école enfantine Les enfants commencent leur carrière d’écoliers plus jeunes qu’il y a vingt ans. Depuis 1984, la part des enfants âgés de quatre ans inscrits dans une école enfantine a fortement augmenté. Par ailleurs, il est désormais courant de passer deux ans dans un établissement d’éducation préscolaire. Ces observations, ainsi que les chiffres de l’ensemble du système éducatif, proviennent de la statistique des élèves et étudiants publiée chaque année par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Préscolarité Les écoles enfantines ont accueilli quelque 153'800 enfants en 2003, soit 2100 de moins qu’en 2002. Talonnant l’évolution démographique des enfants de quatre à six ans, le nombre d’inscrits était en augmentation constante entre 1984 et 1996. De 1997 à aujourd’hui, les effectifs ont diminué de 7000 élèves. La répartition des sexes est invariable (48% de filles) et la diversité culturelle stable depuis 1997, avec une proportion d’étrangers oscillant autour de 26%. Selon les cantons, les enfants bénéficient d’un droit à l’éducation préscolaire d’une ou deux années avant la scolarité obligatoire. Alors que sa fréquentation est généralement facultative, l’école enfantine attire des enfants toujours plus jeunes. Depuis 1984, le taux d’enfants âgés de quatre ans inscrits dans une école enfantine est passé de 15% à 34% alors que celui d’enfants de six ans est tombé de 76% à 61%. En outre, la durée moyenne de fréquentation, qui était de 20 mois en 1984, s’est allongée à 23 mois en 2003. Cette moyenne cache toutefois de grandes disparités d’une région voire d’un canton à l’autre. En 2003, la Romandie et le Tessin enregistraient une durée moyenne de 26 mois (32 mois pour le Tessin) alors que ce chiffre plafonnait à 17 mois en Suisse centrale (avec 12 mois à Obwald). L’organisation et le financement de l’éducation préscolaire sont du ressort des cantons et/ou des communes. La majeure partie des enfants entrent à l’école enfantine à quatre ou cinq ans, sauf au Tessin où ils commencent à trois ans. Cependant, les différences en matière d'accès à l’éducation préscolaire entre la Suisse et les autres pays européens sont grandes. A titre d’exemple, en Angleterre, 98% des enfants âgés de quatre ans sont inscrits à l’école enfantine, contre 34% en Suisse. Ecole obligatoire Durant l’année scolaire 2003/04, près de 813'000 élèves ont noirci des cahiers à l’école obligatoire, soit une augmentation de 0,3% par rapport à 2002/03. La scolarité obligatoire comprend les degrés primaire et secondaire I ainsi que tous les programmes d’enseignement spécial (classes AI, classes à effectif réduit, d’intégration, pour handicapés etc.). Conséquence d’une natalité en baisse depuis 1997, l’école primaire accusait une diminution de 3700 élèves. En revanche, le degré secondaire I, encore sous l’influence de l’évolution démographique positive des années 80, présentait une augmentation de 5400 élèves. La part d’enfants de nationalité étrangère était de 23% au degré primaire en 2003 (18% en 1984), et de 21% au degré secondaire I (15% en 1984). Dans les classes à programme d’enseignement spécial, ce taux se situe autour de 45% et est stable depuis dix ans. La forte proportion d’étrangers dans ces classes résulte de mesures d’intégration de ces enfants, souvent de langue étrangère, dans le système éducatif suisse. Alors qu’ils ne représentent qu’une petite part de la scolarité obligatoire, les effectifs des classes d’enseignement spécial ont nettement augmenté entre 1984 et 2003, passant de 32'780 à 50'430 élèves, avec un taux constant de 62% de garçons. Formation post-obligatoire En baisse depuis 2000, les effectifs des écoles de formation générale (écoles préparant à la maturité, écoles de degré diplôme ou de culture générale etc.) ont repris quelques points en 2003 (+1,8%). Ceux de la formation professionnelle, qui étaient en progression constante depuis 1996, n’ont pas varié (+0%). En outre, les formations transitoires (10ème année, préapprentissage, formations générales brèves) connaissent un succès notoire, les effectifs étant passés de 11'500 en 1984 à 16'000 en 2003. Ce type de formation d’une année permet aux jeunes arrivés à la fin de la scolarité obligatoire de continuer à se former lorsqu’ils n’ont pas la possibilité d’entrer immédiatement dans une formation post- obligatoire. Au degré tertiaire, les effectifs de la formation professionnelle supérieure stagnent avec un peu plus de 43'500 étudiants recensés. Les hautes écoles spécialisées, dont les effectifs augmentent régulièrement depuis leur création, en dénombraient 43'600 (+13%). Quant aux universités, qui relèvent une croissance continue depuis les années 80, elles comptaient 109'300 étudiants en 2003 (+5%). OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Sylvie Benoit, OFS, section Formation scolaire et professionnelle ; Tél. : 032 713 68 80 ; e-mail: sylvie.benoit@bfs.admin.ch Nouvelles parutions: Elèves et étudiants 2003/04 : http://www.education-stat.admin.ch (version imprimée disponible dès janvier 2005) Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46 Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations et publications en format électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: