Bundesamt für Statistik

BFS: Heures de travail

(ots) - Heures de travail La diminution des heures de travail se poursuit en 2002 En 2002, le nombre total d’heures travaillées en Suisse a diminué de 0,6% par rapport à l’année précédente, malgré la faible augmentation du nombre d’emplois (+0,6%). La hausse sensible de la durée annuelle des heures d’absences de 6,2%, la diminution de la durée annuelle des heures supplémentaires de 3,0% et la baisse de la durée annuelle normale du travail de 0,8% expliquent ce recul. La durée hebdomadaire normale de travail des salariés à plein temps s’élevait à 41,7 heures en 2003. En dix ans, l’horaire hebdomadaire normal de travail s’est réduit de 13 minutes. C’est ce qui ressort des derniers résultats des statistiques sur les heures de travail de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Les heures de travail effectuées baissent encore Selon la statistique du volume du travail (SVOLTA) révisée, le nombre total d’heures de travail accomplies dans l’économie suisse a diminué en 2002 par rapport à l’année précédente (-0,6%), en dépit d’une faible hausse du nombre d’emplois (+0,6%). Cette évolution est due à la diminution de la durée annuelle effective de travail (- 1,2%), elle-même occasionnée par une réduction de la durée annuelle normale de travail (-0,8%), par une diminution de la durée annuelle des heures supplémentaires (-3,0%) et par une sensible progression de la durée annuelle des heures d’absences (+6,2%). La majorité des absences est motivée par des raisons de santé Entre 2001 et 2002, la durée annuelle d’absence par emploi a augmenté de 6,2%. En 2002, on dénombrait 291 millions d’heures d’absences au total. Les absences motivées par des raisons de santé étaient les plus importantes (75,0% du volume annuel total des absences). Suivaient les absences en raison du service militaire, du service civil et de la protection civile (13,3% du volume annuel total), les absences pour des raisons personnelles ou familiales (4,7% du volume annuel total) et les absences en raison du congé de maternité (3,7% du volume annuel total). En 2002, la durée annuelle d’absences des salariés occupés à plein temps s’est élevée en moyenne à 79 heures, soit l’équivalent d’environ deux heures par semaine et par poste de travail. Les durées moyennes d’absences des salariés à plein temps les plus importantes étaient enregistrées dans la construction (103 heures par année et par emploi) et dans l’industrie (87 heures) ; les plus basses étaient observées dans la branche « Immobilier, informatique, R&D » (66 heures) et dans l’enseignement (49 heures). Les heures supplémentaires ont diminué surtout dans les emplois à temps partiel En 2002, la durée annuelle des heures supplémentaires des salariés à plein temps s’élevait à 50 heures, soit un peu plus d’une heure par semaine et par emploi. On constate, cependant, des différences considérables entre les branches économiques. Ainsi, la durée annuelle des heures supplémentaires des salariés à plein temps la plus élevée était relevée dans la branche « activités financières ; assurances » (93 heures). Suivaient les branches « enseignement » avec 76 heures et « immobilier, informatique, R&D » avec 67 heures. Entre 2001 et 2002, l’économie suisse a connu une diminution des heures supplémentaires, tant en termes de volume annuel (-2,5%) qu’en termes de durée annuelle par emploi (-3,0%). Cette évolution à la baisse des heures supplémentaires était surtout observée dans les postes de travail à temps partiel ( -7,6% en termes de durée annuelle). En 2003, l’horaire normal de travail des salariés à plein temps reste constant Selon la statistique de la durée normale du travail dans les entreprises (DNT), la durée hebdomadaire normale de travail les salariés à plein temps est de 41,7 heures depuis 2001. En 2003, comme pour les années précédentes, la durée hebdomadaire normale de travail la plus élevée a été enregistrée dans le secteur primaire (43,0 heures ; horticulture et sylviculture uniquement). La durée normale de travail était de 41,8 heures dans le tertiaire et de 41,4 heures dans le secondaire. Entre 1993 et 2003, l’horaire hebdomadaire normal de travail des salariés à plein temps a diminué de 13 minutes (il est passé de 41,9 heures à 41,7 heures). Cette réduction graduelle de la durée normale de travail peut être constatée dans l’ensemble des branches économiques. 1993-2003 : le Jura a connu la plus forte réduction de l’horaire normal de travail En 2003, les durées hebdomadaires normales de travail des salariés à plein temps les plus élevées ont été réalisées dans les cantons du Valais (42,3 heures) et des Grisons (42,2 heures). Quant aux durées les plus basses, elles ont été accomplies dans les cantons de Neuchâtel (41,4 heures) et de Genève (40,9 heures). Ces disparités cantonales s’expliquent partiellement par des différences de structure d’emploi par branches économiques. Ainsi, l’hôtellerie- restauration et le secteur primaire, fortement représentés dans les cantons des Grisons et du Valais, sont également les branches qui présentaient les durées de travail les plus élevées en 2003 (hôtellerie et restauration : 42,2 heures ; secteur primaire : 43,0 heures). Entre 1993 et 2003, les baisses les plus importantes de la durée hebdomadaire normale du travail ont été enregistrées dans les cantons du Jura (-25 minutes) et des Grisons (-21 minutes) ; les diminutions les moins significatives ont été relevées dans les cantons de Bâle-Ville (-7 minutes) et de Zoug (-3 minutes). On note toutefois, depuis dix ans, un certain resserrement des écarts entre les durées de travail des différents cantons. Révision de la statistique du volume du travail (SVOLTA) La SVOLTA a subi une révision méthodologique complète qui permet notamment la production de l’ensemble des indicateurs selon le concept intérieur, ainsi que la répartition des heures d’absences selon les raisons d’absences pour les résultats des années 2002 et suivantes. L’ensemble des séries a été révisé rétrospectivement jusqu’en 1991. Généralement, le communiqué sur les heures de travail paraît environ 14 mois après la fin de la période de référence. Cette année, le décalage est de 18 mois en raison du processus de révision de la statistique. Les données sur le produit intérieur brut de 2002 étant révisées d’ici juillet 2004, on renonce à publier dans le présent communiqué - comme c’est habituellement le cas - des données provisoires sur la productivité nationale par heure de travail. Ces données seront disponibles en août 2004. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse Renseignements: Elisabetta Capezzali, OFS, Section Travail, Vie active et enquêtes thématiques, tél.: 032 713 64 86 Nouvelles parutions: Indicateurs du marché du travail 2004, n° de commande: 206-0402. Prix: Fr. 22.-- Service de presse OFS, tél.: 032 713 60 13; fax: 032 713 63 46 Commandes de publications: tél.: 032 713 60 60, fax: 032 713 60 61, e-mail: order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/ Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous: http://www.news-stat.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: