Bundesamt fĂĽr Statistik

BFS: Indice suisse des salaires 2003

      (ots) - Indice suisse des salaires 2003

Hausse des salaires nominaux de 1,4% - pouvoir dÂ’achat des salaires en augmentation de 0,8%

    DÂ’après les calculs de lÂ’Office fĂ©dĂ©ral de la statistique (OFS), lÂ’indice suisse des salaires nominaux a augmentĂ© en moyenne de 1,4% en 2003 par rapport Ă  2002, sÂ’Ă©tablissant ainsi Ă  113,1 points (1993 = 100). Cette hausse salariale est en recul par rapport aux hausses exceptionnelles enregistrĂ©es en 2001 (2,5%) et en 2002 (1,8%). Compte tenu dÂ’un taux dÂ’inflation de 0,6%, les salaires rĂ©els enregistrent une hausse de 0,8% (103,8 points). Salaires nominaux : croissance freinĂ©e par la conjoncture En 2003, le salaire nominal a affichĂ© une augmentation de 1,4%, soit une progression moins forte que celles enregistrĂ©es durant les deux annĂ©es prĂ©cĂ©dentes. Cela sÂ’explique notamment par le manque de dynamisme de la conjoncture observĂ© en 2002, tant au niveau suisse quÂ’au niveau mondial. Cette hausse des salaires pour lÂ’ensemble de lÂ’Ă©conomie suisse est identique Ă  lÂ’augmentation moyenne des salaires effectifs nĂ©gociĂ©s, pour 2003, dans le cadre des principales conventions collectives de travail. Evolution des salaires nominaux par secteur et par branche Ă©conomique Les salaires nominaux enregistrent une progression de 1,2% dans le secteur secondaire et de 1,6% dans le secteur tertiaire. Depuis le 3ème trimestre 2001 et au cours de lÂ’annĂ©e 2002, lÂ’industrie suisse annonce des baisses dans la production ainsi quÂ’une diminution des rĂ©serves de travail. Les perspectives de reprise pour 2003 Ă©tant faibles, la tendance, dans lÂ’ensemble du secteur secondaire, a Ă©tĂ© Ă  la modĂ©ration salariale. Les progressions les plus fortes des salaires nominaux en 2003 ont Ă©tĂ© enregistrĂ©es dans la branche incluant lÂ’industrie chimique (+1,7%) et celle de la fabrication de machines, dÂ’Ă©quipements et de moyens de transport (+1,4%). Les branches les moins favorisĂ©es sont celles du travail du bois (+0,5%), de la fabrication de meubles, de bijoux, industries diverses (+0,7%) et de la fabrication d'autres produits minĂ©raux non mĂ©talliques (+0,7%). Le secteur tertiaire avec une progression des salaires nominaux de 1,6% se situe dans son ensemble très lĂ©gèrement au-dessus de la hausse globale pour lÂ’ensemble des branches (+1,4%). Cependant, en raison de la diversitĂ© de ses activitĂ©s, le secteur des services affiche une relative disparitĂ© des Ă©volutions de salaires. Ainsi lÂ’enseignement avec 0,4% enregistre la plus faible progression alors que la branche de lÂ’hĂ´tellerie et restauration se singularise avec une croissance de 2,7% consĂ©cutive notamment Ă  une augmentation significative des minimaux conventionnels (+3,4%). De façon encore plus marquĂ©e que les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes, les entreprises productrices de services financiers enregistrent en 2003 des augmentations en net repli. Ainsi, des hausses salariales se situant en dessous de la moyenne ont Ă©tĂ© relevĂ©es dans les assurances (+1,0%), les services auxiliaires des banques et assurances (+0,9%) et les banques (+0,8%). Les salaires ont connu une augmentation supĂ©rieure Ă  2% dans lÂ’immobilier, location, informatique, R & D, autres services aux entreprises (+2,4%), les autres services collectifs et personnels (+2,3%) et la santĂ© et activitĂ©s sociales (+2,2%). Evolution des salaires nominaux entre 1993 et 2003 Sur une pĂ©riode de 10 ans, soit entre 1993 et 2003, les salaires nominaux, dans lÂ’ensemble des branches Ă©conomiques, ont progressĂ© en moyenne anuelle de 1,2%. Les branches actives dans le domaine des services financiers bĂ©nĂ©ficient dÂ’une croissance nettement supĂ©rieure Ă  ce taux. Les salaires nominaux enregistrent une croissance annuelle moyenne de 2% dans les banques, de 2,1% dans les services auxiliaires des activitĂ©s financières et des assurances et de 2,2% dans les assurances. Sur cette pĂ©riode, les branches les plus prĂ©tĂ©ritĂ©es en matière de croissance salariale sont celles des transports terrestres et par conduites (+0,6%), de lÂ’enseignement (+0,9%), de lÂ’industrie du papier et du carton, Ă©dition et impression (+0,9%) et de lÂ’industrie textile, habillement et fourrures (+0,9%). Salaires rĂ©els : lĂ©gère augmentation du pouvoir dÂ’achat de 0,8% La hausse relativement faible de lÂ’inflation (+0,6%), conjuguĂ©e Ă  celle des salaires nominaux (+1,4%) conduit Ă  une progression du pouvoir dÂ’achat des salaires de 0,8% en 2003, en recul par rapport Ă  2002 (+1,1%) et 2001 (+1,5%). On relève que lÂ’annĂ©e 2001 avait marquĂ© une nette rupture par rapport aux annĂ©es 1993 Ă  2000 pendant lesquelles le pouvoir dÂ’achat des salaires a diminuĂ© Ă  quatre reprises ou alors quasiment stagnĂ©. Les annĂ©es 2002 et 2003, malgrĂ© le repli de la croissance des salaires nominaux et grâce, en partie, Ă  la maĂ®trise de lÂ’inflation confirment les rĂ©sultats Ă  la hausse des salaires rĂ©els dĂ©jĂ  relevĂ©s en 2001. Ainsi grâce Ă  la progression du pouvoir dÂ’achat des salaires enregistrĂ©e au cours des trois dernières annĂ©es, lÂ’augmentation des salaires rĂ©els sur lÂ’ensemble de la pĂ©riode 1993 Ă  2003 atteint 3,8%. De 1993 Ă  2003, selon le secteur et la branche Ă©conomiqueÂ… Le secteur secondaire connaĂ®t, entre 1993 et 2003, avec un taux de 3,3%, une croissance des salaires rĂ©els plus faible que le secteur tertiaire (4,1%). Les branches de lÂ’industrie du papier et de lÂ’Ă©dition (+0,3%) et de lÂ’industrie textile (+0,4%) affichent, sur cette pĂ©riode, une quasi stagnation. La grande majoritĂ© des branches du secteur industriel enregistre une progression infĂ©rieure au taux global de 3,3%. Seules deux branches influencent fortement ce taux Ă  la hausse, Ă  savoir celle de la fabrication d'Ă©quipement Ă©lectrique et Ă©lectronique, de prĂ©cision avec 4,6% mais surtout celle incluant lÂ’industrie de la chimie avec un taux particulièrement Ă©levĂ© de 8,4%. Dans le secteur tertiaire, la hausse des salaires rĂ©els, sur la pĂ©riode 1993 Ă  2003, a Ă©tĂ© dans son ensemble, de 4,1% cÂ’est-Ă -dire très lĂ©gèrement supĂ©rieure Ă  la moyenne suisse (+3,8%). Des augmentations très nettement supĂ©rieures Ă  celle-ci ont Ă©tĂ© enregistrĂ©es dans les postes et tĂ©lĂ©communications (+7,8%), les banques (+12,0%), les services auxiliaires des banques et assurances (+12,9%) et les assurances (+13,7%). Pour la mĂŞme pĂ©riode, une branche du secteur des services se distingue en affichant une baisse des salaires rĂ©els, ce sont les transports terrestres et par conduites (-2,8%). Les salaires rĂ©els enregistrent une progression infĂ©rieure au taux global de ce secteur dans l'administration publique (+1,3%), les branches du commerce (de gros : +3,6%, de dĂ©tail : +3,9% et des vĂ©hicules : +2,8%) et la santĂ© et activitĂ©s sociales (+3,4%). Â… et selon la catĂ©gorie de salariĂ©s Sur la seule pĂ©riode 1993 Ă  2003, les femmes dans leur ensemble bĂ©nĂ©ficient dÂ’une progression du pouvoir dÂ’achat de leurs salaires de 5,8% contre 3,1% pour les hommes. Un Ă©cart important qui se retrouve aussi au niveau de la qualification avec un taux de 5,9% pour les femmes qualifiĂ©es contre 3,1% pour les hommes qualifiĂ©s et 5,7% pour les femmes semi et non qualifiĂ©es contre 2,9% pour les hommes semi et non qualifiĂ©s.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

Renseignements: Didier Froidevaux, OFS, Section des salaires et des conditions de travail, tél.: 032 713 67 56

Vous trouverez dÂ’autres informations sur le site Internet de lÂ’OFS Ă  lÂ’adresse http://www.statistique.admin.ch/



Plus de communiques: Bundesamt fĂĽr Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: