Bundesamt für Statistik

BFS: Statistique des apprentis 2003

      (ots) - Statistique des apprentis 2003

Des effectifs stables et peu de changements dans le choix des professions

    Selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), 190'000 jeunes suivaient une formation professionnelle en Suisse en 2003. 68'000 commençaient leur apprentissage, tandis que 58'000 le terminaient avec succès. Dans l’ensemble, on constate peu de changements dans la liste des apprentissages les plus prisés et toujours des différences importantes entre les choix professionnels des femmes et ceux des hommes. L'apprentissage reste, en Suisse, la principale voie d’entrée dans le monde professionnel. Quelque 190'000 jeunes suivaient un apprentissage professionnel en 2003, soit environ 70% des 16-21 ans : près de 30% d’entre eux se destinaient à une activité du domaine d’études « économie, administration et commerce », 25% apprenaient un métier technique, 12% se formaient dans le domaine de la santé, 10% dans celui de l’architecture et du bâtiment et 23% dans un autre domaine. Alors que la population de 16 ans a augmenté de 9% ces dix dernières années, le nombre d’entrées en apprentissage professionnel (nouveaux contrats d’apprentissage conclus) s’est accru de 17%, tandis que celui des nouveaux candidats à la maturité gymnasiale a augmenté de 13% pendant la même période. Le nombre d’entrées dans une formation postobligatoire était surtout en hausse pendant la deuxième moitié des années 1990. Si la croissance de la population de 16 ans s'est quelque peu atténuée (+4%) dès 1999, le nombre d’entrées en apprentissage professionnel n'a pratiquement pas changé. Evolution observée dans les branches et dans les régions L’évolution structurelle qui a marqué l’économie et la technologie ces 20 dernières années s’est aussi répercutée sur la formation professionnelle. Dans presque toutes les branches, le nombre de certificats de fin d’apprentissage délivrés a nettement diminué pendant la première moitié des années 1990. La tendance s’est inversée depuis dans les deux branches qui comptent le plus d’apprentis, « commerce, administration » et « vente en gros et au détail », où le nombre de formations professionnelles achevées atteignait, à la fin de 2003, le même niveau qu’avant la crise conjoncturelle. Le nombre des certificats de fin d’apprentissage délivrés se rapprochait également de ce niveau en 2003 dans la branche « mécanique et travail du métal », alors qu’il avait diminué et atteint son point le plus bas dans celle de l’architecture et du bâtiment. La branche « électronique et automatisation » et surtout l’informatique ont en revanche évolué de manière très positive, comme prévu. Cette évolution n’a toutefois eu que peu d’influence sur le résultat global, puisqu’à peine 5% de tous les certificats de fin d’apprentissage sont décernés dans ces branches. Pour ce qui est de l’évolution régionale du nombre des nouveaux contrats d’apprentissage, on constate une progression avant tout dans la région de Zurich et en Suisse orientale, tandis que l’évolution observée en Suisse romande correspond à la moyenne suisse. Le nombre des nouveaux contrats d’apprentissage diminue depuis 2001 dans la Suisse nord-occidentale (y compris Berne) et en Suisse centrale : il s’est réduit de 7% en Suisse nord-occidentale et de 3% en Suisse centrale. Les apprentissages les plus prisés Alors qu’elles avaient le choix entre quelque 250 apprentissages professionnels, 75% des nouvelles apprenties ont opté pour une des quinze professions préférées de la population féminine en Suisse. Chez les hommes, les quinze apprentissages les plus prisés regroupaient 60% des nouveaux apprentis. La part des femmes suivant une formation professionnelle a progressé de 30% à 45% ces vingt dernières années. Pour ce qui est des choix professionnels spécifiques à chaque sexe, ils n’ont pas véritablement changé, ni chez les femmes, ni chez les hommes. Depuis plus de vingt ans, la formation d’employé(e) de commerce attire les plus d’apprentis, quel que soit leur sexe. On constate cependant des différences importantes entre les professions préférées des femmes et celles des hommes : si les jeunes femmes se destinent toujours le plus souvent à la vente, aux soins médicaux ou aux soins corporels, les jeunes hommes préfèrent en général les métiers techniques, les formations de l’industrie des métaux et des machines et celles de la construction. Outre les formations commerciales (dont celle menant au diplôme de commerce), seules la vente et la profession de cuisinier ou cuisinière figurent parmi les quinze apprentissages favoris tant des femmes que des hommes.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

Renseignements : Anton Rudin, OFS, section Formation scolaire et professionnelle ; tél.: 032 713 66 93, e-mail : anton.rudin@bfs.admin.ch

Nouvelle publication: Statistique des contrats d'apprentissage, des examens de fin d'apprentissage et des maturités professionnelles en 2003, Actualités OFS, numéro de commande 365-0003. Pour commander : tél.: 032 713 60 60; fax: 032 713 60 61, e-mail: order@bfs.admin.ch

    Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistik.admin.ch/stat_ch/ber15/lehrvertr/flehrvertr_fr.h tm.



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: