Bundesamt für Statistik

BFS: La statistique de l’aide sociale du canton de Lucerne

(ots) - La statistique de l’aide sociale du canton de Lucerne Les adolescents et les personnes seules dépendent davantage de l’aide sociale Dans le canton de Lucerne, un peu moins de 6000 personnes bénéficiaient de prestations de l’aide sociale durant la seconde moitié de 2002 (1,6% de la population résidante). Les villes de Lucerne, de Kriens et d’Emmen étaient particulièrement touchées. Les personnes seules et les familles monoparentales sont plus souvent tributaires de l’aide sociale. Parmi les bénéficiaires de l’aide sociale, on trouve un peu plus de 35% d’enfants et de jeunes de moins de 18 ans. C’est dire si cette population est davantage touchée que la moyenne. Plus de 45% des bénéficiaires sont des personnes actives occupées. Voilà quelques-uns des résultats tirés des données collectées auprès des communes du canton de Lucerne dans le cadre de la statistique suisse de l’aide sociale réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS). C’est en 2002 que la statistique de l’aide sociale a été introduite dans le canton de Lucerne. Ce dernier dispose donc pour la première fois de données permettant de déterminer le nombre des bénéficiaires de l’aide sociale, la nature et la durée des prestations octroyées, ainsi que la situation familiale des personnes qui les reçoivent. Les centres davantage touchés Les données saisies pendant la seconde moitié de 2002 montrent que plus d’un quart des personnes bénéficiaires habitent dans la ville de Lucerne. Les habitants des villes de Lucerne, de Kriens et d’Emmen sont beaucoup plus tributaires de l’aide sociale que la population des autres communes. Le taux d’assistance correspond à 1,6% de la population du canton. 65% des personnes soutenues vivent dans les six communes de plus de 10'000 habitants, alors que la population de ces communes représente 43% de la population totale du canton. Les familles monoparentales et les personnes seules sont les plus touchées Les personnes seules courent davantage le risque de se retrouver dépendantes de l’aide sociale. Plus de 60% des personnes qui déposent une demande d’octroi de l’aide sociale sont des personnes vivant seules, et un peu plus d’un tiers sont des personnes élevant seules leur(s) enfant(s). A l’inverse, le nombre des personnes mariées ou veuves qui recourent à l’aide sociale est nettement inférieur à la moyenne. Les retraités aussi sont relativement à l’abri, au vu des différentes prestations du système de prévoyance vieillesse. Parmi les personnes qui bénéficient de prestations de l’aide sociale, les enfants et les adolescents sont surreprésentés : un peu plus de 35% des personnes soutenues dans le canton de Lucerne ont moins de 18 ans. Ce chiffre correspond à un taux d’assistance de 2,7% : les enfants et les adolescents courent donc un risque accru de dépendre de l’aide sociale. De manière générale, le taux d’assistance diminue avec l’âge. Les étrangers davantage touchés Plus de 70% des personnes aidées sont suisses, et un peu moins de 30% sont de nationalité étrangère. Les étrangers représentent un peu plus de 15% de la population du canton ; le risque de dépendre de l’aide sociale est donc plus élevé chez les étrangers que chez les Suisses. Le taux d’assistance de la population étrangère est d’environ 3%. Ce chiffre n’inclut pas les réfugiés reconnus au bénéfice d’un permis d’établissement (permis C) qui touchent des prestations de l’aide sociale dans le canton de Lucerne, ni les requérants d’asile et les réfugiés, qui sont du ressort de la Confédération. Des actifs occupés dépendent aussi de l’aide sociale Environ 45% des bénéficiaires de l’aide sociale sont des personnes actives occupées . Parmi celles-ci, près de 30% ont un emploi à plein temps. Les personnes touchées qui exercent une activité à temps partiel n’ont souvent pas la possibilité de travailler à plein temps, étant donné qu’elles assument l’éducation de leurs enfants. Environ un quart des bénéficiaires de l’aide sociale sont sans emploi. Dans ce groupe, 70% des personnes sont inscrites auprès d'un office de placement. Une dépendance qui dure La majorité des bénéficiaires de l’aide sociale dépendent de cette dernière pendant une période assez longue. Environ 60% des personnes concernées touchent des prestations pendant plus d’une année, 30% y ont recours depuis plus de 3 ans. Près de la moitié des bénéficiaires réside dans la commune depuis moins de quatre ans. Un peu moins d’un tiers y vit depuis plus de 10 ans. Lorsque l’aide sociale cesse d’être versée, c’est généralement parce qu’elle est remplacée par une prestation des assurances sociales ou parce que la personne concernée a commencé une activité professionnelle ou a vu sa situation financière s’améliorer. La statistique suisse de l’aide sociale La statistique suisse de l’aide sociale est introduite progressivement par la Confédération, les cantons et les communes, qui travaillent en étroite collaboration. Le canton de Lucerne a commencé à relever ses données en 2002. Les communes remplissent un même questionnaire à partir de leurs dossiers de l’aide sociale. Pour faciliter l’introduction du relevé, l’Office fédéral a créé auprès de l’office statistique du canton de Lucerne un centre régional pour la statistique de l’aide sociale. Ce poste, qui est financé par les gouvernements des cantons de Suisse centrale, fournira aux cantons concernés le soutien nécessaire. En 2002-2003, la statistique de l’aide sociale a été introduite dans tous les cantons de Suisse centrale. A fin 2004, des données valables pour toute cette région seront ainsi disponibles. Le taux d’assistance est un indicateur essentiel de la statistique de l’aide sociale. Il indique le pourcentage des personnes bénéficiant de prestations de l’aide sociale par rapport à l’ensemble de la population ou par rapport à un sous-groupe défini selon des critères socio-démographiques. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information Renseignements : Office fédéral de la statistique Robert Fluder, OFS, chef de la Section Sécurité sociale, tél. 032 713 65 78 Tom Priester, chef du projet statistique de l’aide sociale, tél. 032 713 64 75 Canton de Lucerne Irmgard Dürmüller Kohler, cheffe du service des affaires sociales de Lucerne, tél. 041 228 57 79 Gian Antonio Paravicini Bagliani, service statistique du canton de Lucerne, tél. 041 228 56 35 Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse : http://www.statistique.admin.ch 15.01.2004

Ces informations peuvent également vous intéresser: