Bundesamt für Statistik

BFS: Parc des véhicules routiers en 2003

      (ots) - Parc des véhicules routiers en 2003
La croissance du parc des véhicules se ralentit

    Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), le parc des véhicules routiers comptait quelque 5,2 millions de véhicules au 30 septembre 2003. L’essentiel est constitué de 3'754’000 voitures de tourisme, ce qui correspond à 510 véhicules pour 1000 habitants. On y trouve encore 292'000 utilitaires de transport de choses, 567'000 motocycles et 311'000 remorques notamment. Les parcs continuent certes d’augmenter, mais à un rythme de moins en moins rapide depuis quelques années. Ainsi, le nombre de voitures de tourisme a progressé de 2,4% en 2001, de 2,0% en 2002 et de seulement 1,4% en 2003. Le ralentissement de la croissance concerne également les utilitaires de transport de choses (2,4% en 2001, 1,7% en 2002, 0,8% en 2003). Il touche même les motocycles (5,6% en 2001, 4,6% en 2002, 4,1% en 2003), dont le parc avait augmenté de manière extraordinaire entre 1997 et 1999 (6,7% en moyenne par année). L’évolution du parc était en partie prévisible au vu de la récession qui frappe le marché des véhicules neufs. En effet, le parc évolue, d’une part, en raison des véhicules retirés de la circulation et, d’autre part, en raison des véhicules (le plus souvent neufs) mis en circulation. Or, par rapport à l’année précédente, le nombre total de véhicules à moteur neufs mis en circulation en 2002 a reculé de 7,3%, celui des voitures de tourisme de 6,8% et celui des utilitaires de transport de choses de 15,9%. Cette tendance semble même s’être amplifiée en 2003. Voitures adaptées aux loisirs La vogue des 4x4 (10% du parc en 1990, 16% en 2003) et des breaks (14% du parc en 1990, 21% en 2003) est vraisemblablement à mettre en relation avec l’accroissement de la mobilité de loisirs. En effet, les loisirs représentaient 49% des kilomètres parcourus en voiture en 1994 et 68% en 2000, comme cela a été observé par les enquêtes auprès des ménages, que l’OFS et l’Office fédéral du développement territorial mènent régulièrement sur le comportement de la population en matière de transport. L’augmentation de la capacité et du confort des véhicules va sûrement de pair avec l’augmentation de la cylindrée moyenne, qui a passé de 1750 cm3 en 1990 à 1900 cm3 en 2003. Dans les années 90, les transmissions automatiques ont connu des améliorations techniques importantes, grâce en particulier à l’électronique, qui les ont rendues plus efficaces et plus abordables. Elles sont désormais offertes sur presque tous les modèles, y compris les moins puissants. Cela explique que les voitures qui en sont pourvues représentent aujourd’hui 22% du parc, contre seulement 16% en 1990. Pendant cette même période, leur nombre a presque doublé. Les cabriolets sont eux aussi 2 fois plus nombreux en 2003 qu’en 1990; avec moins d’une voiture sur 20, ils restent cependant encore assez rares. La plupart des voitures de tourisme (93%) fonctionnent à l’essence, mais le diesel progresse de manière sensible depuis le milieu des années 90. Le diesel a l’avantage de produire moins de CO2 que l’essence mais il émet en général beaucoup d’oxydes d’azote (NOx) et de suies. On observe enfin que, avec à peine 1000 véhicules dans le parc, les autres sources d’énergie (électricité, gaz) restent encore très exceptionnelles. Changements structurels dans le parc des utilitaires Contrairement à une impression largement répandue, le nombre de camions ne cesse de diminuer depuis 1990 (41'000 en 2003 contre 49'000 en 1990). Malgré cela, la diminution du potentiel de transport de ces véhicules reste minime (moins de 1%), parce que leur charge utile augmente. Ainsi, en 1990, seuls 3190 camions (7% du parc) avaient une charge utile de 15 tonnes ou plus, tandis qu’il y en a 7290 aujourd’hui (18% du parc). La diminution du nombre de camions est en partie compensée par l’augmentation du nombre de tracteurs à sellette (semi-remorques). Aujourd’hui, on en compte 9100, soit 3200 (54%) de plus qu’en 1990. Enfin, dans la catégorie des voitures de livraison, c’est-à-dire des véhicules de transport de choses jusqu’à 3,5 tonnes de poids total, l’évolution est inverse de celle des camions: leur nombre total augmente (de 197'000 à 242'000 entre 1990 et 2003) et cette progression est principalement due aux véhicules de moindre charge utile (moins de 1 tonne), qui sont 2 fois plus nombreux en 2003 qu’en 1990 (96’000 contre 49'000 respectivement).

    La statistique des véhicules routiers de l’OFS se base sur la banque de données MOFIS du Contrôle fédéral des véhicules où sont enregistrés tous les véhicules routiers immatriculés.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

Renseignements: Albin Raemy, OFS, section des transports, tél. 032 713 62 11

    Commandes de publications: tél.: 032 713 60 60, fax: 032 713 60 61, e-mail: order@bfs.admin.ch Nouvelle parution: OFS, Véhicules routiers en Suisse, parc au 30 septembre 2003, Neuchâtel 2004, no de commande: 033-0300, prix: 30 fr., parution prévue en janvier 2004.

Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch

20.11.03



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: