Bundesamt für Statistik

BFS: Recensement fédéral de la population 2000

      (ots) - Recensement fédéral de la population 2000
Le nombre de ménages augmente fortement, la diversification des
formes de vie familiale ralentit

    De 1990 à 2000, le nombre de ménages privés a davantage progressé (+9,6%) que la population résidante (+6,0%). La taille des ménages s’est encore réduite, même si cette évolution varie selon les régions. L’évolution du paysage familial a surtout été marquée par l’accroissement du nombre des personnes vivant seules, des couples sans enfants et des ménages monoparentaux. Mais, de même qu’en 1990, quatre personnes sur cinq vivent dans un cadre familial, et les couples avec un enfant ou plus représentent toujours près de la moitié de la population. Voilà ce que montre l’analyse, réalisée par l’Office fédéral de la statistique, des résultats du recensement de la population de l’an 2000. Comme lors des décennies précédentes, le nombre des ménages privés a augmenté entre 1990 et 2000 plus fortement que la population résidante : il atteint à présent 3,12 millions (+9,6%). Dans le même temps, la population résidante a progressé de 6,0%. On constate une multiplication des ménages privés en Suisse centrale, due presque entièrement à une progression du nombre de ménages de petite et de très petite taille. Les cantons qui enregistrent les plus fortes hausses sont, dans l’ordre, Zoug (+26,6%), Schwytz (+24,5%), Obwald (+23%) et Nidwald (+23%). La hausse est nettement inférieure à la moyenne dans les cantons de Berne (+4,7%), de Neuchâtel (+4,4%), de Schaffhouse (+3,2%) et de Glaris (+2,1%). Le nombre des ménages privés a même baissé à Bâle-Ville (-3,9%). De plus en plus de petits ménages : un tiers des ménages se composent d’une seule personne Dans toute la Suisse, la taille moyenne des ménages continue à diminuer. En témoigne notamment la part représentée par les ménages d’une personne. Leur part a passé de 14,2% de l’ensemble des ménages privés en 1960 (au nombre de 1,58 million), à 36,0% en 2000 (au nombre de 3,12 millions). L’augmentation du nombre de ménages de petite taille est particulièrement marquée dans les communes et les cantons urbains : comme en 1990, on trouve les plus fortes proportions de ménages d’une personne dans les cantons de Bâle-Ville (un ménage sur deux), de Genève et de Zurich (deux ménages sur cinq). Le nombre de ménages de deux personnes a également fortement augmenté depuis 1990 : ceux-ci représentent aujourd’hui près d’un tiers de tous les ménages privés. Ils dépassent en nombre les ménages d’une personne dans les cantons d’Uri, de Schwytz, de Soleure, de Bâle-Campagne, d’Argovie, d’Appenzell Rhodes-Intérieures et du Jura et sont également très répandus dans les cantons de Berne et de Schaffhouse.

    La majorité des ménages est composée de deux personnes Avec la tendance à l’augmentation du nombre des petits ménages, la taille moyenne des ménages privés a connu un nouveau recul en 10 ans, passant de 2,33 à 2,24 personnes. Là encore, Bâle-Ville enregistre la moyenne la plus faible (1,87 personne), suivi de Genève (2,11) et de Zurich (2,12). On trouve à l’autre bout de l’échelle les cantons plutôt ruraux et à majorité catholique (Appenzell Rhodes-Intérieures connaît la valeur la plus élevée, avec 2,68 personnes par ménage). 1,97 million de personnes (28,2% de la population des ménages privés) vivent à deux. Suivent les ménages de 4 personnes (23,5%), ceux de 3 personnes (17,3%) et les ménages d’une personne (16,0%). Quant aux ménages de cinq personnes ou plus, ils représentent 15,0% de la population des ménages privés. La diversification des formes de vie familiale s’étant ralentie, près de quatre personnes sur cinq vivent toujours, comme en 1990, au sein d'une famille, et parmi celles-ci près de la moitié dans un ménage composé d'un couple ayant un enfant ou plus. La diversification des formes de vie familiale se poursuit, mais à un rythme moindre Le nombre des ménages composés d'un couple sans enfants a de nouveau progressé entre 1990 et 2000 pour atteindre 850'000 (+94'000 ou +12,5%). Cette hausse est toutefois nettement moins marquée que celle enregistrée entre 1980 et 1990 (+28,9%). Parallèlement, le nombre des ménages composés d'un couple et de leur(s) enfant(s) a baissé, de 21'000 (-2,3%), pour tomber à 898'000. On avait enregistré une légère hausse (+0,9%) pendant la décennie précédente. Depuis 1990, le nombre des ménages monoparentaux a progressé de 11,2% pour atteindre 161'000, entre autres en raison de l'augmentation du nombre de divorces. Mais là encore, la hausse est en net ralentissement par rapport à la décennie précédente (+16,6%). Le nombre de couples mariés continue de reculer. De 1990 à 2000, celui des couples vivant en union libre a progressé de 28,6%, un chiffre qu'il faut relativiser, compte tenu du faible nombre de ces couples en termes absolus (189'000, dont 36'000 avec au moins un enfant). Là encore, la progression s’est ralentie par rapport à la période 1980-1990 (+151%). Les ménages étrangers ont davantage d'enfants Les personnes de nationalité étrangère vivent moins fréquemment que les Suisses dans des ménages d'une personne (12,6% contre 16,9%) et plus rarement également en couples sans enfants (18,5% contre 26,3%). Par contre, les personnes de nationalité étrangère vivent plus souvent que les Suisses en couples avec enfants (61,1% contre 47,7%). On ne constate pas de différence entre Suisses et étrangers pour les ménages monoparentaux ; un ménage privé sur 20 est un ménage monoparental. La plupart des enfants de moins de 18 ans ont un frère ou une sœur La grande majorité (4 sur 5) des enfants de moins de 18 ans (1,45 million) vivait en 2000 dans un ménage à la tête duquel se trouvait un couple marié. 13% des enfants mineurs vivaient avec un seul parent, 3% avec des parents non mariés.

    22% du 1,45 million d'enfants de moins de 18 ans vivent sans autres enfants de moins de 18 ans dans le même ménage, plus de trois quarts (78%) vivent avec au moins un autre enfant mineur et un peu plus de 31% (449’000) avec deux enfants (frères et/ou sœurs) ou plus.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

    Renseignements sur le communiqué :

Werner Haug, vice-directeur de l’OFS, tél. : 032 713 66 85

    Pour d’autres renseignements sur les données du Recensement :

Centrale d’information sur le recensement de la population Office fédéral de la statistique Espace de l’Europe 10 2010 Neuchâtel Tél: 032 713 61 11 Fax: 032 713 67 52 e-mail: info.census@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS : http://www.statistique.admin.ch

2.9.03



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: