Bundesamt für Statistik

BFS: Enquête sur les revenus et la consommation de 2001 (ERC 2001) Revenus et dépenses des ménages en 2001 : Principaux résultats

      (ots) - Enquête sur les revenus et la consommation de 2001 (ERC 2001)

Revenus et dépenses des ménages en 2001 : Principaux résultats

En 2001, le revenu mensuel moyen d’un ménage suisse s’élevait à 8797 francs. Un peu moins de 72% provenait de l’exercice d’une activité professionnelle. Les dépenses atteignaient quant à elles 7912 francs par mois. La part représentée par les principaux postes de revenus et de dépenses n’a que peu varié par rapport à 2000. Ce sont-là quelques-uns des principaux résultats de l’enquête sur les revenus et la consommation, réalisée chaque année par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Le travail comme principale source de revenus Le revenu mensuel moyen d’un ménage s’établissait à 8797 francs en 2001. Sa composition n’a que peu varié par rapport à l’année précédente : 71,7% du revenu provient de l’exercice d’une activité professionnelle, 22,8% de transferts (notamment des rentes versées par l’AVS/AI et par les caisses de pensions) et 5,5% de la fortune et de la location. Cette répartition reflète dans une certaine mesure la composition socio-économique des ménages : dans trois quarts d’entre eux, la personne qui contribue le plus au revenu (personne de référence) est un salarié, un indépendant ou un agriculteur, alors que dans le quart restant, il s’agit d’un rentier, d’un chômeur ou d’un étudiant. Le niveau des revenus Le revenu moyen des ménages suisses semble de prime abord élevé, mais pour l’apprécier correctement, il faut tenir compte de deux éléments. Premièrement, il englobe la totalité du revenu du ménage, qui dépend fortement de sa composition. Ainsi, une ou plusieurs personnes peuvent contribuer à la formation de ce revenu. Dans l’ensemble, 39% des ménages comptent plus d’une personne active occupée. Deuxièmement, il comprend tous les revenus qui, d’une manière ou d’une autre, alimentent le budget du ménage : salaires, pensions, rentes AVS, intérêts, dividendes et autres éléments de la fortune, ainsi que revenus de la location et revenus en nature (cadeaux, produits du jardin), remboursements d’assurances, etc. Le niveau du revenu diffère selon les groupes de population Considérés selon l’appartenance socio-économique, les ménages qui ont les revenus les plus élevés sont ceux dont la personne de référence est salariée. Dans ces ménages, le revenu mensuel moyen s’élève à 10 000 francs. A noter cependant que 52% d’entre eux comptent plus d’une personne active occupée : plusieurs personnes contribuent donc au revenu du ménage. Les ménages où la personne de référence était un rentier ou une rentière disposent d’un revenu mensuel de 5900 francs. La différence s’explique par le fait que l’activité professionnelle joue ici un rôle secondaire. Outre le statut socio-économique, la composition des ménages influe fortement sur le revenu. Ainsi, les ménages d’une personne et les ménages monoparentaux disposent des revenus les plus faibles (5700 et 7100 francs). Les couples sans enfant à charge ont un revenu un peu moins élevé (9400 francs) que les couples avec un ou plusieurs enfants (de 10 600 à 11 000 francs). Les ménages d’une personne et les couples seuls sont composés de rentiers à raison de respectivement 37% et 41%, ce qui tend à tirer vers le bas le revenu mensuel moyen. Principaux postes du budget : le logement, les assurances et les impôts En 2001, les dépenses mensuelles des ménages s’élevaient en Suisse à 7912 francs en moyenne. Leur structure ne s’est que peu modifiée entre 2000 et 2001 : la part des dépenses de consommation (achat de biens et services) a passé de 63,1 à 63,4%,  tandis que celle des dépenses de transfert (assurances, impôts, cotisations) a reculé en conséquence, de 36,9 à 36,6%. Le logement occupe la première place parmi les dépenses de consommation (17,7% du budget des ménages). Viennent ensuite l’alimentation et les boissons (9,7%), les transports (7,3%) et le poste loisirs et culture (6,6%). Les dépenses de santé (sans les primes d’assurance) ont progressé de près de 20% en un an suite à l’augmentation des coûts de la santé ; elles représentaient en 2001 4,5% du budget du ménage, contre 4,0% un an auparavant. Les assurances sociales (AVS, AI, caisses de pensions, assurance- maladie de base) et les impôts restent, avec respectivement 14,3% et 13,3%, les principaux postes des dépenses de transfert. Les primes d’assurances représentent au total 20,9% des dépenses des ménages. Enquête sur les revenus et la consommation (ERC) En permettant l’observation continue de l’évolution des revenus des ménages et des comportements de ces derniers en matière de consommation, l’ERC fournit des informations essentielles pour la politique (système social, revenus, fiscalité). En outre, elle sert de base pour établir le panier-type de l’indice des prix à la consommation (IPC), qui est élaboré sous la forme d’un indice-chaîne et qui fait chaque année l’objet d’une nouvelle pondération. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

Renseignements: Dieter Koch, OFS, Section des prix et de la consommation, tél. 032 713 68 43 Commandes de publication: tél.: 032 713 60 60, fax: 032 713 60 61, e- mail: order@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS: http://www.statistique.admin.ch 21.07.03



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: