Bundesamt für Statistik

Statistique sur la démographie des entreprises 11'400 nouvelles entreprises en 2001

(ots) - 6 Industrie et services Industrie und Dienstleistungen Industria e servizi Neuchâtel, le 24 juin 2003 N° 0351-0305-80 Statistique sur la démographie des entreprises 11'400 nouvelles entreprises en 2001 En 2001, 11'400 nouvelles entreprises ont généré plus de 24'000 emplois en Suisse. Ces résultats ressortent de la statistique sur la démographie des entreprises, établie par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Le nombre de créations d’entreprises a diminué par rapport à 2000 mais augmenté légèrement par rapport à 1999. Les nouvelles entreprises et les emplois ainsi créés proviennent à 82% du secteur des services. En règle générale, environ 80% des nouvelles entreprises sont encore actives un an après leur création. Les taux de survie sont de 72% après deux ans et de 54% après quatre ans. Contrairement au nombre d’entreprises, qui diminue clairement, le nombre de nouveaux emplois créés se maintient proportionnellement au même niveau. Les créations d’entreprises étaient moins nombreuses en 2001 que l’année précédente Plus de 24'000 emplois à plein temps et à temps partiel ont été créés en 2001 par 11'400 nouvelles entreprises. En comparaison avec l’année 2000 (13'300 entreprises, 29'000 emplois), on constate une diminution du nombre de créations d’entreprises. Ce recul peut s’expliquer par une certaine retenue liée à la conjoncture économique peu favorable de la Suisse en 2001. Cependant, les chiffres obtenus sont légèrement supérieurs à ceux de 1999. Importance du secteur des services D’une manière générale, plus de quatre nouvelles entreprises sur cinq proviennent du secteur tertiaire. On peut dire que le développement croissant du secteur des services offre de plus en plus de possibilités aux nouvelles entreprises. Il faut aussi tenir compte du fait que les risques liés à la création d’une nouvelle entreprise sont plus faibles dans certaines branches des services, où les investissements de départ sont moins conséquents que dans d’autres branches. Plus de 30% des entités créées en 2001 sont des nouvelles entreprises actives dans la branche «immobilier, services aux entreprises», ce qui confirme la tendance observée les deux années précédentes. Les deux autres branches très importantes en terme de création d’entreprises et d’emplois sont les activités informatiques (1400 entreprises pour près de 3000 emplois) et la branche du commerce (2300 entreprises pour 4800 emplois). Dans le secteur secondaire, la construction engendre près de 60% des nouvelles entreprises (1200 entreprises pour 2400 emplois), confirmant ainsi l’importance de cette branche dans l’économie. Beaucoup de petites entreprises – moins d’emplois à temps partiel Plus de 95% des nouvelles entreprises débutent leurs activités avec moins de 5 employés. Les entreprises créées en 2001 comptaient en moyenne 2,1 emplois. La taille moyenne de ces entreprises a donc légèrement diminué par rapport à l’année précédente. Environ 14% des nouvelles entreprises n’ont pas d’emplois à plein temps et n’engagent que du personnel à temps partiel pour démarrer. Dans l’ensemble, la proportion du temps partiel est en recul: elle était de 34% en 1999, mais n’atteignait plus que 28% en 2001. Dans les branches de l’enseignement, de la santé et des activités sociales, le temps partiel est particulièrement fréquent: il concerne plus de la moitié des emplois créés par les nouvelles entreprises dans ces branches. Inversement, la construction est la branche où l’emploi à temps partiel est le moins répandu (13%). Peu de différences régionales En comparant les nouvelles entreprises créées en 2001 avec les données du recensement des entreprises 2001 (RE2001), on constate que les grandes régions de Zurich, de la Suisse centrale et du Tessin ont connu proportionnellement les plus grands nombres de créations d’entreprises. A l’opposé, le taux des nouvelles entreprises est relativement plus faible dans l’Espace Mittelland et en Suisse orientale. Par contre, la situation est légèrement différente si l’on considère les emplois générés par les nouvelles entreprises: leur taux est supérieur en Suisse centrale, au Tessin et en Région lémanique, mais inférieur dans l’Espace Mittelland et dans la Suisse du Nord-Ouest. En chiffres absolus, Zurich arrive en tête parmi les sept grandes régions de la Suisse avec plus de 2400 nouvelles entreprises créées en 2001 (5400 emplois); viennent ensuite la Région lémanique (2000 entreprises et 4300 emplois) et l’Espace Mittelland (1900 entreprises et 3900 emplois). Taux de survie différents d’un secteur et d’une branche à l’autre Les taux de survie de différents groupes d'entreprises (cohortes) après un, deux et quatre ans ont été calculés sur la base des créations d'entreprises recensées dans la statistique sur la démographie des entreprises en 1996/97, en 1999 et en 2000 et des données du recensement des entreprises de 1998 et de 2001. Réalisées dans l’ensemble des secteurs secondaire et tertiaire, ces enquêtes ont montré qu’un an après leur création, environ 80% des entreprises exerçaient encore une activité économique. La survie de ces entreprises n'était pas assurée pour autant: le taux correspondant tombe à environ 72% au bout de deux ans et à 54% après quatre ans. Ventilés selon le secteur économique et la branche, les résultats montrent que les taux de survie des entreprises ont tendance à être supérieurs dans le secteur secondaire (industrie et arts et métiers: environ 87% après 1 an, 79% après 2 ans et 63% après 4 ans) que dans le secteur tertiaire (services: respectivement 80%, 71% et 53%). Certaines branches, comme la construction, ont enregistré des taux de survie très élevés. Sur dix nouvelles entreprises, neuf environ exerçaient encore une activité économique un an après leur création et deux tiers étaient toujours actives quatre ans après celle-ci. Dans le secteur tertiaire, les taux de survie étaient supérieurs à la moyenne avant tout dans les entreprises des domaines «santé et activités sociales», «immobilier, services aux entreprises» et «activités informatiques». Ils étaient inférieurs à la moyenne dans les branches «commerce», «autres services collectifs et personnels», «enseignement» et «activités financières, assurances». Evolution positive de l’emploi dans les entreprises encore actives Les emplois créés par les nouvelles entreprises disparaissent lorsque celles-ci cessent leur activité. L’analyse des cohortes a montré néanmoins que ces emplois perdus ont pu être compensés en grande partie par une évolution favorable de l'emploi dans les entreprises encore existantes. Ainsi, le nombre d’emplois générés au moment de la création des nouvelles entreprises était toujours pratiquement le même pendant la période sous revue. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information Renseignements: Ernst Matti, OFS, Section des entreprises et de l’emploi, téléphone: 031 323 66 45 David Ackermann, OFS, Section des entreprises et de l’emploi, téléphone: 031 323 62 01 Andrea Grossi, OFS, Section des entreprises et de l’emploi, téléphone: 031 323 66 40 Adresse e-mail : udemo@bfs.admin.ch Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS : http://www.statistique.admin.ch (domaine 6) Informations détaillées: Actualités OFS, Statistique sur la démographie des entreprises: Survie des nouvelles entreprises, juin 2003. Numéro de commande: 042-0120; tél. 032 713 60 60 ou order@bfs.admin.ch 24.06.2003

Ces informations peuvent également vous intéresser: