Bundesamt für Statistik

Compte satellite suisse du tourisme Plus de 30 milliards par an sont dépensés pour le tourisme en Suisse

      (ots) - 10 Tourisme
Tourismus
Turismo Neuchâtel, le 23 juin 2003
N° 0351-0305-90

Compte satellite suisse du tourisme

Plus de 30 milliards par an sont dépensés pour le tourisme en Suisse

    Le tourisme en Suisse est directement à l’origine de dépenses annuelles de 30,6 milliards de francs (année de référence 1998), permettant à la branche de générer une valeur ajoutée de 12,9 milliards et de contribuer ainsi pour 3,4% au produit intérieur brut (PIB) du pays. Cela ressort d’une étude réalisée par le Laboratoire d’Economie Appliquée (LEA) de l’Université de Genève et le Bureau Ruetter et Partner de Rüschlikon sur mandat conjoint du Secrétariat d’Etat à l’économie (seco) et de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Cette étude présente par ailleurs de nouvelles informations sur le tourisme en Suisse, telles que l'importance de la clientèle étrangère, des excursions d’une journée et du tourisme d’affaires ainsi que les chiffres d’affaires, la valeur ajoutée et l’emploi générés dans diverses branches. Le tourisme ne représente pas une branche indépendante du point de vue statistique, dans le sens où il regroupe différentes activités qui ne peuvent pas être attribuées à une branche des comptes nationaux. Jusqu’à présent, les effets directs du tourisme sur l’économie n’étaient pas relevés dans leur intégralité. Le compte satellite du tourisme (Tourism Satellite Account, TSA) de la Suisse a été créé pour combler cette lacune. Basé sur un concept élaboré par l’ONU, l’OMT, l’OCDE et EUROSTAT en 2000, le TSA est entièrement compatible avec les comptes nationaux. Quelques pays seulement disposent d’un tel compte satellite. Pour des raisons méthodologiques, le TSA se réfère pour l’instant à l'année 1998. Ses principales bases sont la balance touristique et l’enquête sur les revenus et la consommation de l’OFS. Les visiteurs étrangers à l’origine de près de la moitié des dépenses touristiques Près de la moitié des 30,6 milliards de francs de dépenses touristiques en Suisse (47% ou 14,5 milliards de francs) proviennent des clients étrangers. A noter que chez ces derniers, la part des séjours avec nuitée est plus de trois fois plus grande que celle des excursions d’une journée. La contribution de la clientèle étrangère à la balance des paiements de la Suisse est ainsi considérable. Elle est supérieure à celle indiquée dans la balance touristique, car le TSA prend en compte toutes les dépenses des étrangers, y compris celles concernant les transports internationaux de voyageurs (transports aériens, CFF). Les clients indigènes effectuent nettement plus d’excursions d’une journée en Suisse que les étrangers. La part de ces excursions pour la clientèle indigène est pratiquement semblable à celle des séjours avec nuitée (elle atteint 16% dans les deux cas et représente environ 4,9 milliards de francs). La proportion du tourisme d’affaires (séjours avec nuitée et excursions d’une journée) dans la demande touristique est aussi importante: elle représente 6% des dépenses touristiques totales (1,8 milliard de francs). Différentes autres composantes de la demande touristique (utilisation des appartements de vacances par leurs propriétaires, dépenses auprès des agences de voyage et des compagnies d'aviation indigènes, pour des biens de consommation touristique durables, etc.) sont à l’origine des 15% de dépenses restants (4,5 milliards de francs). Environ deux tiers des dépenses touristiques bénéficient à d’autres branches que l’«hôtellerie et restauration» L’hébergement totalise 24% des dépenses (7370 millions de francs) et la restauration environ 12% (3600 millions). Seuls 36% des dépenses sont donc investies dans l’hôtellerie et la restauration, alors que les deux autres tiers sont répartis entre plusieurs branches, notamment les transports de voyageurs (7860 millions), le commerce de détail (7160 millions, y compris le commerce de gros et la valeur de production des biens), les agences de voyage (1760 millions), la branche «divertissement/culture/sport» (950 millions) et celle de la santé (930 millions). L’une des branches économiques les plus importantes Avec une valeur ajoutée brute d’environ 12,9 milliards de francs pour l’année 1998, la contribution directe du tourisme à l’économie suisse représente 3,4% du produit intérieur brut. Le tourisme joue donc un rôle important dans l'économie, sa part dépassant de loin celle de la branche «fabrication d’instruments médicaux, de précision et d’optique; horlogerie» (2,0%) et légèrement celles de l’industrie chimique et des assurances (2,9% dans les deux cas) ainsi que des communications (3,1%). Notons que la contribution directe du tourisme au PIB serait plus élevée si l’on intégrait les composantes qui, pour des raisons de délimitation et de disponibilité des données notamment du côté des ressources, n’ont pas pu être prises en compte dans ce TSA,. Signe d’une productivité en dessous de la moyenne des autres branches, le tourisme prend encore plus d’importance en termes d’emplois: il occupe 5,2% de tous les emplois, ce qui correspond à 165 500 équivalents plein temps (EPT). Parmi les branches dépendantes du tourisme, l’hébergement (y compris l'utilisation et la location de logements de vacances) présente une valeur ajoutée brute de 4000 millions de francs (31%) et se place ainsi en tête de classement. Vient ensuite la restauration (1830 millions de francs; 14%), suivie des agences de voyage/offices du tourisme (1140 millions de francs; 9%). La valeur ajoutée brute des transports de voyageurs atteint 2590 millions de francs, soit environ un cinquième (20%). Relevons ici l’importance considérable, au plan de la contribution du tourisme à l’économie, de la branche transports aériens/activités annexes des transports (1070 millions de francs, 8%), des chemins de fer (700 millions, 5%) et des chemins de fer spéciaux et de montagne (390 millions, 3%). Le commerce de détail joue également un rôle économique important: sa valeur ajoutée s’élève à 1010 millions de francs (8%). Les contributions sont un peu plus faibles dans le cas de la culture (110 millions de francs; 1%), du sport et des divertissements (240 millions de francs; 2%).

    Remarques méthodologiques Uniquement les effets directs Conformément aux normes internationales sur les comptes satellites du tourisme que les auteurs de l’étude ont appliquées de façon stricte, le compte satellite suisse du tourisme ne prend en compte que les effets directs du tourisme. Dans le calcul de la valeur ajoutée, celle engendrée par les prestations intermédiaires fournies par les autres branches n’est pas incluse. Par ailleurs, aucun effet multiplicateur n’a été intégré. Pour satisfaire les besoins qui sortent du cadre du compte satellite, par exemple pour évaluer l’influence économique globale aussi bien indirecte que directe du secteur touristique, d’autres études seront encore nécessaires. Mais le compte satellite constitue une base indispensable, qui a l’avantage d’être bien délimitée et réglementée par des normes internationales. Vers une production régulière du compte Le compte satellite est le fruit d’un long et complexe travail de synthèse et nécessite le recours à de nombreuses sources statistiques hétéroclites. Il pose des problèmes de définitions et de méthodes, problèmes qui font d’ailleurs actuellement l’objet d’intenses discussions au niveau international. Cela explique pourquoi les pays qui disposent d’un tel compte sont encore peu nombreux et relativise le fait que l’année de référence retenue pour la présente étude (1998) n’est pas aussi récente qu’on le souhaiterait. Le seco et l’OFS étudient actuellement les modalités d’une production régulière du compte satellite. La fréquence des mises à jour reste à déterminer et sera dictée par la disponibilité des nombreuses sources nécessaires. En l’état actuel, il est prévu d’établir un nouveau compte pour l’année de référence 2001.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information


      Renseignements: Pierre Caille (031 323 68 42) ou Peter Keller (031
322 27 52) Pour commander des publications: tél.: 032 713 60 60,
fax: 032 713 60 61, e-mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch La publication
«Compte satellite du tourisme de la Suisse» paraîtra en juillet
2003. Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de
l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch.

23.06.2003



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: