Bundesamt für Statistik

Les investissements dans la construction en Suisse en 2002 Stagnation des dépenses dans la construction

      (ots) - 9 Construction et logement
Bau- und Wohnungswesen
Costruzioni e abitazioni Neuchâtel, le 6 juin 2003
No 0351-0305-60

Les investissements dans la construction en Suisse en 2002

Stagnation des dépenses dans la construction

En 2002, les dépenses affectées à la construction se sont quasiment maintenues au niveau de l’année précédente. Pour l’année 2003, les projets annoncés laissent en revanche présager un recul des dépenses. Ce sont là les principaux résultats provisoires du relevé annuel des investissements dans la construction réalisé par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Au cours de l’année 2002, selon les résultats provisoires, les dépenses consacrées à la construction en Suisse ont atteint 44 milliards de francs, ce qui représente une légère augmentation, de 0,4% ou de quelque 200 millions de francs en termes nominaux par rapport à l’année précédente. En raison de la conjoncture économique incertaine, le secteur de la construction a pu profiter de prix à la construction moins élevés et de taux d’intérêts avantageux. Compte tenu d’un renchérissement estimé à -0,6% (calcul provisoire), les dépenses dans la construction auraient augmenté de 1% en termes réels. Suite à la morosité persistante de l’économie suisse et internationale, il faut s’attendre à une baisse des dépenses consacrées à cette branche économique. Les dépenses dans les projets de construction annoncés devraient baisser en 2003 de quelque 5% en termes nominaux par rapport à l’année précédente. Stagnation dans le bâtiment Les résultats provisoires affichent pour les investissements dans le bâtiment effectués en 2002 un niveau identique à celui de l’année 2001. Cette situation est due au fait que les maîtres d’ouvrages publics ont sensiblement augmenté leurs investissements dans ce secteur de la construction (+9,4%). En revanche, les investissements des «autres maîtres d’ouvrage», qui financent à raison de 84% le secteur du bâtiment, baissent de 1,7% en termes nominaux. Suite au ralentissement conjoncturel, les projets de constructions à caractère industriel ou commercial ont subi une diminution globale de l’ordre de 0,6%. Malgré une diminution des prix et des taux d’intérêts hypothécaires avantageux, les investissements dans des bâtiments d’habitation ont diminué d’environ 2%. Cette évolution est confirmée par les résultats provisoires de la statistique trimestrielle de la construction de logements, qui indiquent un fléchissement de la production de nouveaux logements de 4% durant l’année 2002. C’est là en partie la conséquence de l’insécurité qui règne sur le marché (forte diminution des titres boursiers, augmentation du taux de chômage, etc.) et qui influence la volonté d’investissement des maîtres d’ouvrages privés («autres maîtres d’ouvrage»). Pour l'année 2003, suite à la faiblesse persistante de l’économie, le bâtiment devrait connaître une diminution sensible des investissements. Cette évolution devrait s’accentuer surtout à cause des économies annoncées par les maîtres d’ouvrages publics. Soutien important du génie civil Comme prévu l’année précédente, les investissements dans le génie civil ont connu une augmentation en 2002 de 2,8% ou de 250 millions de francs en termes nominaux. Les maîtres d’ouvrage publics ont augmenté leurs investissements dans les ouvrages de transports et de communication. Seules les communes ont diminué leurs investissements dans les ouvrages de génie civil, tandis que la Confédération et les cantons ont augmenté leurs apports respectivement de 13% et de 6%. A l’inverse, les maîtres d’ouvrage privés ont réduit leurs investissements dans ce genre d’ouvrages de 5% par rapport à l’année passée. Si l’on tient compte des travaux d’entretien publics, qui se sont accrus de 1,9% dans ce genre d’ouvrages en 2002, les dépenses totales dans le secteur du génie civil ont augmenté de 2,6% en termes nominaux. En raison de la situation financière tendue du secteur public et des efforts déployés pour freiner l’endettement, il faut s’attendre à une diminution significative des investissements dans le génie civil en 2003. Les résultats publiés ici sont provisoires. Les investissements dans la construction comprennent l’ensemble des dépenses liées à la réalisation de l’ouvrage. Les coûts englobent les travaux préparatoires, les frais de l’ouvrage proprement dit, toutes les installations fixes destinées à un usage spécifique de l’ouvrage, les aménagements extérieurs ainsi que tous les travaux de raccordement à l’intérieur des limites de la parcelle et tous les frais de construction annexes. N’entrent pas dans cette définition les coûts afférents à l’acquisition du terrain, les travaux de raccordement en dehors de la parcelle, les coûts pour l’équipement en objets mobiles ni les travaux d’entretien publics. Par dépenses dans la construction, on entend les investissements dans la construction ainsi que les travaux d’entretien publics. Les autres maîtres d’ouvrage comprennent toutes les catégories de maîtres d’ouvrage moins les maîtres d’ouvrage publics (Confédération, cantons communes). Sont ainsi regroupés dans les autres maîtres d’ouvrage, les investisseurs institutionnels, les assurances, les banques, les entreprises privées de gaz, d’électricité et des chemins de fer, les entreprises de construction et les sociétés immobilières, les personnes privées ainsi que les autres investisseurs. Travaux de transformation en diminution En 2002, les travaux de transformation ont subi une diminution d’environ 1% par rapport à l’année précédente. En revanche, les nouvelles constructions, plus dépendantes des variations conjoncturelles, ont augmenté de 1,6%. D’après les données provisoires pour 2003, les nouvelles constructions ainsi que les travaux de transformation devraient diminuer sensiblement. Malgré cela, les besoins d’entretien et de rénovation du parc de logements en Suisse demeurent importants, car ce sont surtout les logements situés dans les anciens bâtiments qui restent inoccupés. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information Renseignements: Marlies Henggi, OFS, Division de l’économie et des prix, tél. 032 / 713 67 22 Commande de publications : 032 713 60 60, fax: 032 713 60 61, e- mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch Nouvelle publication: «Statistique suisse de la construction et des logements», vers décembre 2003 Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch 06.06.2003



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: