Bundesamt für Statistik

Les hautes écoles suisses en comparaison internationale La Suisse attire le plus d’étudiants étrangers

      Neuchâtel (ots) - Les hautes écoles jouent un rôle central dans
l’évolution technologique, économique et sociale des «sociétés
modernes du savoir». L’internationalisation de la recherche et la
création en Europe d’un espace commun pour les hautes écoles, qui
permet d’étudier plus facilement à l’étranger, confère de plus en
plus d’intérêt à la comparaison internationale des systèmes de
formation dans les hautes écoles. Avec 17% d’étudiants étrangers,
les hautes écoles suisses sont en tête de la comparaison
internationale. Elles enregistrent toutefois un taux d’entrées
(proportion d’étudiants débutants dans la population du même âge)
nettement inférieur (29%) à la moyenne des pays de l’OCDE (44%). Ce
sont là quelques-unes des informations disponibles sur le site
Internet remanié «Indicateurs des hautes écoles: comparaison
internationale» de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Un
attrait indéniable pour les étudiants étrangers Les hautes écoles
suisses comptent un nombre particulièrement élevé d’étudiants
étrangers. Atteignant 17%, leur proportion y est nettement
supérieure à celle observée dans les autres pays de l’OCDE: les
étudiants étrangers sont proportionnellement nettement moins
nombreux en Allemagne (9%), en France (7%) et aux Etats-Unis (4%).
La forte représentation des étudiants étrangers en Suisse s’explique
par le fait que certaines hautes écoles sont proches de la frontière
et par la proportion importante de personnes de nationalité
étrangère déjà domiciliées en Suisse avant d’entreprendre des études
(environ 28% de tous les étudiants étrangers). Elle reflète par
ailleurs l’attrait des hautes écoles suisses à l’étranger. Ce
résultat est encore renforcé par le fait qu’il y a plus d’étrangers
qui étudient en Suisse que de Suisses qui partent étudier à
l’étranger. A ce titre, la Suisse se place en première position avec
un solde positif de 6,5%, suivie de l’Australie (5,5%) et de la
Grande-Bretagne (4,6%). Les Etats-Unis enregistrent un solde positif
de seulement 1,5%. En revanche, le solde correspondant est négatif,
par exemple, en France, aux Pays- Bas et en Finlande.

    Moins d’étudiants en Suisse que dans la moyenne des pays de l’OCDE Bien que près d’un jeune en fin de scolarité sur trois choisisse de faire des études dans une haute école suisse (29%), le taux d’entrées y est relativement bas par rapport à celui des autres pays de l’OCDE où il atteint en moyenne 44% (année 2000), soit 15 points de plus qu’en Suisse. Le taux d’entrées est nettement supérieur à cette moyenne en Finlande (71%) et en Nouvelle-Zélande (70%), alors qu’il est de 30% en Allemagne, de 37% en France et de 33 % en Autriche. Ces écarts internationaux sont dus en grande partie aux différences relevées d’un pays à l’autre quant aux structures d’éducation. Tandis qu’en Suisse, les écoles professionnelles supérieures dispensent une formation hautement qualifiée, celle-ci est généralement donnée dans les hautes écoles - du moins en partie - dans de nombreux autres pays. Il en résulte des taux de diplômes dans les hautes écoles suisses nettement inférieurs à la moyenne de l’OCDE. Sur l’ensemble de la population résidante du même âge, 13% des jeunes adultes en Suisse achèvent des études dans une haute école, contre 26% en moyenne dans les pays de l’OCDE. Les connaissances spécialisées acquises dans les hautes écoles suisses sont presque identiques à celles transmises en moyenne dans les pays de l’OCDE. Ainsi, les hautes écoles suisses produisent, par exemple, 15% de diplômés en sciences humaines ou artistiques (OCDE: 14%), 32% de diplômés en sciences sociales, en économie ou en droit (OCDE: 34%) et 8% de diplômés en sciences naturelles (OCDE: 10%). Avec 17% d’ingénieurs diplômés, la Suisse dépasse légèrement la moyenne de l’OCDE (13%). Ceux-ci sont proportionnellement les plus nombreux en Corée (26%) et en Finlande (25%), ainsi qu’en Suède et en Allemagne (20% dans les deux cas). En revanche, ils sont les plus rares aux Etats-Unis (7%) et en France (12%).

    Ce sont là quelques-unes des informations disponibles sur le site Internet «Indicateurs des hautes écoles – comparaison internationale» de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Ce site, qui vient d’être remanié, traite en premier lieu des thèmes concernant la participation à la formation dispensée dans les hautes écoles. Il renseigne par ailleurs sur les dépenses d’éducation et le niveau de formation de la population. La comparaison internationale vient compléter les indicateurs déjà existants au sujet des hautes écoles universitaires et des hautes écoles spécialisées en Suisse.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE

Service d’information Renseignements: Stéphane Cappelli, OFS, Section des hautes écoles et de la science, tél. 032 713 65 99, e-mail: Stephane.Cappelli@bfs.admin.ch Stefanie Frölicher-Güggi, OFS, Section des hautes écoles et de la science, tél. 032 713 63 04, e-mail: Stefanie.Froelicher@bfs.admin.ch Martin Teichgräber, OFS, Section des hautes écoles et de la science, tél. 032 713 62 06, e-mail: Martin.Teichgraeber@bfs.admin.ch

Adresse Internet: www.education-stat.admin.ch Vous trouverez d’autres informations sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch

05.05.03



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: