Bundesamt für Statistik

La population étrangère en Suisse Actifs occupés de nationalité étrangère: différences importantes d'une région et d'une branche à l'autre

Neuchâtel (ots) - A la fin du mois de juin 2002, la Suisse comptait 1,058 million d'actifs occupés de nationalité étrangère, soit 0,2% de moins qu'un an auparavant. La part des étrangers dans la population active occupée s'est réduite légèrement de 25,5 à 25,3%. Le Tessin (42,4%) et la Région lémanique (35,8%) présentaient les parts les plus importantes d'actifs occupés de nationalité étrangère. Les travailleurs étrangers sont en moyenne plus jeunes que les Suisses et ils travaillent beaucoup moins souvent à temps partiel. La plupart des actifs étrangers en Suisse viennent d'un pays de l'Union européenne. Les positions dirigeantes et les professions intellectuelles ou scientifiques sont nettement plus fréquentes chez les actifs occupés provenant des pays du nord et de l'ouest de l'Europe; ceux-ci touchent par conséquent des salaires plus élevés que les Suisses et que les ressortissants des pays du sud de l'Europe ou d'Etats non membres de l'UE. Ce sont là quelques-uns des résultats de la statistique de la population active occupée et de l'enquête suisse sur la population active de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Légère diminution de la population active occupée de nationalité étrangère Selon la statistique de la population active occupée (SPAO; chiffres révisés), 1,058 million d'étrangers exerçaient une activité professionnelle en Suisse au milieu de l'année 2002, soit légèrement moins qu'à la même période de l'année précédente (-0,2%). Dans le même temps, le nombre des actifs occupés de nationalité suisse s'est accru de 0,8% pour s'élever à 3,118 millions. Le taux d'activité standardisé, c'est-à-dire la part des personnes actives (actifs occupés plus personnes sans emploi) dans la population résidante permanente âgée de 15 ans et plus a reculé parmi les étrangers de 76,8 à 75,5% en un an; cependant, la participation des étrangers à la vie active était toujours supérieure à celle des personnes de nationalité suisse (65,9%, contre 65,7% douze mois plus tôt). Le Tessin et la Région lémanique présentent les plus hautes parts d'actifs occupés étrangers La part des étrangers dans la population active occupée s'élevait à 25,3% au 2e trimestre 2002; elle était donc en légère baisse par rapport au 2e trimestre de 2001 (25,5%). Cette part varie considérablement d'une grande région de la Suisse à l'autre: la part des étrangers dans la population active occupée est particulièrement élevée dans les régions limitrophes telles que le Tessin (42,4%), la Région lémanique (35,8%) et la Suisse du Nord-Ouest (28,5%). A l'inverse, les parts correspondantes sont les plus faibles dans l'Espace Mittelland (16,6%) et en Suisse centrale (17,1%). Le pourcentage d'actifs occupés de nationalité étrangère est aussi inférieur à la moyenne suisse (25,3%) dans la grande région de Zurich (23,6%) et en Suisse orientale (23,4%). Dans l'hôtellerie et la restauration, une heure de travail sur deux est effectuée par une personne de nationalité étrangère Selon la statistique du volume de travail (SVOLTA) de 2000, les étrangers accomplissent environ un quart (26,0%) du volume de travail en Suisse. Cette proportion varie toutefois fortement selon les branches de l'économie. Elle est la plus basse dans l'administration publique (5,7%), mais se situe nettement au-dessus de la moyenne nationale dans les branches du secteur secondaire (construction: 36,6%; industries, production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau: 33,5%). D'importants écarts apparaissent notamment à l'intérieur du secteur des services: dans l'hôtellerie-restauration, une heure de travail sur deux est accomplie par une personne de nationalité étrangère (50,6%). La main- d'uvre étrangère fournit également une contribution supérieure à la moyenne pour ce qui est des heures de travail comptabilisées sous la rubrique économique des "ménages privés" (41,4%). Inversement, la part des étrangers est faible dans l'enseignement (15,2%) et dans l'agriculture et la sylviculture (7,9%). (Les résultats de la statistique du volume de travail pour l'an 2001 paraîtront en février 2003.) Les travailleurs étrangers sont plus jeunes que les Suisses et travaillent plus rarement à temps partiel La structure de la main-d'oeuvre étrangère se différencie en plusieurs points de la structure de la main-d'oeuvre suisse. La SPAO de 2002 montre que les travailleurs étrangers sont généralement plus jeunes: 59,6% des étrangers ont moins de 40 ans, contre 47,2% des Suisses. Le travail à temps partiel est moins répandu dans la population active occupée de nationalité étrangère que chez les salariés suisses. Au milieu de l'année 2002, 20,5% de la main-d'uvre étrangère et 33,2% des Suisses travaillaient à temps partiel. Cet écart est dû essentiellement aux différences relevées chez les femmes. Alors que la majorité des actives occupées suisses (58,9%) travaillaient à temps partiel, cela n'était le cas que de 41,0% des étrangères actives occupées. Chez les hommes, la différence entre Suisses et étrangers travaillant à temps partiel est nettement moins marquée (11,0% et 7,5%). La plupart des actifs étrangers en Suisse viennent d'un pays de l'Union européenne Des enquêtes analogues étant réalisées dans tous les pays de l'UE et de l'AELE, les données du marché du travail fournies par l'enquête suisse sur la population active (ESPA) peuvent être comparées avec celles des autres pays. Contrairement à celles de la SPAO, ces données concernent la population résidante permanente (sans les frontaliers, les saisonniers, les requérants d'asile et les résidents de courte durée). Selon l'ESPA, 21,6% des personnes actives (actifs occupés plus personnes sans emploi) en Suisse au 2e trimestre 2002 étaient de nationalité étrangère. Si l'on compare ces résultats avec ceux des autres pays, la Suisse se place dans le peloton de tête. En Europe, seul le Luxembourg compte une plus forte proportion d'actifs étrangers (44,4%). La part correspondante est nettement inférieure à celle relevée en Suisse dans les pays voisins, à savoir l'Autriche (10,1%), l'Allemagne (8,9%), la France (6,2%) et l'Italie (1,2%), cette dernière se plaçant au bout du classement des Etats de l'UE et de l'AELE. Des différences apparaissent par ailleurs entre les pays pour ce qui est de l'origine des personnes actives de nationalité étrangère. Ainsi, seul un actif étranger sur dix en Grèce (8,5%) et en Italie (12,8%) vient d'un pays de l'UE, alors que c'est le cas en Suisse de la majeure partie de la population active étrangère (57,8%). La Suisse n'est devancée sur ce plan que par la Norvège (59,8%), l'Irlande (62,9%), la Belgique (73,4%) et le Luxembourg (89,9%). Environ 43% des étrangers d'Europe du nord et de l'ouest dans les positions dirigeantes et les professions intellectuelles ou scientifiques Les professions exercées par les étrangers varient fortement selon leur pays d'origine. Selon l'ESPA 2002, 43,4% des Européens du nord et de l'ouest de l'UE font partie des cadres supérieurs ou exercent une profession intellectuelle ou scientifique. La proportion correspondante est nettement plus faible parmi les ressortissants de pays du sud de l'UE (10,3%), de pays non membres de l'UE (11,6%) ainsi que de la Suisse (23,1%). A l'inverse, les Européens du sud (11,4%) et les ressortissants de pays non membres de l'UE (11,1%) sont proportionnellement plus nombreux parmi les ouvriers et les travailleurs non qualifiés (Suisses: 4,4%; Européens du nord et de l'ouest de l'UE: 2,7% ). Les différences relevées dans les professions exercées se reflètent également sur les salaires: ainsi, la médiane du salaire mensuel brut standardisé (converti pour un poste à plein temps) est supérieure de 23% pour les salariés européens du nord et de l'ouest de l'UE et de 5% pour les Suisses à la valeur correspondante pour l'ensemble des salariés recensés en Suisse. Inversement, les salaires sont inférieurs de 12% à la moyenne établie pour tous les salariés pour les ressortissants de pays du sud de l'UE et même de 20% pour ceux provenant de pays non membres de l'UE. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d'information Renseignements: Enrico Moresi, OFS, Section de la vie active et du marché du travail, tél.: 032 713 64 02 Pour commander des publications: tél.: 032 713 60 60; fax: 032 713 60 61; e-mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch Nouvelles publications: OFS, La population étrangère en Suisse. Rapport 2002, Neuchâtel, 2002. Numéro de commande: 276-0200; prix: 16 francs. OFS, Enquête suisse sur la population active (ESPA) 2002, Neuchâtel 2002. Numéro de commande: 012-0200; prix: 15 francs. Vous trouverez d'autres informations sur le site Internet de l'OFS à l'adresse http://www.statistique.admin.ch Révision de la statistique de la population active occupée (SPAO) Jusqu'à présent, la SPAO portait uniquement sur les personnes qui exerçaient une activité rémunérée d'au moins six heures par semaine. Afin d'assurer la comparabilité de la SPAO avec d'autres statistiques suisses (enquête suisse sur la population active, recensement de la population, statistique du volume de travail, etc.), d'une part, et avec les statistiques internationales (d'Eurostat, du BIT, de l'OCDE), d'autre part, l'Office fédéral de la statistique a décidé d'adopter la définition du Bureau international du travail à compter du 3e trimestre 2002 et avec effet rétroactif jusqu'en 1991. Selon cette définition, est active occupée toute personne qui effectue un travail rémunéré d'au moins une heure par semaine. En élargissant le champ de cette définition, on se donne aussi les moyens de mieux décrire la structure de la population active. 31.01.03

Ces informations peuvent également vous intéresser: