Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Almanach social 2016 : Caritas tire le bilan pour la fin de l'année
Nombre croissant de personnes en fin de droit

Luzern (ots) - Malgré un ralentissement de la croissance, l'économie suisse est toujours sur la bonne voie. Mais la situation s'aggrave pour les personnes en situation de pauvreté et celles disposant d'un faible revenu. Dans le rapport sur le développement économique et social qui vient de paraître dans l'almanach social 2016, Caritas constate que cela fait dix ans qu'il n'y avait plus eu autant de personnes en fin de droit. En même temps, le démantèlement des prestations liées aux besoins relègue les personnes en situation de pauvreté encore plus en marge de la société.

L'inquiétude liée au développement économique a marqué l'année 2015. Après la réévaluation du franc suisse en début d'année, les experts ont rivalisé de pessimisme dans leurs pronostics relatifs au développement économique de la Suisse. Or, les derniers mois leur ont donné tort : l'économie suisse est pour l'instant plus résistante que ce qu'ils présumaient. Malgré les pertes subies par l'économie d'exportation et le ralentissement de la croissance, le Secrétariat d'État à l'économie (SECO) table sur un renforcement de la conjoncture en 2016.

Hausse des primes d'assurance-maladie assortie d'un recul des réductions de primes

Au vu de la bonne santé de l'économie, il y a lieu de s'inquiéter du nombre croissant de personnes en fin de droit, constate Caritas dans son rapport sur le développement économique et social. Pas moins de 36 500 hommes et femmes ont ainsi épuisé leur droit aux indemnités en 2014. C'est le chiffre le plus haut depuis dix ans. Les personnes de plus de 45 ans, celles qui n'ont pas de formation scolaire post-obligatoire ou pas la nationalité suisse, les femmes, ainsi que les personnes vivant seules, sont plus touchées que la moyenne. Une fois qu'elles ont épuisé leurs droits aux indemnités, beaucoup ne retrouvent plus de travail et dépendent de l'aide sociale. Celles qui trouvent un emploi sont souvent employées dans des conditions précaires : elles travaillent sur appel ou de façon temporaire, se voient contraintes de conclure des contrats à durée limitée ou doivent se contenter d'un temps partiel. Trois quarts des personnes sous-occupées sont des femmes. Chez celles qui élèvent seules leurs enfants, le taux de sous-occupation (16 %) est supérieur à la moyenne, ce qui explique en partie que ce groupe compte quatre fois plus de working poor que l'ensemble de la population.

Caritas constate en outre que l'augmentation constante des primes d'assurance-maladie fragilise les personnes disposant d'un faible revenu. Au cours des 20 dernières années, la prime standard est passée de 173 francs par mois en 1996 à 396 francs en 2014, soit une augmentation de 4,7 % en moyenne par année. Parallèlement, la réduction individuelle des primes a continuellement été revue à la baisse. Entre 2010 et 2013, les cantons ont réduit leurs contributions à la réduction de primes de 169 millions de francs. Les familles dont le revenu est légèrement supérieur au seuil de pauvreté sont les plus touchées. Les coûts fixes élevés auxquelles elles doivent faire face risquent de les entraîner dans la pauvreté.

Démantèlement des prestations liées aux besoins

Caritas observe aussi un constant démantèlement des prestations au niveau de l'aide sociale. Les normes de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS) ont ainsi été durcies l'an dernier. Avec la révision décidée, le minimum vital social n'est plus garanti pour les familles nombreuses et pour les jeunes. Le supplément minimal d'intégration pour les gens qui, pour des raisons de santé ou des raisons familiales, ne peuvent pas chercher un emploi a également été supprimé. Ces réductions touchent aussi les personnes élevant seules leurs enfants, puisque leurs obligations familiales les limitent dans leur activité lucrative ou dans leurs recherches d'emploi.

Le démantèlement de l'aide sociale et de la réduction individuelle des primes accule les personnes en situation de pauvreté encore plus en marge de la société et dégrade les conditions de vie des gens dont le revenu dépasse à peine le seuil de pauvreté. Bettina Fredrich demande de corriger cette tendance à la désolidarisation. Les personnes à l'aide sociale ont besoin de perspectives. Cela passe notamment par des investissements dans la formation continue et les cours de rattrapage. Par des mesures de formation ciblées, on peut améliorer durablement la situation des personnes exposées à la pauvreté et prévenir la spirale de la pauvreté.

Almanach social 2016 (en allemand)

L'annuaire de Caritas sur la situation sociale de la Suisse (point fort : la famille n'est pas un luxe) peut être commandé à : info@caritas.ch ou par téléphone : 041 419 22 22.

Indication aux rédactions :

- Marianne Hochuli, responsable du Secteur Études chez Caritas
Suisse, tél. : 041 419 23 20
- Stefan Gribi, responsable du Département Information,
tél. : 041 419 22 37
se tiennent à votre disposition pour d'autres informations de fond et
pour des interviews.

Vous trouverez des photos sur le thème de la pauvreté sur :
www.caritas.ch/fotos



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: