Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Almanach social 2014: Caritas dresse son bilan de fin d'année
Malgré la croissance économique, le problème n'est pas réglé pour tout le monde

Lucerne (ots) - L'économie suisse a enregistré une croissance plus rapide que l'an dernier et peut compter sur une évolution relativement stable. Pourtant, les personnes en situation de pauvreté et la catégorie des bas salaires sont exclues de cette évolution positive. Dans son rapport sur le développement économique et social, publié dans l'Almanach social 2014 qui vient de paraître, Caritas dresse un état des lieux: la situation s'est encore aggravée pour la génération des plus de 50 ans, pour les familles monoparentales ainsi que pour les bas revenus.

Les dernières statistiques sur la croissance économique brossent un tableau optimiste de l'économie suisse dans un contexte européen caractérisé par des politiques d'austérité et le chômage depuis le début de la crise économique il y a cinq ans. L'économie suisse est en croissance. En 2013, selon le Secrétariat d'État à l'économie (SECO), elle a été de 1,4%. Pour 2014, on compte même sur une augmentation de 2,1% de la croissance. D'après le International Institute for Management Development de Lausanne, en matière de compétitivité, la Suisse arrive en deuxième position derrière les États-Unis.

Détérioration de la situation financière des ménages aux revenus les plus faibles

Cependant, dans son rapport, Bettina Fredrich, responsable du Service de politique sociale de Caritas Suisse, constate des tendances mitigées dans l'évolution économique et sociale. Malgré un développement économique favorable et une hausse du taux d'emploi, la Suisse compte 580 000 personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, et plus d'un million qui sont menacées par la pauvreté. Les écarts de revenus se sont encore creusés. Tandis que les hauts revenus ont nettement profité de salaires à la hausse (de l'ordre de 28 % pour les cadres), la situation financière des ménages aux revenus les plus faibles s'est détériorée. Les revenus de ces ménages ont certes enregistré une augmentation marginale, mais celle-ci ne suffit pas pour compenser la hausse des loyers, des caisses d'assurance-maladie et des transports. Aujourd'hui, 18,5% de la population suisse ne sont pas en mesure de faire face à une dépense imprévue de 2000 francs.

Taux de chômage de longue durée élevé chez les plus de 50 ans

Une autre tendance préoccupante se reflète dans les chiffres du chômage de longue durée: les employés de plus 50 ans sont plus souvent licenciés que par le passé. Parmi eux, seul un sur cinq retrouvera un emploi après avoir été licencié. À l'heure qu'il est, plus de 40% des licenciements concerneraient des personnes de plus de 50 ans alors qu'elles ne représentent qu'un peu plus de 30% de la population active, constate Bettina Fredrich. Cette tranche d'âge représente donc 41% des chômeurs de longue durée.

Aggravation de la situation pour les familles monoparentales

Les familles monoparentales demeurent très exposées au risque de pauvreté. Il leur est particulièrement difficile de concilier une activité professionnelle et le travail d'aide en faveur de proches - par exemple la garde des enfants ou l'assistance aux membres de leur famille. Dans la mesure où la protection sociale dépend largement de l'activité professionnelle, la situation des familles monoparentales s'aggrave et entraîne une situation de pauvreté pour un cinquième d'entre elles, et un risque de pauvreté pour un tiers. Même si le travail d'aide non rémunéré est un élément essentiel à une économie qui fonctionne, il n'a, à ce jour, pas sa place dans les comptes publics et ne fait pas l'objet d'une protection sociale adéquate. «Un changement de cap est nécessaire, demande Bettina Fredrich. Le travail d'aide non rémunéré doit être déclaré, réévalué, et être reconnu en tant que pilier essentiel à l'économie. Il ne doit pas plonger les ménages les plus modestes de Suisse dans la pauvreté, car nous avons tous besoin d'assistance pour pouvoir grandir, vivre et mourir dans de bonnes conditions.»

Almanach social 2014(en allemand) Il est possible de commander l'Almanach social de Caritas Suisse sur la situation sociale en Suisse (thème: Unter einem Dach / en allemand) à l'adresse suivante: info@caritas.ch ou par téléphone au: 041 419 22 22.

Vous trouverez des photos sur le thème de la pauvreté sous:

www.caritas.ch/fotos

Contact:

Bettina Fredrich
Responsable du Service de politique sociale de Caritas Suisse,
Téléphone: 041 419 23 37

Marianne Hochuli
Responsable du Secteur Études de Caritas Suisse,
Téléphone: 041 419 23 20

Iwona Swietlik
éditrice de l'Almanach social
Téléphone: 041 419 22 41



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: