Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Nouvelle prise de position de Caritas Suisse sur la situation dans le Sahel
La pauvreté entrave l'adaptation au changement climatique

Environ 16 millions de personnes ont été touchées en 2012 par la sécheresse dans le Sahel. / Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch. L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "OTS.photo/Caritas Schweiz / Caritas Suisse".

Lucerne (ots) - Il ne sera pas possible de s'adapter au changement climatique tant qu'on n'aura pas surmonté l'extrême pauvreté. Voici la conclusion à laquelle arrive Caritas Suisse dans une nouvelle prise de position consacrée en particulier aux pays du Sahel. Ces pays ne figurent pas seulement parmi les plus pauvres au monde, ils sont aussi particulièrement exposés aux conséquences du changement climatique. C'est un constat du cinquième rapport d'évaluation du Groupement intergouvernemental d'experts sur les évolutions du climat GIEC qui vient de paraître.

La population du Sahel est régulièrement touchée par des crises humanitaires. Plus de 10 millions d'habitants du Sahel occidental ont souffert de la famine en 2012. Des conséquences aussi fatales ne s'expliquent pas uniquement par l'augmentation des sécheresses et des inondations provoquées par le changement climatique. Le réchauffement climatique conduit à des situations de détresse humanitaire particulièrement dévastatrices quand les violents phénomènes météorologiques frappent une population extrêmement pauvre et par là même incapable de s'adapter aux changements. Les sociétés du Sahel ne réussiront pas à contrer les conséquences du changement climatique sans une lutte efficace contre la pauvreté. Car la pauvreté fait obstacle à une meilleure prévoyance: il n'y a ni stockage, ni gestion agricole, ni travail, ni argent pour acheter des vivres en temps de crise.

Pour remédier efficacement aux conséquences du changement climatique, il faut avant tout surmonter la pauvreté. De nombreux pays du Sahel disposent de ressources importantes, mais les terres fertiles sont bradées à des investisseurs internationaux pour l'agroindustrie d'exportation et les recettes de l'exploitation de matières premières telles que le pétrole vont dans les poches de quelques rares privilégiés. Enfin, des conflits politiques empêchent la population civile d'améliorer ses conditions de vie.

On observe pourtant, sur le plan local, des initiatives prometteuses visant à assurer la sécurité alimentaire et à réduire la pauvreté, tout en s'adaptant aux modifications climatiques. Dans sa nouvelle prise de position, Caritas Suisse montre les activités qu'elle met en place en étroite collaboration avec la population affectée. L'oeuvre d'entraide désigne également les champs d'action où les États et la société civile devraient intervenir pour remédier aux causes structurelles des crises humanitaires découlant de sécheresses et d'inondations.

La prise de position «La pauvreté entrave l'adaptation au changement climatique» peut être téléchargée sur www.caritas.ch/prisesdeposition .

Contact:

Geert van Dok, du service de politique du développement de Caritas
Suisse
Tél.: 041 419 23 95
Courriel: gvandok@caritas.ch


Fichiers multimédias
2 fichiers

Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: