Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Caritas: Le 17 octobre, Journée internationale de l'ONU pour l'élimination de la pauvreté et de l'exclusion
Donner un signe clair de l'engagement contre la pauvreté en Suisse

Lucerne (ots) - Près d'un million de personnes sont touchées par la pauvreté en Suisse. Cette situation inacceptable fait l'objet de l'action de Caritas «Réduire la pauvreté de moitié». Le 17 octobre, la Journée internationale de l'ONU pour l'élimination de la pauvreté et de l'exclusion représente une occasion de tirer un bilan intermédiaire des efforts entrepris par la Suisse pour réduire la pauvreté dans ses frontières. Actuellement, des choses bougent dans le domaine de la formation continue et de l'aide sociale.

Caritas est d'avis que l'élaboration d'une loi-cadre sur l'aide sociale, approuvée par le Conseil national lors de sa session d'automne, représente un pas dans la bonne direction. En Suisse, les approches en matière de garantie du minimum vital diffèrent beaucoup d'un canton à l'autre et même parfois d'une commune à l'autre. Les sources juridiques différentes engendrent une grande marge de manoeuvre dans l'appréciation et l'expertise que l'on en fait, ouvrant la porte à l'arbitraire. Une loi-cadre sur l'aide sociale offrira la possibilité de donner un caractère contraignant aux directives de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS), et d'établir par là même une plus grande sécurité juridique pour les personnes concernées.

La loi sur la formation continue, pour laquelle le Conseil fédéral va présenter un message d'ici la fin de l'année, reconnaît le principe de l'importance de la formation continue pour tous. Pour les personnes peu qualifiées ou dont les qualifications sont dépassées et pour celles qui n'ont pas de formation, la formation professionnelle et la formation continue ont une importance particulière. Elles peuvent préserver l'individu d'être exclu du marché du travail, et elles lui permettent de subvenir par lui-même à ses besoins. Caritas est d'avis que, pour augmenter encore l'efficacité de la loi, il faut édicter une obligation de suivre une formation continue, qui garantira en effet que l'encouragement n'est pas réservé à la main-d'oeuvre déjà bien qualifiée.

La politique de lutte contre la pauvreté fait-elle des progrès ou non? La loi sur la formation continue et l'élaboration d'une loi-cadre sur l'aide sociale offrent la possibilité d'améliorer la situation des personnes pauvres en Suisse. Mais il faut plus: pour mettre en évidence les progrès, mais aussi les reculs, il faut établir des objectifs clairs et édicter des indicateurs vérifiables qui permettront à la Confédération et aux cantons de rendre des comptes chaque année sur la question. Ces rapports sur la pauvreté sont une revendication centrale de Caritas et de l'action qu'elle a lancée en 2010 «Réduire la pauvreté de moitié».

Le 19 novembre, deux ans après la Conférence nationale sur la pauvreté, le conseiller fédéral Alain Berset, chef du Département de l'intérieur, invite les participants à une table ronde qui servira de bilan intermédiaire concernant la mise en oeuvre de la stratégie globale de la Suisse en matière de lutte contre la pauvreté. C'est une occasion de donner un signe clair en faveur de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion.

D'autres informations sur l'action «Réduire la pauvreté de moitié»: http://www.armut-halbieren.ch/fr

Le 17 octobre, Journée internationale de l'ONU pour l'élimination de la pauvreté et de l'exclusion

Contact:

Regula Heggli
Responsable du Service de politique sociale de Caritas Suisse
Tél.: +41/41/419'23'37
E-Mail: rheggli@caritas.ch


Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: