Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Les politiques familiales comme remède à la pauvreté en Europe

    Lucerne (ots) - En Europe, les familles monoparentales, les familles nombreuses, les personnes au chômage ou en emploi précaire, les migrants sont particulièrement touchés par la pauvreté. Les politiques familiales, sous-développées dans la plupart des pays européens, doivent devenir une priorité. C'est ce que constate Caritas Europa dans sa deuxième étude sur la pauvreté en Europe parue aujourd'hui. L'étude a été menée dans 42 pays, dont la Suisse.

    Le rapport de Caritas constate une convergence quant aux personnes touchées par la pauvreté en Europe, malgré la disparité entre les pays les plus riches et les plus pauvres. Les familles, qu'elles soient monoparentales, nombreuses, touchées par la maladie ou une dépendance, exposées au chômage ou aux emplois précaires, connaissent le plus grand risque de pauvreté.

    Les migrants, notamment les Roms, les requérants d'asile ou les personnes rentrant au pays après un conflit, sont également souvent exposés. La pauvreté peut être temporaire ou durer plus longtemps. Elle est un phénomène aux multiples facettes, basé non seulement sur les revenus mais également sur des aspects tels que les droits de l'homme, l'inégalité, la discrimination, la marginalisation, le sentiment d'impuissance ou la limitation des options et des choix.

    Congé maternité et allocations familiales

    Le rapport précise que, à quelques exceptions près telles que la France et l'Allemagne, les politiques familiales sont très peu développées en Europe. Les gouvernements nationaux devraient en conséquence prendre des mesures en faveur des familles. Il faudrait notamment améliorer la quantité et la qualité des structures d'accueil de la petite enfance et garantir un congé maternité payé. Il est également nécessaire d'avoir une approche universelle des allocations familiales, les montants augmentant en fonction du nombre d'enfants dans la famille.

    Un éventail de mesures complémentaires devrait également être mis sur pieds. Les régimes fiscaux devraient par exemple être plus progressifs et mieux adaptés aux familles. De même, il faut favoriser l'accès à des logements abordables et de qualité. Enfin, les gouvernements devraient renforcer leurs programmes visant à aider les jeunes à trouver leur premier emploi.

    Pour de plus amples informations, merci de contacter Jürg Krummenacher, directeur de Caritas Suisse et président de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (COFF) au 079 749 30 69. Le rapport en anglais et un  résumé en français peuvent être téléchargés sur le site www.caritas.ch (presse, dossiers de presse,événements).

ots Originaltext: Caritas Suisse
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
Jürg Krummenacher
Mobile +41/79/749'30'69



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: