Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

EVD: Ordonnance sur la coexistence: ouverture de la consultation

Berne (ots) - L'ordonnance sur la coexistence vise à concrétiser les exigences relatives à la culture de végétaux génétiquement modifiés ainsi que la protection des cultures exemptes d'organismes génétiquement modifiés (OGM), ancrée dans la loi sur le génie génétique. Parallèlement, l'ordonnance sur les semences est adaptée. Le Département fédéral de l’économie (DFE) a ouvert aujourd'hui la consultation sur le projet d'ordonnance sur la coexistence. Selon le principe de la loi sur le génie génétique, les OGM peuvent être utilisés seulement s'ils n'affectent pas la production sans OGM. Seuls les OGM autorisés peuvent être cultivés. Le détenteur de l'autorisation est tenu d'instruire les agriculteurs sur l'utilisation des végétaux génétiquement modifiés. Dans l'ordonnance sur la coexistence, cette obligation doit être mise en oeuvre comme suit: celui qui dépose une demande d'autorisation doit documenter, études scientifiques à l'appui, le croisement avec des végétaux non génétiquement modifiés. Sur cette base, il doit obligatoirement prescrire une distance d'isolement à l'agriculteur pour l'utilisation de son produit. La distance d'isolement est la distance séparant un champ OGM d'un champ non OGM voisin. Elle dépend, entre autres, des propriétés biologiques d'une espèce végétale. La distance d'isolement doit être fixée de manière à ce qu'une éventuelle contamination par des OGM de la récolte d'un champ non OGM voisin ne dépasse pas 0,5 %. Pour une fécondation croisée maximale de 0,5% en bord de champ, la pollinisation moyenne est nettement en-dessous de cette valeur, car ce taux diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la source de pollen. Il appartient au détenteur de l'autorisation d'instruire correctement les agriculteurs concernés. Les autorités examineront les études scientifiques déposées et les instructions quant à leur vraisemblance et, le cas échéant, exigeront des corrections. L’ordonnance sur la coexistence concrétise également les autres exigences auxquelles il faut satisfaire lors de la culture de végétaux génétiquement modifiés et de l’utilisation du produit de la récolte dans l'exploitation agricole. Ainsi, les agriculteurs sont tenus de respecter les instructions du détenteur de l'autorisation, de séparer les flux de marchandises, de désigner les produits contenant une part d'OGM ainsi que d'en informer l'acquéreur par écrit, lors de la cession de tels produits, et de fournir des indications quant à l'utilisation. Par ce biais, la liberté de choix des consommateurs sera garantie. Renseignements: Office fédéral de l'agriculture, Jacques Morel, sous-directeur, tél. 031 322 25 03

Ces informations peuvent également vous intéresser: