Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

EVD: La Suisse salue la nouvelle initiative de la BERD en faveur des pays de lÂ’Est les plus pauvres

      Berne (ots) - Le prĂ©sident de la ConfĂ©dĂ©ration, Joseph Deiss,
gouverneur suisse auprès de la Banque européenne pour la
reconstruction et le développement (BERD), participera à la 13e
Assemblée annuelle de l’institution, à Londres, les 18 et 19 avril
2004. La réunion sera consacrée en particulier à une nouvelle
initiative en faveur des pays qui viennent dÂ’entrer dans la phase de
transition vers l'économie de marché. La Suisse soutient cette
initiative et demande que la banque s'adapte aux nouvelles
conditions. Treize ans après la fondation de la BERD, huit des pays
qui ont bénéficié de son aide vont entrer dans l'Union européenne.
C'est en grande partie grâce à l'aide de la BERD que ces pays ont pu
se préparer à franchir cette étape historique. À l'avenir, la banque
devra centrer encore davantage ses activités, dans les nouveaux
Etats membres de l'UE, sur les secteurs qui ne bénéficient d’aucune
autre possibilité de financement. Dans le même temps, elle devra
Ă©galement se focaliser sur les pays qui se trouvent en pleine
transition entre un système d’économie planifiée et d’économie de
marché.

    Parmi ceux-ci, les sept pays en transition du Caucase et dÂ’Asie centrale les plus pauvres (ArmĂ©nie, AzerbaĂŻdjan, GĂ©orgie, Kirghizistan, Moldavie, OuzbĂ©kistan et Tadjikistan) forment un cas Ă  part ; en effet, les instruments d'investissement traditionnels de la BERD ne peuvent que partiellement y ĂŞtre mis en Âśuvre. C'est pourquoi la banque soumet au Conseil des gouverneurs un plan d'action pour les pays au premier stade de la transition lors de sa treizième assemblĂ©e annuelle Ă  Londres. Il prĂ©voit de soutenir de manière accrue les petites et moyennes entreprises locales Ă  lÂ’aide dÂ’instruments novateurs et dÂ’amĂ©liorer le climat des investissements grâce Ă  des mesures d'assistance technique ciblĂ©es. En outre, la banque est prĂŞte Ă  prendre davantage de risques et Ă  allouer plus de ressources en termes de finances et de personnel pour ses activitĂ©s dans les pays rĂ©putĂ©s difficiles. Enfin, elle entend amĂ©liorer la collaboration avec les pays donateurs.

    Le prĂ©sident de la ConfĂ©dĂ©ration, Joseph Deiss, approuve ce plan d'action et encourage la BERD Ă  sortir des sentiers battus pour mieux Ă©pauler, malgrĂ© un contexte difficile, les pays en transition. Il invite la banque Ă  subordonner davantage ses activitĂ©s Ă  des stratĂ©gies de lutte contre la pauvretĂ© Ă©laborĂ©es sous la responsabilitĂ© des pays concernĂ©s, afin d'assurer une meilleure coordination avec les autres donateurs ainsi qu'un dialogue politique cohĂ©rent.

    La Suisse soutient les activitĂ©s de la BERD par le biais de cofinancements, de participations et de garanties. Depuis 2001, elle est partie prenante au « Central Asia Risk Sharing Special Fund », qui couvre les risques pris dans le cadre de programmes de la BERD en faveur des PME et des microentreprises en Asie centrale. La Suisse conduit, au sein de la BERD, un groupe de vote auquel appartiennent, outre l'AzerbaĂŻdjan, le Liechtenstein, la Serbie et MontĂ©nĂ©gro et la Turquie, les pays dÂ’Asie centrale que sont le Kirghizistan, le TurkmĂ©nistan et l'OuzbĂ©kistan.

Renseignements: Christophe Hans, porte-parole du DFE, tél. : +41 79/ 705 14 57

Antonia Schaeli, Institutions financières multilatĂ©rales, seco, tĂ©l. : +41 79 326 00 18  



Plus de communiques: Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: